Brignoles

La Foire de Brignoles dédie un week-end complet à la gastronomie, samedi 20 avril et dimanche 21 avril prochain. Durant deux jours, des chefs se succèderont en cuisine pour mettre à l’honneur le terroir, la filière ovine varoise, la pâtisserie et les Vins de Provence. Julien Tosello, Benoît Witz, Pascal Barandoni, Nicolas Pierantoni ont déjà confirmé leur participation. Recettes autour de l’agneau, démonstrations à 4 mains où les chefs déclineront un produit de saison en version salée et sucrée, astuces pour pâtisser vegan mais avec gourmandise, recettes pour composer un apéro provençal de qualité et accords mets et vins seront commentés par un oenologue en partenariat avec les Vins de Provence.
• Toutes les infos sur la foire de Brignoles, ici

Marseille

► Les réservations pour dîner sur l’île Degaby sont ouvertes. De mai à octobre, l’île Degaby accueille un restaurant et un bar éphémères, une première dans l’histoire séculaire de ce fortin construit pour une vedette de music-hall au début du XXe siècle. Le restaurant proposera tout l’été  une cuisine tournée vers la Méditerranée, faisant la part belle à la saison, aux producteurs et artisans de la région. Des plats signatures pourront être partagés accompagnés d’une carte de vins sélectionnés avec soin. La réservation est indispensable afin d’assurer le transport en bateau. La carte proposera 3 entrées, 3 plats et 3 desserts, ainsi que des plats signature pensés comme des pièces à partager.C’est Sébastien Dugast qui assurera la partition comestible.

Originaire de Nantes et après avoir bossé dans des restaurants étoilés, il fut un temps le chef de la SMA Stéréolux à Nantes où il a pu associer ses deux passions, la cuisine et la musique. Après avoir roulé sa bosse en Auqstralie et aux USA, il s’installe à Marseille en 2012 au côté de Gérald Passédat au Môle, au cœur du Mucem. Attaché aux techniques de la cuisine traditionnelle française, Sébastien Dugast cherche la simplicité dans le travail du produit rigoureusement choisi. La maîtrise des cuissons et des jus sont fondamentaux pour lui. En 2021, Sébastien Dugast co-crée Mensa avec Romain Nicoli. Ils accompagnent l’île Degaby depuis 2023 pour la création de son bar et de son restaurant.
• Pour réserver vos soirées, c’est ici.

► Ouverture de la citadelle le 4 mai Après avoir ouvert temporairement l’été dernier (elle était fermée au public depuis plus de 350 ans !), la citadelle autrement connue sous les noms de Fort Saint-Nicolas ou Fort d’Entrecasteaux, ouvre ses portes au grand public, et cette fois de façon pérenne. Cet été, de nombreux évènements attendront les visiteur : visites théâtralisées, concerts, escape games, accès aux jardins, le tout avec bar et  un restaurant qui seront dorénavant ouverts toute l’année.

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.

Suis-nous sur les réseaux

Magazine

Marie-Josée Ordener, l’autre inspiration des Dîners Insolites

Marie-Josée OrdenerLe succès des Dîners insolites organisés en juillet dans le cadre de MPG2019 a été tel qu’ils seront reconduits en 2020. Aux 15 rendez-vous initiés lors de la première année, on prévoit 30 Dîners servis entre juin et juillet. A l’heure où s’organise la saison, Marie-Josée Ordener revient sur cette merveilleuse aventure. « Ce concept, c’est celui d’une équipe, de gens qui se connaissent, se côtoient et s’apprécient, insiste cette femme très énergique au sourire facile qui cite pêle-mêle Fabrice (Lextrait, NDLR), Emmanuel (Perrodin, NDLR), Emilie, Camille, Bottam et toute l’équipe des Grandes Tables… Ces Dîners, c’est un agrégat de petites choses, des détails qui donnent du sens à l’histoire » confie-t-elle.
Initialement, Marie-Josée Ordener avait pensé à une déambulation entre le point d’arrivée des convives sur un site et le lieu où l’on y avait dressé la table : « On n’y est pas arrivé partout mais on le fera en 2020. C’est important car ça permet de se déconnecter du reste du monde et de son quotidien », promet celle qui a imaginé la longue table de 40 mètres, les sièges en bottes de paille, la vaisselle et une foule de détails.

