Art de vivre

Vins, restos, choco, couscous, les bonnes adresses de Maristella Vasserot

Pour elle, 2019 sera « une année intense » car elle va développer le « Cristal à l’export ». Caressant le raisonnable espoir de voir tomber les barrières qui lui interdisaient l’accès à certains pays, Maristella Vasserot espère bien exporter dans un pays africain, 2 pays en Europe et séduire le continent américain en 2019. A la tête de l’entreprise familiale, la distillerie éponyme, Maristella Vasserot n’en reste pas moins une bonne vivante jamais avare d’un bon plan et d’une adresse cool. Exemples…

Bistro du Cours Le bistro du cours. « Ce restaurant, c’est ma cantine, j’y vais au moins deux fois par mois pour son rapport qualité-prix imbattable. J’aime cette cuisine gastronomique à des tarifs incroyables et en plus, il est situé dans un quartier sympa, cool, où on ne s’attend pas forcément à trouver de telles adresses. J’aime aussi l’équipe qui a un état d’esprit « très cours Ju »; lors de mes derniers repas, j’ai mangé un thon frais pêché mi-cuit et des rognons délicieux. Quand les produits sont frais, c’est toujours bon ».
13, cours Julien, 6e arr. ; 04 86 97 59 11.

Cave de Baille Deux cavistes. « La Cave de Baille pour commencer avec Hugues Noël qui me raconte comme personne le monde du vin ; c’est lui qui m’explique les vins nature et l’histoire de chaque vigneron. Il y a aussi Notre-Cave-du-Mont qui est à l’image de son quartier. Son patron est très attaché aux produits locaux et émaille toutes ses anecdotes d’informations incroyables. Il est capable d’appeler tous ses fournisseurs pour répondre aux questions des clients en direct ».
La cave de Baille, 133, bd Baille, 5e arr. ; 04 96 12 05 68.
Notre-Cave-du-Mont, 10, rue de Lodi, 6e arr. ; 09 83 69 64 34.

Le Fémina. « C’est un restaurant hyper connu, le Femina de la famille Kachetel sert le meilleur couscous du monde. Je choisis celui à la graine d’orge avec toujours une côtelette d’agneau en accompagnement. C’est une maison où je vais depuis toujours ; c’est simple, soit je le fais moi, le couscous, soit je vais chez les Kachetel ».
1, rue du Musée, 1er arr. ; 04 91 54 03 56.

Maristella Vasserot Les Paniers marseillais. « Tous les vendredis soir, je récupère mon panier bio chez les Paniers marseillais dans les locaux de la fondation des Apprentis d’Auteuil à la rue Elémir-Bourges. J’ai décidé de manger bien et responsable parce que manger bio ça va au-delà du simple achat bio. C’est une façon de vivre, un partage, une mentalité. Ça m’a permis de découvrir de nouvelles personnes et d’apprendre à mieux manger. Je les ai découverts en me rendant sur leur site web et ce sont eux qui m’ont rappelée… Finalement c’est très simple ! »
La Ruche, 28, bd national, 1er arr. ; 04 91 53 14 70.

Deux chocolatiers. « Il y a deux endroits aussi que j’adore fréquenter, la première c’est la Baleine à Cabosse. ce sont deux jeunes qui fabriquent du chocolat c’est-à-dire qu’il partent de la fève de cacao pour fabriquer des tablettes superbes. La deuxième, c’est Françoise, une toute jeune chocolaterie à Saint-Julien animée par une jeune Marseillaise de 25 ans qui fait des chocolats absolument délicieux et des sujets remarquables ».
La Baleine à Cabosse, 213, rue Paradis, 6e arr. ; 04 88 64 03 95.
Françoise la chocolaterie, 47, rue Pierre-Béranger, 12e arr. ; 04 86 94 52 34.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.