Magazine

Losseny Doumbia, meilleur apprenti de France brasseur à la Brasserie de la Plaine

Losseny Doumbia

Il fait la fierté de toute l’équipe de la Brasserie de la Plaine et, par extension, de tout le 5e arrondissement de Marseille : Losseny Doumbia, 20 ans, a décroché le titre de meilleur apprenti de France brasseur. La nouvelle a été officialisée cette semaine et c’est, pour Losseny, « un truc » qu’il n’avait jamais imaginé : – C’est une surprise, un rêve », confie-t-il exhibant une photo, trophée en main, posant dans les salons de l’Elysée.
Arrivé en 2018 au sein de la Brasserie de la Plaine pour un stage en logistique, Losseny a vite montré « plus d’intérêt à la fabrication de la bière qu’à soulever des cartons. J’aime le processus de fabrication, c’est fascinant du début jusqu’à la fin. On part d’un grain et ça finit en boisson, c’est comme élever un enfant, dit le jeune brasseur avec un sourire franc. C’est mon formateur qui a décelé mon intérêt et comme on était beaucoup trop en logistique, ça a été l’occasion… Quand j’ai découvert le travail, les machines, ça m’a paru chouette. J’ai appris, j’ai regardé, observé, nettoyé les fermenteurs. Sylvain Perrot et Salem Haji voulaient que je parte des bases, c’est Sylvain qui m’a tout appris » poursuit Losseny Doumbia.

Une « deuxième famille »
Délégué régional du syndicat national des brasseurs indépendants, Salem Haji, par ailleurs co-dirigeant de la Brasserie de la Plaine, a parlé du concours à son apprenti et a réveillé sa curiosité. Les épreuves ont eu lieu en 2021 avec toutes les contraintes liées à la crise sanitaire. « J’ai fait une vidéo pour montrer toutes les étapes du brassage et, ensuite, j’ai fait une vidéo-conférence avec les maîtres brasseurs… Je ne me souviens pas du temps que ça a pris, 30 minutes peut-être, mais j’étais très perturbé et ému par ces gens que je ne connaissais pas et dont certains m’ont posé des questions piège ».

Originaire de Côte d’Ivoire et arrivé en France en 2017, le meilleur apprenti de France brasseur 2021 se prend à rêver : – J’aimerais bien avoir ma propre marque de bières et aussi j’aimerais avoir des parts dans la Brasserie de la Plaine car ce sont eux qui m’ont tout appris ». Revenant sur son parcours, il parle de Sylvain « qui m’a conseillé et encouragé, il me disait quoi faire quand je partais en couilles ». Losseny a téléphoné à toute sa famille ivoirienne à qui il a envoyé toutes les images prises à l’Elysée, dont une avec le président Macron. « Ma mère est très fière », lâche-t-il avec émotion. Très à l’aise pour parler technique et intarissable sur le métier, Losseny parle avec affection de cette « deuxième famille » avec laquelle il travaille désormais. L’apprenti un jour, transmettra tous ses secrets à un autre jeune pour lui éviter « de partir en couilles ».

Des valeurs et un symbole forts

« Nous sommes un peu le « tonton » en France puisque la famille est restée au pays » annonce Salem Haji co-dirigeant de la Brasserie de la Plaine avec Sylvain Perrot. « Pour nous, ce prix est très symbolique et il porte des valeurs qui nous sont chères. Nous accueillons beaucoup de stagiaires que nous formons au travail et aux valeurs de l’artisanat », poursuit Salem Haji. Quant aux mentalités liées à l’apprentissage, « elles évoluent très très lentement malheureusement et, dans nos métiers, l’apprentissage c’est la voie reine ». La Brasserie compte à ce jour 7 salariés et 4 alternants, après deux années de crise Covid, l’équipe se targue d’avoir bien résisté et revendique un chiffre d’affaires en hausse de 20% par rapport à 2020.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Arles

► Céline la camarguaise. Elle s’est fait connaître en chantant les charmes du nomadisme en cuisine mais, finalement, Céline Pham a posé ses valises à Arles, l’été dernier. Suivant à la lettre les conseils de l’ami Armand Arnal qui lui a conseillé l’adresse, face à l’hôtel Voltaire, la cuisinière a jeté son dévolu sur une ancienne chapelle de 1224, ouvrant sa cuisine sur la salle. Fini le pop-uping et les restos éphémères : bistrot à la mi-journée, Inari se fait bistronomique en soirée. En référence à la déesse japonaise du riz et de la fertilité, Inari sert une cuisine inspirée des origines vietnamiennes de Céline. Thon rouge de ligne, aji verde, riz de Camargue soufflé, cébettes, shiso rouge, matcha et huile de sésame expliquent son succès.
Inari, 16, place Voltaire, 13200 Arles ; 09 82 27 28 33. Déjeuner 21, 35 et 41 € ; soirée, 51 €.

Var

Automne des Gourmands.- Le samedi 8 octobre, la 7e édition du festival sera parrainée par Pascal Barandoni, vainqueur d’Objectif Top Chef et chef au Mas du Lingousto. Cette journée mettra à l’honneur la saisonnalité, le terroir local et la découverte du goût. Rendez-vous esplanade Charles De Gaulle où seront installés la cuisine des chefs, le Bar des Gourmands et le marché de producteurs et artisans. L’après-midi, la cuisine accueillera Magali Armando,chef à domicile, et Guillaume Lecomte, chef chez Olives & Beurre Salé à Sanary-sur-Mer. A ne pas manquer non plus, de 10h à 13h, des ateliers peinture avec des ingrédients de cuisine animé par « Avec les mains » (3-6 ans). De 10h à 17h, ateliers sur le recyclage alimentaire et la confection de pâtes de fruits. Toute la journée, commerçants, producteurs et artisans proposeront leurs produits du terroir à savourer sur place ou à emporter. Au déjeuner, les visiteurs savoureront leurs trouvailles à l’espace pique-nique ou dans les restaurants du village.
Samedi 8 octobre 2022 de 10h à 18h au Beausset dans le Var, accès gratuit, infos au 04 94 90 55 10.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Une mozzarella 100% marseillaise.-  La Laiterie marseillaise reste fidèle à sa vocation pédagogique visant à voir et comprendre comment on fabrique des produits laitiers. Aussi, la boutique s’est-elle dotée d’un laboratoire visible depuis une grande baie vitrée. Nouveauté de la rentrée, la Laitterie lance des ateliers de fabrication de mozzarella et burrata pour adultes. À travers la fabrication de ces deux fromages, toutes les étapes de la transformation fromagère seront abordées et réalisées par les participants. Audelà de l’aspect ludique, c’est une vraie acquisition de savoirfaire qui est proposée : après ces 2 heures d’atelier, chacun repartira avec ses réalisations et un livret récapitulatif. Inscription sur le site web de la Laiterie Marseillaise ou se rendre en boutique !

www.lalaiteriemarseillaise.fr Tarif : 55 € par personne.