« Y’en a qui mettent en scène, moi je mets en cuisine »

« La blague, c’est que personne ne croyait dans le dispositif que j’avais imaginé. J’ai choisi un arbre dans une scierie qui a été coupé en planches pour monter cette fameuse table. Le travail de Bertrand a été formidable, il a poncé les planches et « fait » le dispositif pour rendre ce rêve viable. Et puis il y a eu Emilie qui a cru à cette installation dès les débuts », souligne Marie-Josée Ordener pour qui le travail en équipe a été primordial. « Tout ce matériel, ça représente 6 tonnes à charger, monter et démonter… Je vous laisse imaginer ce que ça représente en été, en plein cagnard et jamais personne n’a rechigné, tout le monde a fait sien le projet »… Toujours portée par l’aventure humaine, –« il n’y a que ça qui compte » -, Marie Jo promet que l’équipe fera mieux et différemment en 2020 mais comme l’an dernier, le service courra sur 1h30, « c’est le temps utile à table quand on n’a que ça à faire. Libre aux convives de traîner à table s’ils le souhaitent ».

Et si finalement, le succès des Dîners insolites résidait dans leur déconnexion du temps ? « Nous avons voulu que nos hôtes vivent l’instant présent. L’assiette était importante bien sûr mais il fallait que tout le reste le fût tout autant ». Pour le montage et le service, 10 personnes étaient mobilisées auxquelles s’ajoutaient le chef invité et sa brigade : « Tous ont été précautionneux, ont fait attention à ne pas casser la vaisselle et ont toujours été volontaires. Ces équipes ont généré de la paix ». Les Dîners insolites ont recréé dans les campagnes et grands sites silencieux l’ambiance des banquets de village simples d’autrefois, « un truc d’été sans musique », souffle Marie-Josée Ordener.

Des marionnettes jusqu’au piano

Marie-Josée OrdenerElle le revendique et l’assume : Marie-Josée Ordener n’est pas cuisinière, elle est « marionnettiste d’origine. Je vais dire un truc super méga prétentieux mais je suis ce que je fais dans l’instant, sourit-elle. Ici, on avance sans cesse sans jamais avoir le temps de se retourner ». Avec son complice Fabrice Lextrait et feu Philippe Saumande, elle a cofondé les Grandes Tables de la Friche Belle-de-Mai à Marseille. Originaire de Vaison-la-Romaine, elle est fille d’une famille de femmes cuisinières. « Mon grand-père vigneron a fondé la cave coopérative de Visans et mon autre grand-père était fermier. Chez moi, on échangeait un poulet avec du blé, j’ai grandi comme ça ». La musique et la cuisine ont toujours passionné ce profil aussi extraordinaire qu’atypique ; volontiers happée par le bruit, le rythme et les sons produits par une brigade au travail, « Marie-Jo » comme l’apostrophe Lextrait, trouve dans ce rythme une source d’inspiration. « Finalement, la cuisine et la musique ont les mêmes exigences » lance-t-elle. Obstinée, Marie-Josée Ordener s’est lancée tout récemment dans la fabrication de croissants avec de la farine de petit épeautre ou de la farine de guaimaro, « c’est la graine du noyer maya, avance-t-elle. Je me suis prise de passion pour cette petite graine qui contient tout. Je voudrais permettre aux gens du village qui la produisent d’en vivre ». Humaniste. Quant aux croissants ? Un miracle beurré mais pour les goûter, il faut être pote avec Marie-Josée…

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.