En direct du marché

Un glacier pour ne pas rester de glace

glacierduroyLes étés passent et ce glacier s’inscrit chaque année un peu plus dans le patrimoine gastronomique de la ville. Cette saison encore, le Glacier du Roy peut revendiquer la première marche du podium des meilleurs glaciers de la ville. Si l’ananas, le citron, la framboise donnent le vertige, c’est sur des fruits plus rares, comme la figue noire, que la talent de Florence Bianchi s’exprime le mieux.
Son nom résonne à l’unisson de ceux du Panier et pourtant, ce n’est qu’en 1999 que cette Parisienne est arrivée à Marseille, poussée par la mutation de son conjoint policier. En s’installant sur les rives du Lacydon, la blonde Francilienne décide de tourner une page ; fini la comptabilité, l’enseignement de l’art dramatique et l’assistanat sur les plateaux d’émissions TV. A Marseille, Florence fera des glaces. « D’origine italienne, je rêvais de retrouver dans cette région le goût des glaces de mon enfance » dit-elle. Après une intense formation auprès d’un maître milanais, Florence Bianchi s’est rôdée aux techniques de vente et, depuis, glisse telle une luge sur les pentes du succès. Glaces en verrines, compositions glacées, bâtonnets nappés de chocolat ; il y a chaque jour une bonne raison de s’y régaler… 365 jours par an.

Le glacier du Roi, 4, place de Lenche, Marseille 2e arr. (quartier du Panier) ; infos au 04 91 91 01 16.
A emporter : 1 boule 2,50 € ; 2 boules 3,50 € ; 3 boules 4,50 € ; 4 boules 5,50 €.

1 Comment

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • En vacances dans la région nous avons déguster de merveilleuses glaces dont celle au pastis. La maison est tenue par une patronne très accueillante et qui parle avec amour de ses réalisations !!!
    Nous recommandons sans modération !

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.