Bouches-du-Rhône

Prix Agricole des Produits de Provence.- La Métropole AMP vient d’organiser la première édition du prix agricole des produits de Provence afin de valoriser l’excellence et la diversité de son agriculture et de ses productions. Vins, huiles d’olive, miels, bières et calissons : au total, onze catégories de produits ont été soumises à l’appréciation du jury composé de chefs, d’élus du Projet alimentaire territorial, de référents du réseau « Nos cantines durables », d’agents métropolitains (y compris de son directeur général des services), du président de la chambre d’agriculture Monsieur Levêque et du Grand Pastis. Etait aussi présent Christian Burle, 15e vice-président de la Métropole délégué à l’Agriculture, la Viticulture et ruralité, à l’Alimentation et Circuits courts et maire de Peynier. Chaque table a dégusté 3 produits différents, soit entre 15 et 20 échantillons au total. Un expert produit a accompagné la dégustation de chaque table sans jamais intervenir dans les notations et commentaires du jury. Les lauréats ont reçu leur prix mardi 28 mai.
Vin rouge AOP :  cuvée MIP collection AOP Côtes de Provence, Made in Provence, Puyloubier
Vin rosé AOP : Rose Bon Bon AOP Côtes de Provence, domaine des Diables, Puyloubier
Vin rosé IGP : Terre de passion IGP Méditerranée, vignobles du Roy René, Lambesc
Vin blanc IGP : cuvée tradition IGP Méditerranée, domaine Richeaume, Puyloubier
Huile d’olive AOP fruité vert vierge extra : AOP Provence château Montaurone, Saint-Cannat
Huile AOP d’olive maturée fruité noir : AOP Provence château Calissanne, Lançon-Provence
Miel de Garrigue IGP Provence :  les Ruches du Roy à Simiane-Collongue
Bière blonde :  Pacific Ale, brasserie artisanale de Provence à Rousset
Bière ambrée :  Thymbrée, brasserie Epicentre à Pertuis
Bière blanche : Gaby brasserie Zoumaï, Marseille
Calissons d’Aix :  calissons aux amandes de Provence, confiserie du Roy René, Aix-en-Pce.

Bollène

Le bronze pour Révélations. Installée dans le petit village de Bollène, l’épicerie Révélations gérée par le torréfacteur Nicolas Avon, a remporté la médaille de bronze au concours des Quintessences 2024 ! Cette distinction sera officialisée lors du salon Gourmet international qui se tiendra en septembre à Paris. « Chez Révélations, nous avons créé un lieu unique mêlant épicerie fine, bar à vin et salon de thé avec une offre de petite restauration atypique, où nos produits locaux et régionaux sont à l’honneur. Nous avons à cœur de cultiver une atmosphère chaleureuse et accueillante, propice aux échanges et aux liens sociaux », se réjouit Nicolas.
6, place Henri-Reynaud de la Gardette, 84500 Bollène ; infos au 04 90 61 86 53.

Suis-nous sur les réseaux

La Barasse

Les halles de producteurs de la Barasse fêtent leurs 5 ans. Rendez-vous jeudi 13 juin pour retrouver une trentaine de paysans-producteurs. De 17h à 19 heures, goûter offert : jus de fruit frais ou sirop, biscuits colorés d’Emacréa, et des fruits. Grande tombola gratuite, avec des produits du marché à gagner et ambiance musicale. Les halles de la Barasse, ont accueilli près de 40  000 visiteurs en 5 ans (en intégrant la fréquentation du début de saison 2024 de mars à juin). + 20% de fréquentation en 2023 par rapport à 2022. Et un très bon début de saison 2024. Le marché des 5 ans sera le 165e marché organisé depuis l’ouverture en 2020 avec près de 200 tonnes de produits vendus depuis 2020 (dont 70 tonnes en 2023). Plus de 750 000 € de chiffre d’affaire ont été générés depuis 2020 (270 000 € pour 2023). 58 paysans ou artisans ont participé à au moins 1 marché depuis 2020. En 2024 : 27 producteurs ou artisans se relaieront sur la saison. Les producteurs exercent dans un rayon de 45 km autour de Marseille depuis 2020.

Restaurants en Provence

Luisa Maria, une autre façon de nous faire aimer la pizza

Paris rive gauche. A quelques pas du Luxembourg et du théâtre de l’Odéon, la rue Monsieur Leprince respire le confort bourgeois des quartiers littéraires. Chaque dimanche soir, le restaurant Luisa Maria accueille tous ceux qui conjurent la fin du week-end en se donnant l’impression de vivre un samedi soir éternel. Pour ceux qui l’ignorent, le pendant rive droite de cette trattoria, s’appelle Maria Luisa et reçoit les bobos locaux avec la même verve, la même énergie et gentillesse… En septembre, on fait durer l’été en mode napolitain avec la voix enveloppante et l’accent charmeur de Giovanni qui arpente sa salle, attentif au moindre détail. Au premier étage, une fois l’étroitissime escalier en colimaçon monté, une petite salle est réservée aux tables de copains qui pourront brailler sans emmerder leurs voisins.

La carte permet de découvrir le fameux saucisson napolitain (salame napoletano), la burratina al tartufo (la petite burrata aux truffes) et le pecorino piccante qui arrivent tout droit de la botte deux fois par semaine. Dans une ville où Bretons, Aveyronnais, Normands, Alsaciens et autres Picards ont imposé leurs spécialités, les lasagnes au four, les linguine alla vongole, le vitello tonnato et l’insalata caprese prennent une couleur toute particulière. Pour accompagner l’apéro, une focaccia taillée en bâtonnets préfigure de la physionomie des pizzas : une pâte plutôt épaisse, voisine d’une pâte à pain au goût de noisette. Parma bianca, napoletana, di parma, malenzana, les garnitures sont délicates, la sauce de tomates san marzano colore la pâte sans l’imbiber, les trottoirs croustillent légèrement. La convivialité est de rigueur : on partage à deux ou trois sa pizza O’sole mio en même temps qu’une assiette d’antipasti misti (ultra crémeuse burrata doublée d’une généreuse ricotta, jambon de parme, salade de roquette, aubergines et courgettes à l’huile d’olive).

luisa maria pizzaL’heure du dessert arrive, celle de l’affogato al caffè aussi. Les conversations s’apaisent, on entre dans la nuit apaisé et joyeux. Alors faut-il y aller ? Oui pour les tarifs qui permettent de manger pour une trentaine d’euros ; oui pour le service et l’ambiance trattoria conforme à la promesse et la qualité des produits qui ne souffre aucune polémique. Oui car cette version de la pizza est très différente de celle communément servie à Marseille. Ni meilleure, ni moins bonne. N’en déplaise à une petite coterie de Parisiens fats qui avait fait rire la France en établissant le classement des meilleures pizzérias de l’Hexagone.

Luisa Maria, 12, rue Monsieur le Prince, Paris VIe. Infos au 01 43 29 62 49. Déjeuner et dîner de 30 à 40 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.