Marseille

► Dîner des mécènes. Pour financer la rénovation de sa statue monumentale, la basilique  de Notre-Dame de la Garde annonce la tenue de plusieurs « Dîners des mécènes » afin de soutenir financièrement cette campagne de travaux. Programme de la soirée : visite privée de la basilique de 19h à 20h + dîner bouillabaisse autour d’une seule grande table de 50 personnes de 20h30 à 23h sur la terrasse des ex-voto avec vue sur le ville (dîner au Restaurant en cas de mauvais temps). Tarif : 100 € TTC – hors boisson. Sur le prix du dîner, 35 € sont reversés à la basilique pour la rénovation de la statue, cette sommes est éligible à un reçu fiscal pour déduction d’impôts. Uniquement sur réservation pour 50 personnes. Caution bancaire demandée de 65 € TTC par personne, annulation gratuite 48 heures à l’avance.
• Réservations : www.lerestaurant-ndg.fr
Deux dates disponibles pour le moment : jeudi 6 juin et jeudi 4 juillet
Pour vos dons à la basilique en vue de sa restauration, cliquer ici

 

Cavaillon

Festival Confit ! 2024 en vue.- La 2e édition du festival confit ! de La Garance (scène nationale de Cavaillon) se déroulera du mercredi 22 au dimanche 26 mai 2024. Le temps d’une semaine, Chloé Tournier et toute l’équipe de la Garance, convient tous les publics à un festival de rencontres et de convivialité hors des sentiers habituels du théâtre. Autour de spectacles et d’expériences inédites, ici inspirées de la Provence de Giono ou là du Liban d’Hiba Najem – une artiste à découvrir d’urgence – tous les sens et les arts sont sollicités : le regard, l’ouïe, la poésie, l’odorat, le goût et le toucher. Cette année, ce sont 4 femmes qui s’emparent du vivant sous toutes ses formes et vont au contact du territoire et des publics à l’image de Vivantes la création portée par la compagnie BRUMES, ou de la randonnée-spectacle de Clara Hédouin « Que ma joie demeure », avec le regard complice du chef Emmanuel Perrodin.
Inscriptions ici.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Street food festival #4.- Pour cette année olympique, le Street food festival mettra à l’honneur les cuisines du monde. Durant trois jours, près de 50 restaurateurs, artisans de bouche, glaciers, vignerons et brasseurs exerçant tous dans les Bouches-du-Rhône vous feront voyager sur les 5 continents en profitant d’une vue imprenable sur la Méditerranée. Comme en 2023, une programmation musicale sera proposée durant les trois soirées, avec un point d’orgue le vendredi 14 juin pour une programmation exceptionnelle orchestrée par Radio Star. Le Street food festival entre dans la programmation de Marseille Provence Gastronomie imaginée par Provence Tourisme, sous l’impulsion du Département des Bouches-du-Rhône et de la Métropole Aix-Marseille-Provence. Pour limiter les files d’attente sur les stands, les paiements sur l’ensemble du festival se feront uniquement par l’intermédiaire d’une carte bancaire ou d’une carte cashless.
Esplanade de la Major (Marseille, 2e arr.), les 13, 14 et 15 juin de 17h à 1h.

Restaurants en Provence

Mathias Dandine à la Magdeleine, jamais Provence n’a été si contemporaine

Mathias Dandine à la Magdeleine et toute son équipe

« En venant ici, j’ai voulu faire quelque chose de plus moderne, confie Mathias Dandine. Dès mon arrivée au Relais de la Magdeleine, j’ai voulu associer mon équipe à l’instar de mon second, Alexandre Leard. Il n’est pas un faire-valoir, c’est quelqu’un qui accompagne pleinement la maison et son renouveau ». A l’heure du café, la profession de foi du maître de maison associe également Rudy Morel le chef pâtissier, Julien au service, Jérémy à la sommellerie… « C’est ma maison bien sûr mais c’est surtout notre maison commune », assure-t-il.
Dandine a fait ses premiers pas en cuisine à 14 ans, il en a désormais 52. Pour l’écrasante majorité des chefs, les années agissent tel un laminoir. Elles ont eu l’effet inverse chez ce chef varois dont le travail n’a jamais été aussi moderne et dynamique. A l’heure où beaucoup succombent aux charmes de l’Asie pour apporter une énergie nouvelle à leur cuisine, Mathias Dandine à la Magdeleine, en appelle à son intelligence. Et le résultat de ce travail d’équipe mené depuis 2019, est stupéfiant de créativité.

