Magazine

Lionel Lévy, nouveau président de Gourméditerranée

Lundi 8 mars dernier, les membres de l’association Gourméditerranée se sont réunis en assemblée générale pour la clôture des comptes 2020. La dernière élection au poste de président datant de 4 ans, un nouveau vote a été organisé. Plusieurs listes s’étaient constituées et toutes se sont dissoutes à l’exception d’une seule, conduite par le cuisinier Lionel Lévy et portait le nom de « Construire ensemble ».

gourméditerranée

A ce jour, l’association compte quelque 68 membres. Le 8 mars, 38 votes se sont portés en faveur de la seule liste en lice ; les scrutateurs ne recensant que deux votes blanc. Les autres membres n’ont pas pris part au vote. Ce sont donc, Lionel Lévy qui prend le poste de président, succédant à Gérald Passédat qui a quitté l’association. Lévy sera épaulé par deux vice-présidents, Philippe Zérah (Dalloyau, 1860, le Palais) et Clément Higgins (Bricoleurs de douceurs).
« Ce sont donc tous les métiers qui sont représentés avec respectivement, la cuisine, les métiers de la salle et du service, et la pâtisserie » expliquait ce jour Lionel Lévy, au Grand Pastis. Les emplois du temps de tous étant souvent difficilement conciliables, des binômes ont été nommés à chaque poste : Guillaume Bonneaud et Fabien Torrente au poste de trésorier ; Sylvain Robert et Gilles Carmignani au poste de secrétaire ; Matthias Dandine et Mickaël Féval à l’animation du département pour ne citer que ces quelques exemples.

Cotisation réduite de moitié
Christian Ernst, présent dès les premières heures de l’association, Coline Faulquier, Laurent Navarro et Pierre Lamour ; Vanessa Robuschi, Fabien Rugi (consultant) et Laëtitia Visse compléteront le conseil d’administration. Parmi les recrues 2021, l’association accueille Mathieu Roche (Ouréa) et Paul Langlère (Sépia). Trois membres d’honneur, Yves Camdeborde, Jacques Genin et Antoine Petrus auront pour mission d’apporter leur soutien et faire profiter de leur expérience tout en contribuant au rayonnement hexagonal de Gourméditerranée. Rien de surprenant chez Camdeborde, qui s’installe dans la région à titre personnel et qui, à l’égal de Jacques Génin, veut s’impliquer à fond. Quant à Antoine Petrus, deux fois Meilleur ouvrier de France, nul doute que son installation à Châteauneuf-du-Pape, dans le Vaucluse, explique pour partie ce ralliement (lire ci-après).

« Pour répondre aux difficultés que nous rencontrons tous, l’ancienne équipe avait vu juste en réduisant la cotisation de 50 %, explique Lionel Lévy. C’est une bonne chose que nous reconduirons ». Entre autres mesures qui seront mises en place, Lévy parle d’un « conseil d’administration participatif » avec le renouvellement de 4 membres maximum, sur la base du volontariat, tous les 6 mois, et la mise en place d’un fonds de solidarité avec un pourcentage reversé à des membres en difficultés financières (conséquence de la crise Covid) après examen des cas en commission.

logo gourméditerranée

Antoine Pétrus, gourméditerranée-n de goût et d’esprit

« Le Parisien que j’étais se revendique bien volontiers méditerranéen de goût et d’esprit, confie le directeur général de Maisons et Vignobles de Provence à l’heure de son entrée dans Gourméditerranée. Tant d’arômes et de tant de saveurs me lient de façon irrévocable à la Méditerranée. A cette cuisine familiale, métissée et relevée comme à l’art culinaire à dimension plus gastronomique, dans laquelle la Méditerranée a su s’engager avec brio, grâce aux grands noms de nos métiers qui portent au plus haut les terroirs viticoles, ceux terrestres comme ceux marins.
« Lorsque Lionel Lévy m’a fait l’immense honneur de me proposer de vous rejoindre, je n’ai pas réfléchi à un seul instant, très vite porté par mes souvenirs de table auprès de chefs de l’association, d’amitié également, tout comme pour ce devoir qui nous habite, en professionnel passionné. Celui de transmettre, de passer le savoir-faire aux apprenants, d’être dans le faire savoir de nos passions et de magnifier ce trésor qu’est la Méditerranée ».

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.