Magazine

Marmites solidaires : le Min Marché Marseille Méditerranée trace un sillon vertueux

Marmites solidaires

2022 sera une grande année à double titre pour le Marché d’intérêt national de Marseille (Marché Marseille Méditerranée, ex-Min des Arnavaux) qui profite de son cinquantenaire pour lancer les Marmites solidaires. Cette nouvelle marque, portée conjointement par le Min et la Banque alimentaire, s’engage dans  la valorisation alimentaire en proposant des produits à consommer, à base de recettes élaborées avec des produits sains invendus. Ils seront cuisinés dans l’atelier de production de l’Association Fruits et légumes solidarité (AFLS), nouvelle entité associative créée par la Banque alimentaire 13 et le Min.
Lundi 24 janvier, Marc Dufour, directeur général du Min, a présenté la jeune marque lors du salon Food’in Sud au parc Chanot en présence de Martine Vassal, n°1 du département des Bouches-du-Rhône. Une présence pour rappeler que le Conseil départemental a très largement financé l’aménagement de cet atelier de transformation alimentaire au sein du Min ; lequel collectera et cuisinera les fruits et légumes invendus du Min pour les réinjecter dans les circuits de distribution associatifs. Chaque année, ce sont presque 3 000 tonnes de produits alimentaires frais, autrefois invendus, qui rejoindront désormais le circuit traditionnel.

En 2022, l’atelier prévoit une production de 300 tonnes, avec un objectif de 800 tonnes de soupes, jus, confitures, conserves d’ici 2025

A l’occasion de ce lancement, Marc Dufour, a déclaré que « tout au long de notre histoire, nous avons placé la solidarité au cœur de notre action et nous pensons, aujourd’hui plus que jamais, que nous avons un rôle à jouer pour que cet engagement serve les enjeux de notre société. L’initiative solidaire que nous présentons aujourd’hui incarne notre volonté d’une gestion responsable des denrées alimentaires qui transitent dans nos marchés ».

marmites solidaires

L’atelier emploiera du personnel en insertion professionnelle pour transformer les fruits et légumes invendus et tous les autres produits provenant directement de dons des agriculteurs ou des grossistes de la région. Ce projet pour lequel les participants ont posé la première pierre en 2016 s’avère particulièrement vertueux puisqu’il permet de lutter contre le gaspillage, en réutilisant les richesses agricoles du département et de la région ; il favorise l’insertion par le travail, agit contre la pauvreté et l’exclusion en apportant de la nourriture aux personnes dans la précarité ; il développe un modèle local et circulaire d’économie sociale et solidaire et proposer, enfin, une alimentation équilibrée en renforçant la part de fruits et légumes dans la ration quotidienne.

Les Marmites solidaires rejoindront les étals de la petite et grande distribution. Pour 1 produit vendu, 3 produits seront donnés et permettront aux personnes en situation précaire d’accéder à une alimentation équilibrée. Un modèle d’économie locale, sociale, et solidaire qui est appelé à se dupliquer partout en France en mobilisant les agriculteurs, grossistes, distributeurs et détaillants de nos régions. Les bénéfices dégagés par la marque permettront de financer l’investissement nécessaire au développement de l’activité et les frais de fonctionnement de la structure.

Zoom sur… l’AFLS

L’Association fruits et légumes solidarité (AFLS) est une organisation caritative qui a pour mission de préparer, cuisiner et conditionner les dons, surplus ou invendus de fruits et légumes pour les remettre dans le circuit solidaire à destination des plus démunis à la marque des Marmites solidaires. Lancé en décembre 2020, le laboratoire dont dispose l’AFLS est équipé d’une large palette d’outils permettant de transformer et conditionner les fruits et légumes frais de diverses manières (confitures, jus, soupes, sauces, produits surgelés cuits ou crus). Engagée pour favoriser l’insertion des personnes dans le besoin, l’association compte aujourd’hui six salariés en emploi d’insertion.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux