Magazine

Ouréa, le restaurant de Matthieu Roche et Camille Fromont ouvrira fin mai

Matthieu Roche Ouréa, le restaurant de Matthieu Roche et Camille Fromont ouvrira fin mai. A cette heure, le gros des travaux est achevé ; pour répondre à la demande du chef, « la cuisine est sortie dans la salle » et le comptoir sera agrandi pour permettre à 4 personnes d’y manger. Matthieu Roche le reconnaît : le projet qui avait été imaginé il y a un an pour la rue Montgrand est définitivement oublié, le duo a dû déménager et s’installer à côté du palais de justice. « Mais nous sommes très heureux de notre voisinage, complète aussitôt Camille Fromont. Et la compagne du chef d’affirmer : – Il y a Gaspard, le Lauracée et Madame Jeanne tout proches d’ici, c’est très qualitatif et le niveau de restauration est excellent« . Le jeune couple a confié la décoration de ce nouveau lieu à leur ami Axel Chay, du studio Nava Obiecta, et ne cache plus sa joie : – Depuis un an, nous nous sommes ouverts à beaucoup de choses, on a fait beaucoup de vernissages, participé à des événements, on a fait la connaissance de beaucoup de chefs qui nous ont invités », assure Matthieu Roche. « Nous sommes heureux et soulagés, sourit Camille Fromont. Tous ces échanges, ça nous a permis de mieux appréhender la ville, de comprendre les Marseillais ».

« Que ça marche, on ne se pose pas d’autres questions »
L’ouverture d’Ouréa est imminente et répond à une réflexion menée de pair : – Nous avons une vision globale, ce restaurant a été pensé par nous deux », assène Matthieu Roche. Ouréa sera porté par 4 personnes dont les rôles ont été attribués : 2 en salle et deux en cuisine. « Camille gérera la salle et la carte des vins » dit Matthieu. « Je veux associer ma serveuse au travail de sélection des vins, il faudra aussi qu’elle goûte à la cuisine de Matthieu pour mieux en parler » enchaîne Camille Fromont. A ce jour, le couple n’a qu’un objectif, « que ça marche, on ne se pose pas d’autres questions. Nous avons pensé ce restaurant à deux et on voudrait que nos clients s’y sentent à l’aise, qu’ils aient l’impression d’être au bon endroit au bon moment » dit Camille. Créer un restaurant avec de l’énergie, « avec des gens, du monde… L’important c’est ce qu’on donne aux gens » assure Matthieu pour qui les récompenses et disctinctions « ne sont pas un Graal mais si un jour un guide nous attribue quelques chose alors ce sera tant mieux ».

« Cette ville se développe énormément, les gens ont toujours envie de nouvelles adresses pour aller manger » explique Matthieu. « Si nous avions ouvert à Paris, ce serait une nouvelle adresse parmi tant d’autres, ici c’est différent » l’interrompt Camille. Le couple se réjouit de « l’émulation folle » qui s’est emparée de Marseille : « C’est une ville très créative, les idées foisonnent et le tourisme se développe beaucoup. Moi, je suis parti il y a 12 ans, se remémore Matthieu Roche, ancien élève de Bonneveine, et je mesure le chemin parcouru lorsque je vois tous ces gens qui parlent toutes les langues et qui flânent sur le Vieux-Port, ça fait plaisir« .

Ouréa, 72, rue de la Paix-Marcel-Paul, Marseille 1er. Ouverture prochaine.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.