En direct du marché

Et si on allait faire son marché au lycée agricole de Valabre ?

lycée agricole de Valabre

Madame Françoise Joséphine Sibilot, marquise de Gueydan, restera dans les mémoires pour le don de 16 toiles à la ville de La Ciotat, principalement des portraits de famille, mais surtout pour le legs du château de la famille Gueydan à Valabre, érigé dès les années 1683. Quelque 200 ans plus tard, en 1880, le domaine entrait au patrimoine de la commune de Gardanne à la condition expresse d’y créer une école permettant à « ceux le souhaitant, de se former aux pratiques de l’agriculture ».
Aujourd’hui, lieu d’apprentissage agricole et forestier, le lycée agricole de Valabre accueille 370 élèves auxquels s’ajoutent ceux des filières apprentissage et formation continue. « Plusieurs spécialités sont enseignées, des espaces verts et jardins aux métiers de l’animal, de la protection/gestion de la nature à la production agricole », explique Joseph Weinzaepfel, le directeur du campus et proviseur du lycée de Valabre. Les élèves se répartissent de la seconde au bac pro, au bac techno, jusqu’au bac général ou le BTS, « c’est le lieu où ceux qui le souhaitent peuvent apprendre les métiers de la paysannerie », résume Serge Banet, directeur ajoint de l’EPL d’Aix-Valabre.

De la théorie à la pratique, il n’y a qu’un pas que les élèves franchissent allègrement en mettant en pratique les cours théorique. La structure propose d’apprendre in situ au sein d’une exploitation agricole classique de droit privé les gestes et réflexes que tout paysan doit avoir. « C’est un terrain d’exercice idéal pour ces jeunes qui sont encadrés par leurs enseignants, poursuit Serge Banet. Ils contribuent à la vie de l’exploitation et y suivent aussi des stages ».

Produits en vente directe
Pour le public, c’est l’occasion de déguster les produits de la ferme. Les jus de fruits, de 4 000 à 5 000 bouteilles par an, connaissent un grand succès (pomme, pomme-coing, pomme-abricot, pomme-poire) tout comme les pois chiche, la semoule de blé dur, la farine de blé tendre et les pâtes semi-complet. Le lycée agricole de Valabre, ce sont aussi deux appellations viticoles, AOP côtes de Provence et IGP bouches-du-rhône. Chaque année, ce sont 400 hectolitres (soit 15 000 bouteilles) qui sont produits en trois couleurs selon les principes de l’agriculture bio. « La vente des produits agricoles représente 100 000 € par an qui s’ajoutent à diverses subventions permettant de faire vivre les exploitations, précise Joseph Weinzaepfel, le directeur du campus. Depuis un an, la cave de vinification est en travaux donc nous avons rapatrié le magasin au lycée, au sein même du campus ». Si tout se passe bien, dans 18 mois, un nouvel espace de vente, aménagé dans la cave, accueillera le grand public.

Ouvert du lundi vendredi de 8h30 à 12h. Le vendredi de 16h à 17h30 et le samedi de 9h à 12h. Chemin du Moulin du Fort, 13548 Gardanne ; infos au 04 42 65 43 28. Pour plus d’infos sur les filières, cliquer ici.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.