Mes recettes

Makis en écailles de kaki

sushi de kakiVotre marché pour 8 makis : 300 g de riz japonais ; 6 cl de vinaigre de riz ; 6 cuil. à café de sucre en poudre ; 1 pincée de sel fin. Pour le montage : 1 kaki Persimon ; 100 g de radis blanc ; 200 g thon rouge ; 1 mini concombre et 4 feuilles de nori (algues japonaises).

On y va : cuisez le riz en respectant le temps indiqué sur l’emballage. Dans un bol mélangez le vinaigre de riz, le sucre, et le sel. Puis ajoutez cette préparation au riz cuit. Coupez le Persimon en fines lamelles. Coupez le thon en lamelles, le concombre en julienne et le radis en tranches très fines. Sur une feuille de nori, étalez de manière uniforme 150 g de riz sur toute la surface. Disposez dessus les lamelles de Persimon comme des écailles puis les tranches de radis. Couvrez le tout de film alimentaire et retournez l’ensemble. Déposez côté nori les lamelles de thon et la julienne de concombre sur toute la longueur, à 3 cm du bord. Commencez à enrouler la natte par le bord le plus proche de vous. Soulevez puis enroulez délicatement la natte en la tenant entre le pouce et l’index avec les deux mains. Tout en maintenant les garnitures à l’aide des autres doigts, enroulez délicatement la feuille de nori autour du riz. Avec les doigts, exercez une légère pression sur le rouleau pour lui donner une jolie forme cylindrique. Retirez la natte de bambou puis le film alimentaire. Coupez le rouleau en 4 ou en 6 morceaux. Entre chaque tranche, essuyez la lame du couteau avec un torchon humide. Renouvelez l’opération pour obtenir 4 ou 6 makis supplémentaires.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.