Restaurants en Provence

Limmat, un restaurant comme le câlin d’une maman

LimmatIl y a quatre mois tout juste, Lili Gadola baptisait son petit restaurant Limmat du nom d’une rivière suisse se déversant dans le lac de Zurich. Un clin d’oeil, un hommage à son pays natal et la joie pour les Marseillais qui ont ajouté à leur carnet une nouvelle bonne adresse. Au milieu des escaliers du cours Julien, dominant depuis la rue Estelle le centre-ville, cette petite enseigne cachée par des tags, ressemble à une maisonnette de village. Un petit escalier serré conduit à une salle charmante aux belles poutres, la salle à l’entrée et ses quelques tables ont vue plongeante sur la cuisine.
Cette enseigne appartient à la famille des restaurants dont on dit tous “qu’on pourrait faire la même chose”… Mais on ne le fait pas et quand bien même on s’y essaierait on n’y arriverait pas. C’est là tout le talent de Lili Gadola.

LimmatLa carte de Limmat tangue entre propositions végétariennes et très sages suggestions flexitariennes. On hésite entre le tarama-brioche maison et la salade de mizuna-betterave-grenade et ricotta ; on salive en imaginant les kebbés-navet-chou vert et crème à l’ail brûlé et sésame ou le poulpe sauté à l’ail-risotto citronné épinards et céleri… La soupe de poisson à la tomate conjugue au piment des saveurs iodées et végétales, entre chair de poisson et brunoise de céleri, carottes et fenouil. La soupe est joyeuse, délicatement acidulée, ouvre l’appétit, aiguise les sens et réchauffe les corps frigorifiés par les rafales de mistral. L’assiette de poulpe nous raconte une Méditerranée entre calanques et Italie, de la rudesse de l’ail à la douceur du crémeux d’un riz cuit à coeur, les épinards nous rapellant la vocation green de cette table.

A l’heure du dessert, la mousse au chocolat, la salade d’agrumes et le gâteau à la châtaigne prouvent que la gourmandise a droit de cité… même en hiver. Il y a toujours une bonne idée, une surprise dans les assiettes de Lili Gadola, comme ces noisettes concassées et caramélisées qui jouent le contraste avec la mousse fondante et enveloppante. Alors faut-il y aller ? Oui car l’accueil est aussi délicieux que le pain (merci les potes de la boulangerie Pain Pan). Oui car les assiettes raffinées, délicates et réfléchies nous dorlotent comme le ferait une maman nous enserrant dans ses bras. Oui enfin car le rapport qualité-prix est excellent et permet de se régaler à moins de 24 €, une rareté doublée d’une prouesse.

Limmat, 41, rue Estelle, Marseille 1er ; infos au  04 91 47 49 35. Carte de 15 € à 23 €.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

Une troisième boulangerie Saint-Honoré C’est le maire des 9e et 10e arrondissements qui l’annonce sur son compte Facebook, laissant entendre qu’il y serait pour quelque chose… C’est donc au 28, boulevard du Cabot dans le 9e, en lieu et place de l’actuel bureau de Poste, qu’une boulangerie à l’enseigne Saint-Honoré ouvrira ses portes dans quelques mois. Elle s’ajoute à l’adresse de la rue d’Endoume (7e) et à celle du Prado (6e).

cyril lignac Arles 100% cacao La deuxième édition du salon Chocolat et Gourmandise se tiendra au palais des congrès d’Arles du 20 au 22 mars 2020. Chocolatiers, confiseurs, pâtissiers, boulangers, biscuitiers, fabricants de douceurs et d’épicerie fine, éditeurs et distributeurs de matériel de pâtisserie et des arts de la table… 80 exposants seront présents à la rencontre de 10 000 visiteurs espérés. L’événement aura pour parrain Cyril Lignac qui sacrifiera à une séance de dédicaces. Durant ces 3 jours, des démonstrations des chefs, des ateliers pour les enfants et animations gourmandes seront programmés.

Laureen Agaesse disputera, à Paris, en mai prochain, la finale de la 15e édition du concours Talents biérologie. La deuxième demi-finale régionale, à laquelle participait la jeune marseillaise, élève du lycée hôtelier de Bonneveine, s’est déroulée au sein du CFA François-Rabelais de Dardilly, en banlieue lyonnaise. Seize candidats du Sud-Est ont mis en avant leur talent lors de trois ateliers : cocktail, service au bar et alliances bières et mets sous les yeux d’un jury de professionnels de l’univers de la restauration, de la filière brassicole et de la gastronomie.