Magazine

Losseny Doumbia, meilleur apprenti de France brasseur à la Brasserie de la Plaine

Losseny Doumbia

Il fait la fierté de toute l’équipe de la Brasserie de la Plaine et, par extension, de tout le 5e arrondissement de Marseille : Losseny Doumbia, 20 ans, a décroché le titre de meilleur apprenti de France brasseur. La nouvelle a été officialisée cette semaine et c’est, pour Losseny, « un truc » qu’il n’avait jamais imaginé : – C’est une surprise, un rêve », confie-t-il exhibant une photo, trophée en main, posant dans les salons de l’Elysée.
Arrivé en 2018 au sein de la Brasserie de la Plaine pour un stage en logistique, Losseny a vite montré « plus d’intérêt à la fabrication de la bière qu’à soulever des cartons. J’aime le processus de fabrication, c’est fascinant du début jusqu’à la fin. On part d’un grain et ça finit en boisson, c’est comme élever un enfant, dit le jeune brasseur avec un sourire franc. C’est mon formateur qui a décelé mon intérêt et comme on était beaucoup trop en logistique, ça a été l’occasion… Quand j’ai découvert le travail, les machines, ça m’a paru chouette. J’ai appris, j’ai regardé, observé, nettoyé les fermenteurs. Sylvain Perrot et Salem Haji voulaient que je parte des bases, c’est Sylvain qui m’a tout appris » poursuit Losseny Doumbia.

Une « deuxième famille »
Délégué régional du syndicat national des brasseurs indépendants, Salem Haji, par ailleurs co-dirigeant de la Brasserie de la Plaine, a parlé du concours à son apprenti et a réveillé sa curiosité. Les épreuves ont eu lieu en 2021 avec toutes les contraintes liées à la crise sanitaire. « J’ai fait une vidéo pour montrer toutes les étapes du brassage et, ensuite, j’ai fait une vidéo-conférence avec les maîtres brasseurs… Je ne me souviens pas du temps que ça a pris, 30 minutes peut-être, mais j’étais très perturbé et ému par ces gens que je ne connaissais pas et dont certains m’ont posé des questions piège ».

Originaire de Côte d’Ivoire et arrivé en France en 2017, le meilleur apprenti de France brasseur 2021 se prend à rêver : – J’aimerais bien avoir ma propre marque de bières et aussi j’aimerais avoir des parts dans la Brasserie de la Plaine car ce sont eux qui m’ont tout appris ». Revenant sur son parcours, il parle de Sylvain « qui m’a conseillé et encouragé, il me disait quoi faire quand je partais en couilles ». Losseny a téléphoné à toute sa famille ivoirienne à qui il a envoyé toutes les images prises à l’Elysée, dont une avec le président Macron. « Ma mère est très fière », lâche-t-il avec émotion. Très à l’aise pour parler technique et intarissable sur le métier, Losseny parle avec affection de cette « deuxième famille » avec laquelle il travaille désormais. L’apprenti un jour, transmettra tous ses secrets à un autre jeune pour lui éviter « de partir en couilles ».

Des valeurs et un symbole forts

« Nous sommes un peu le « tonton » en France puisque la famille est restée au pays » annonce Salem Haji co-dirigeant de la Brasserie de la Plaine avec Sylvain Perrot. « Pour nous, ce prix est très symbolique et il porte des valeurs qui nous sont chères. Nous accueillons beaucoup de stagiaires que nous formons au travail et aux valeurs de l’artisanat », poursuit Salem Haji. Quant aux mentalités liées à l’apprentissage, « elles évoluent très très lentement malheureusement et, dans nos métiers, l’apprentissage c’est la voie reine ». La Brasserie compte à ce jour 7 salariés et 4 alternants, après deux années de crise Covid, l’équipe se targue d’avoir bien résisté et revendique un chiffre d’affaires en hausse de 20% par rapport à 2020.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.