En direct du marché

Leur bière, ils la veulent "Part Faite"

Gonzalo AraqueLe début de l’année prochaine saluera la naissance à Marseille d’une nouvelle brasserie artisanale, baptisée non sans humour, la Part faite. A l’origine du projet, un franco-colombien, Gonzalo Araque Goy, 36 ans, et son épouse Laure, de quelques années sa cadette. « Moi je suis née à Aix et suis marseillaise depuis toujours, confie Laure. Nous nous sommes connus avec Gonzalo à Barcelone, on a vécu à Paris durant 8 ans mais l’appel du Sud a été le plus fort ». Adieu le boulot dans la communication pour elle et le poste de coordonnateur santé-sécurité dans le BTP pour lui ; le couple a posé ses valises à Marseille, il y a un an et demi, avec son projet de brasserie artisanale en tête. Encore une brasserie artisanale se risqueront certains mais qu’ils se rassurent, si la région Paca est riche en micro brasseries familiales, nous sommes loin, très loin des 89 brasseurs recensés en Rhône-Alpes !

« Nous brasserons des malts et houblons biologiques d’origine française pour notre gamme de bières bio » poursuit Laure Araque Goy comme pour marquer sa différence. « Et si j’utilise des matières premières issues de l’agriculture biologique, c’est parce que je veux soutenir cette agriculture non polluante et qui fournit des produits de grande qualité gustative », enchaîne son époux. « Nous produisons une bière en cohérence avec nos valeurs. ​ Nous avons adapté le processus de production de la bière pour limiter nos consommations en eau et énergie afin de ne pas prélever plus de ressources que nécessaire. L’eau que nous utilisons est filtrée afin d’en extraire les traces de métaux lourds et de pesticides. Et notre électricité est délivrée par la coopérative Enercoop Paca, fournisseur d’électricité d’origine 100 % renouvelable » détaille le franco-colombien.

Rendez-vous le 9 février 2016
La première bière, la Part Faite Kölsch (style Ale, blonde), sera présentée au public début 2016. Pour cette bière, le jeune couple a fait le pari des 9 semaines de fermentation : « 3 semaines en fermenteur et 6 semaines en bouteille » précise Laure. Gonzalo a testé des quantités de recettes et a parié sur le temps « pour une qualité gustative maximum ». Comme pour les vins élevés en biodynamie, des fermenteurs ovoïdes (en forme d’oeuf), ont été choisis « car ils permettent une meilleure dynamique des levures, qui s’agitent, bouillonnent et laissent présager une bière vivante ».
Le couple a pour ambition d’apporter du bonheur aux gens : « Nous brassons à la main, c’est pourquoi il y aura toujours une touche humaine d’un brassin à l’autre à la différence de la standardisation industrielle » explique Gonzalo. Très vite, d’autres recettes étofferont la gamme Part Faite, une WeissBier (blanche) en avril et une Altbier (ambrée) en septembre. Pour l’heure, le premier rendez-vous est pris dans les caves à bières, boutiques bio, bars, cafés et restaurants, le 9 février 2016.

http://www.dessuds.fr/

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.