Mathias Dandine à la Magdeleine, le pari contemporain

Du Lavandou de ses premières amours, le Provençal a gardé le goût du littoral : le thon est servi mi-cuit assorti d’une andine cornue confite-poivron snacking grillé condiment ail roussi, le lieu jaune de ligne est rôti accompagné de morilles des pins au vin jaune et mousseux à la réglisse, le rouget est passé par la plancha avec une spirale de courgette confite aux herbes soupe rouge au pistou. Un faux-filet de bœuf jersiais maturé ou un canard de Challans pêches confites au thym citron jus aux épices jouent la partition terrienne.

« Parfois, les mecs en font trop ou pas assez mais qu’est-ce que j’aime Marseille ! »

Mathias Dandine
Au relais de la Magdeleine, un travail ciselé
Et si le gastro ne vous enchante guère, courez au Grand café, table installée au sein même du Relais de la Magdeleine où pâté en croûte, daurade plancha-bisque de crevettes et côte de veau bordelaise affichent de solides arguments. De 69 à 75 €. Infos au 04 42 32 20 16.
Il fait encore beau, très beau, essayez de déjeuner sous les platanes en terrasse. Le service est cool, personne ne se prend la tête. Fini le chichi pompon des couverts à poisson ou à viande : il faudra choisir le couteau fabriqué à la Coutellerie du Panier qui vous accompagnera tout le repas. Jérémy a plein d’anecdotes sur tous les vignobles locaux, sa carte dessine un hexagone viti-vinicole d’AOP, d’IGP, de vins de France qui passe par le Languedoc, la Bourgogne, la Corse, la Vallée de la Loire. Ici on ne fascine pas les trentenaires du canal Saint-Martin à coup de vins mal fagotés qui respirent le fumier, mais on raconte des histoires vigneronnes, celles de Sophie Cerciello ou de Raymond de Villeneuve Flayosc par exemple.

Mathias Dandine à la Magdeleine, audace à tous les étages

Focaccia briochée, pissaladière à la pâte brisée donnent le la d’un repas qui tutoie les sommets. L’anchois frais cache des cannelloni miniature de courgettes à la marjolaine-jus de poisson citron vert. Les crevettes seront marinées à cru au citron vert-pesto de fenouil et nage de poutargue, une seconde assiette proposera un jus de presse des têtes en fin bavraois rafraichi au melon. Les partis-pris gustatifs sont audacieux, l’exécution fine et très délicate. La cuisine prend les paris et on la suit les yeux fermés. Le cabillaud confit à l’huile d’olive, qui se détache en fins pétales, sera le meilleur qu’on vous aura servi de longue date et fait figure de point d’orgue dans ce déjeuner sans faute.

Mathias Dandine à la Magdeleine, les desserts exceptionnels de Rudy Morel

Les desserts de Rudy Morel, merveilleux baba au rhum et l’écorce de chocolat de Tanzanie, placent ce dernier parmi les meilleurs pâtissiers du moment. Un talent, une finesse et une vision qui renouvellent le genre. Alors faut-il renouer avec le Relais de la Magdeleine ? Mille fois oui car du travail de Mathias Dandine, on dira qu’il fut, par le passé, académique et rassurant et qu’il est devenu audacieux et inspiré. Assiettes ciselées, cuisine impeccable de pureté, lisse et forte en identité. Oui la gastronomie provençale peut être contemporaine, moderne et impétueuse. Encore faut-il en avoir le courage et en avoir saisi toutes les finesses. N’est-ce pas Mathias ?!Dandine à la Magdeleine

La Magdeleine-Mathias Dandine, 2, rond-point des Charrons, 13420 Gémenos ; infos au 04 42 32 20 16. Menu déjeuner 85 €. Formules 125 et 170 €. Carte 125 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.