Marseille

► Rencontres des Cuisines africaines En 2020, à l’occasion de la Saison Africa2020, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), les Grandes Tables-I.C.I et Chefs In Africa se sont réunis pour organiser des rendez-vous culinaires et artistiques à Calais, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand et Marseille. Les événements des Cuisines africaines ont permis de questionner et explorer les identités culinaires de tout un continent. Au cours des quatre dernières années, de nombreux projets ont été entrepris pour poursuivre cette démarche : la publication d’un numéro de la revue Papilles, intitulé Stirring the Pot, Les Cuisines Africaines, l’organisation de tables rondes, des participations à des festivals (Village International de la Gastronomie, Omnivore, …) et des actions développées dans plusieurs territoires d’Afrique. En 2024, les Rencontres des Cuisines africaines rassembleront, pour une première édition, plus de 70 acteurs et actrices culinaires d’Afrique et de ses diasporas afin d’explorer les identités des cuisines africaines, célébrer leur richesse et développer des synergies communes. Au programme : des tables rondes explorant les grands enjeux des cuisines africaines, des ateliers pour découvrir et échanger, des entretiens avec des personnalités et des démonstrations culinaires autour de produits phares.
• Les Rencontres des Cuisines Africaines, les 1 et 2 mars 2024 à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Data from MeteoArt.com
En direct du marché

Leur bière, ils la veulent "Part Faite"

Gonzalo AraqueLe début de l’année prochaine saluera la naissance à Marseille d’une nouvelle brasserie artisanale, baptisée non sans humour, la Part faite. A l’origine du projet, un franco-colombien, Gonzalo Araque Goy, 36 ans, et son épouse Laure, de quelques années sa cadette. « Moi je suis née à Aix et suis marseillaise depuis toujours, confie Laure. Nous nous sommes connus avec Gonzalo à Barcelone, on a vécu à Paris durant 8 ans mais l’appel du Sud a été le plus fort ». Adieu le boulot dans la communication pour elle et le poste de coordonnateur santé-sécurité dans le BTP pour lui ; le couple a posé ses valises à Marseille, il y a un an et demi, avec son projet de brasserie artisanale en tête. Encore une brasserie artisanale se risqueront certains mais qu’ils se rassurent, si la région Paca est riche en micro brasseries familiales, nous sommes loin, très loin des 89 brasseurs recensés en Rhône-Alpes !

« Nous brasserons des malts et houblons biologiques d’origine française pour notre gamme de bières bio » poursuit Laure Araque Goy comme pour marquer sa différence. « Et si j’utilise des matières premières issues de l’agriculture biologique, c’est parce que je veux soutenir cette agriculture non polluante et qui fournit des produits de grande qualité gustative », enchaîne son époux. « Nous produisons une bière en cohérence avec nos valeurs. ​ Nous avons adapté le processus de production de la bière pour limiter nos consommations en eau et énergie afin de ne pas prélever plus de ressources que nécessaire. L’eau que nous utilisons est filtrée afin d’en extraire les traces de métaux lourds et de pesticides. Et notre électricité est délivrée par la coopérative Enercoop Paca, fournisseur d’électricité d’origine 100 % renouvelable » détaille le franco-colombien.

Rendez-vous le 9 février 2016
La première bière, la Part Faite Kölsch (style Ale, blonde), sera présentée au public début 2016. Pour cette bière, le jeune couple a fait le pari des 9 semaines de fermentation : « 3 semaines en fermenteur et 6 semaines en bouteille » précise Laure. Gonzalo a testé des quantités de recettes et a parié sur le temps « pour une qualité gustative maximum ». Comme pour les vins élevés en biodynamie, des fermenteurs ovoïdes (en forme d’oeuf), ont été choisis « car ils permettent une meilleure dynamique des levures, qui s’agitent, bouillonnent et laissent présager une bière vivante ».
Le couple a pour ambition d’apporter du bonheur aux gens : « Nous brassons à la main, c’est pourquoi il y aura toujours une touche humaine d’un brassin à l’autre à la différence de la standardisation industrielle » explique Gonzalo. Très vite, d’autres recettes étofferont la gamme Part Faite, une WeissBier (blanche) en avril et une Altbier (ambrée) en septembre. Pour l’heure, le premier rendez-vous est pris dans les caves à bières, boutiques bio, bars, cafés et restaurants, le 9 février 2016.

http://www.dessuds.fr/

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.