En direct du marché

L'été marseillais de José Potier

José Potier est le propriétaire du Rhizôme, une épicerie fine et cave à vins ouverte en 2012. Ce picard d’origine aime les bonnes choses, qui ont du goût avant tout et a été chef de salle au Petit-Nice pendant 16 ans. Dans ses vitrines : pâtés de campagne, fromages sélectionnés par Josiane Déal (Mof à Vaison-la-Romaine), sardines et saumon, huile d’olive, caviar et chocolat… « Notre vision, c’est offrir à la fois des produits de luxe et accessibles pour tous. Le Rhizôme c’est du goût et du partage » affirme-t-il.

DSCN0565C’est l’apéritif ; que recommandez-vous pour ce moment crucial de la journée ?
Des sardines espagnoles sur un croquant de seigle. Absolument irrésistible. D’un côté, le gras et le fondant du poisson, et le croustillant du pain. Simple et imparable !

Selon vous, quelle est la bouteille idéale pour cette période estivale ?
Contre toute attente, je conseille non pas un rosé mais un blanc de 2012, un M d’Evelyne Labruyère. Ce vin accompagnera parfaitement un poisson. A la fois rond et élégant, sa finesse est des plus agréable en bouche. Une petite cuvée exceptionnelle, originaire du village de Cadenet dans le Vaucluse.

Votre resto de prédilection en été ?
Avec des amis, nous allons régulièrement déguster un bon poisson aux Goudes, au Tiboulen de Maïre. Leur cuisine peut paraître sommaire pour certains, moi au contraire je la trouve simple, franche et riche. Dans l’assiette vous mangez frais et vrai !

Pour le dessert, vous privilégiez le Panier paraît-il ?
Je ne vais pas faire d’originalité sur ce coup là, mais si vous voulez manger une bonne glace à Marseille, il n’existe à mon sens qu’une seule adresse : le Glacier du Roi, évidemment. Florence Bianchi travaille avec les meilleurs produits. Et une chose que j’aime, c’est qu’elle respecte les saisons. De ce fait vous ne trouverez jamais les mêmes recettes, c’est toujours une surprise.

Un bon coin pour le pique-nique ?
Voilà la marche à suivre, déambulez dans les petites rues, et posez votre serviette à l’Anse de Malmousque. Le cadre est idyllique. Après je vous dis ça, je suis très mauvais nageur, je dois me baigner cinq fois dans l’année pas plus !

Recueilli par Kevin Dachez (photos K.D.)

Bonnes adresses : Rhizome, 116, promenade corniche Kennedy, Marseille 7e ; 04 91 88 12 08
Josiane Déal, fromagerie Lou Canesteou, 10, rue Raspail, 84110 Vaison-la-Romaine ; 04 90 36 31 30
Le Glacier du Roi (lire ici)

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.