Restaurants en Provence

L’Inattendu, un très discret restaurant voisin du cours d’Estienne d’Orves…

L'InattenduUn restaurant qui porte bien son nom, presque caché entre rue Sainte et cours d’Estienne d’Orves, sous les marches en pierre de taille. L’adresse est discrète mais sa carte bien réfléchie invite à ralentir le pas : 4 propositions de hors-d’oeuvre, autant de plats, les indices qualité sont là. Carpaccio de poulpe-fenouil et crudités, cébettes et pomme verte, tartare de crevettes-avocat-ananas, carré de boeuf mijoté sauce 4 épices-champignons et gratin dauphinois, simple cabillaud rôti et purée maison… Produits de saison, bel usage des condiments avec une juste idée des assaisonnements, la tentation de réserver est trop forte.
L'InattenduAu déjeuner, quelques touristes, carte de la ville en main, sont heureux de déjeuner là pour moins de 30 €, des habitués voisinent avec quelques tables d’affaires, l’ambiance est détendue. La jeune serveuse sourit autant qu’elle est heureuse d’être là et participe à la bonne humeur générale : – Ce dessert ? Il est très, très très très… Il est pas mal quoi ! » assure-t-elle à une table qui éclate de rire. De l’intention à l’action, il n’y a qu’un pas allègrement franchi avec la poêlée de foie de volaille fouettée au jus de vinaigre de framboises, quelques pommes de terre fondantes contrastant avec des échalotes finement émincées. Le poulpe à la provençale est parfaitement cuit, joliment présenté avec l’accent, un trait d’huile d’olive à l’ail et persillade. Le riz blanc qui l’accompagne n’a aucun intérêt, c’est dommage.
L'InattenduUn tiramisu pour le dessert et voilà un déjeuner rondement mené aux accents méridionaux qui charme les visiteurs. A quelques mètres de là, le cours d’Estienne d’Orves étale ses terrasses et un petit air doux s’engouffre dans les ruelles. Certes, avril n’est pas passé et on ne se découvrira pas d’un fil, il n’empêche, l’impatience estivale commence à poindre. D’ici là, on sera revenu à l’Inattendu…

L’Inattendu, 35, rue de la Paix-Marcel-Paul, Marseille 1er arr. Infos au 06 09 20 77 20. Déjeuner : 25 et 29 € ; plat du jour, 19 €. Carte 35 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.