Restaurants en Provence

Wood, la petite cantine s’est fait une place au soleil

Sur la vitrine, il est écrit “cantine gourmande”. Oubliez les préjugés sur les cantines, du moins aujourd’hui, et poussez la porte de Wood, à moins que vous  n’ayez réservé en terrasse au soleil. Il vaut mieux réserver car, à 12h30, l’adresse est prise d’assaut et, aux beaux jours, la terrasse accueille jusqu’à deux services au déjeuner ! Le service est familier et complice avec les habitués, sympa avec les clients de passage. Amusez-vous à regarder l’ardoise au fil des jours : rien que des propositions intelligentes, renouvelées, entre bonnes intentions et belles réalisations.

woodLa planche et ses classiques concurrence les suggestions du jour arrimées en façade. Vous n’échapperez pas au burger servi avec un pain maison, un peu de poitrine fumée et croustillante, du cheddar coulant sur des rondelles d’oignons rouges et une addictive sauce cocktail. Le demi-camembert rôti aux herbes de Provence joue le sucré-salé (avec quelques raisins) et le croquant (avec des radis), des patates rôties, une chiffonade de jambon ; le gravlax s’accompagne de lentilles-échalotes réveillées par des cubes de féta, quelques agrumes baies roses et des herbes… Le service bat son plein, il faut servir à toute vitesse un public qui n’a qu’une heure pour déjeuner. Les clients sont heureux, quelques touristes assis-là au beau milieu des Marseillais, se disent que le hasard fait bien les choses.

La salade César est parfaite, avec du parmesan, des anchois, un filet de poulet pané au panko : – Vous aimez les anchois ?” s’inquiète la jeune patronne… Oui oui, on aime les anchois, ceux-là surtout, en filets crus, charnus et délicieux. Rien à dire sur cette salade sinon qu’on en aurait bien mangé le double ; un effet sûrement dû à la sauce voluptueuse au goût salé aguicheur. La tarte aux pommes est servie en bandes tranchées, la brioche perdue tiède, aux relents de beurre, est nappée d’un trait de caramel salé. Un café et le soleil brille toujours, la terrasse est toujours aussi peuplée. Alors faut-il y aller ? Oui car les (très) bonnes tables du midi ne courent pas les rues ; oui car l’imagination se double ici d’un goût évident pour les compositions gourmandes ; oui car le service est convenable en dépit de l’urgence qu’il y a à servir tout le monde en même temps. Le bonheur ne tient qu’à un fil, un coup de fil car il faut toujours réserver pour être sûr de manger chez Wood.

Wood, 8, rue de la guirlande, Marseille 2e arr. Infos au 04 91 91 93 42. Carte, 20 €.

1 commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter