Restaurants en Provence

Limmat, un restaurant comme le câlin d’une maman

LimmatIl y a quatre mois tout juste, Lili Gadola baptisait son petit restaurant Limmat du nom d’une rivière suisse se déversant dans le lac de Zurich. Un clin d’oeil, un hommage à son pays natal et la joie pour les Marseillais qui ont ajouté à leur carnet une nouvelle bonne adresse. Au milieu des escaliers du cours Julien, dominant depuis la rue Estelle le centre-ville, cette petite enseigne cachée par des tags, ressemble à une maisonnette de village. Un petit escalier serré conduit à une salle charmante aux belles poutres, la salle à l’entrée et ses quelques tables ont vue plongeante sur la cuisine.
Cette enseigne appartient à la famille des restaurants dont on dit tous “qu’on pourrait faire la même chose”… Mais on ne le fait pas et quand bien même on s’y essaierait on n’y arriverait pas. C’est là tout le talent de Lili Gadola.

LimmatLa carte de Limmat tangue entre propositions végétariennes et très sages suggestions flexitariennes. On hésite entre le tarama-brioche maison et la salade de mizuna-betterave-grenade et ricotta ; on salive en imaginant les kebbés-navet-chou vert et crème à l’ail brûlé et sésame ou le poulpe sauté à l’ail-risotto citronné épinards et céleri… La soupe de poisson à la tomate conjugue au piment des saveurs iodées et végétales, entre chair de poisson et brunoise de céleri, carottes et fenouil. La soupe est joyeuse, délicatement acidulée, ouvre l’appétit, aiguise les sens et réchauffe les corps frigorifiés par les rafales de mistral. L’assiette de poulpe nous raconte une Méditerranée entre calanques et Italie, de la rudesse de l’ail à la douceur du crémeux d’un riz cuit à coeur, les épinards nous rapellant la vocation green de cette table.

A l’heure du dessert, la mousse au chocolat, la salade d’agrumes et le gâteau à la châtaigne prouvent que la gourmandise a droit de cité… même en hiver. Il y a toujours une bonne idée, une surprise dans les assiettes de Lili Gadola, comme ces noisettes concassées et caramélisées qui jouent le contraste avec la mousse fondante et enveloppante. Alors faut-il y aller ? Oui car l’accueil est aussi délicieux que le pain (merci les potes de la boulangerie Pain Pan). Oui car les assiettes raffinées, délicates et réfléchies nous dorlotent comme le ferait une maman nous enserrant dans ses bras. Oui enfin car le rapport qualité-prix est excellent et permet de se régaler à moins de 24 €, une rareté doublée d’une prouesse.

Limmat, 41, rue Estelle, Marseille 1er ; infos au  04 91 47 49 35. Carte de 15 € à 23 €.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Infos express

Sébastien Cortez chez Charivari Le 18 juillet prochain, la galerie de la rue Fontange propose de participer à un parcours culinartistique né d’une rencontre entre un artiste, Renaud Grizard, une galeriste, Muriel Feugère, et le Collectif DK, représenté par le chef itinérant Sébastien Cortez, l’artiste culinaire Leslie Dorel et la cheffe Axelle Poittevin. Cet événement collaboratif a pour objectif de faire participer l’artiste et la galerie à l’élaboration du parcours. Les convives sont, quant à eux, invités à participer à l’expérience de manière ludique. Ce jeudi soir, cuisine et art se mêleront pour proposer une suite de mets inspirés des œuvres de l’artiste, en stimulant tous les sens. Sortir du restaurant, sortir de l’assiette, telle est l’œuvre de ce premier voyage culinaire…
► Le 18 juillet, 20h30 passage à table. Tarif 80 € par personne, accords vins compris. Galerie Charivari, 17, rue Fontange, Marseille 6e. Réservation au 06 79 70 51 23 et sur mes pages Facebook et Instagram @chefsebastiencortezCharivari, 7, rue Fontange, Marseille 6e arr. Infos au 06 62 39 95 62.