En direct du marché Non classé

Le melon de Cavaillon il a tout bon dans toute la région

melon de cavaillon
Petit conseil : le conserver au frais entre 8 et 10 degrés et pas plus de trois jours.
 Un cocktail chez Lucas Mézard Depuis 2015, le restaurant Le Garage à Lumière a fait l’objet de quantités de sélections et a souvent été primé lors de concours internationaux de cocktails. Baptisé le Cardin, cet cocktail met en scène le melon, non sans talent.
Le Cardin - Lucas Mézard 3 cl de Campari infusé au Pata Negra + 2 cl gin + 3 cl de Noilly-Prat + une bille de melon + 3 feuilles de basilic + 0,5 cl de sucre liquide.
Dans un shaker, écraser une bille de melon ajouter les feuilles de basilic, le sucre puis le Campari infusé au pata negra, le gin et terminer par le Noilly-Prat. Shaker avec des glaçons et servir dans un verre à Martini. En décoration, une bille de melon piquée avec une feuille de basilic.
Le Garage à Lumière, 99, rue de Lumière à Goult ; cocktails 8 €, infos au 04 32 50 29 32.
Mais d’où vient le melon ? D’Italie ? Des Charentes ou bien de de Cavaillon ? En été, le melon est le légume ou le fruit, selon qu’on se place en mode alimentaire ou botanique, le plus consommé par les Français : « C’est une période majeure pour notre activité commerciale » reconnaît le syndicat des maîtres melonniers de Cavaillon qui fédère quelque 50 producteurs et négociants. Son but : « Contrôler le rapport qualité/prix ainsi que le travail des producteurs jusqu’à l’étiquetage » explique le syndicat. Le melon de Cavaillon était communément appelé melon charentais il y a encore une vingtaine d’années, ce qui avait le don d’exaspérer la profession qui dénonce « une erreur car il ne provient pas des Charentes ! Bien au contraire, il provient d’Italie et il a été importé par les papes entre les XIIe et XIIIe siècles ».
Les plantations de melon à Cavaillon bénéficient d’un climat idéal garantissant une culture dans les meilleures conditions. Ainsi, cette cucurbitacée cousine des courgettes et autres courges, a-t-elle besoin d’un fort ensoleillement, de chaleur mais aussi de mistral, « car le vent permet d’éviter de potentielles maladies dues à l’humidité. La ventilation naturelle du mistral est un élément très positif que d’autres régions n’ont pas », souligne René Molle, membre du syndicat. Aujourd’hui, ce dernier revendique près de 600 hectares de terres cultivées consacrées aux melons sachant qu’un hectare produit 20 tonnes de melons mais, au final, seules 5 tonnes seront certifiées melon de Cavaillon, ce qui explique son prix. Vantant les qualités d’un produit d’une qualité irréprochable à la localisation avérée, les maîtres melonniers de Cavaillon ont fait une demande  d’Indication géographique protégée dont l’issue ne saurait faire de doute.
Syndicat des maîtres melonniers de Cavaillon, 15, avenue Pierre-Grand, Cavaillon ; infos au 04 90 78 75 00.

Un menu chez Prévôt
Cette année, Jean-Jacques Prévôt fête la trente-septième édition de son menu « tout melon ». Sa passion pour ce fruit-légume est née d’une panne de voiture sur la route de Cavaillon. Lors de cette péripétie, il rencontre sa femme, à l’époque vendeuse de melons, « et c’est de là que tout est parti » sourit-il. Le chef fonde alors son restaurant avec une ambition gastronomique : « Dès lors, je ne pouvais pas servir du melon au jambon de Parme, aussi bons fussent-ils, explique Prévôt. J’ai donc élaboré tout un menu, d’autant plus qu’à cette époque, il n’y avait pas de tradition culinaire autour du melon ». Après des années de recherches et quantités de tests, Jean-Jacques Prévôt a compilé une centaine de recettes. Chaque année à partir du mois de mai jusqu’à début octobre, il imagine deux entrées comme le tataki de thon accompagné de melon, concombre, citron et crème d’avocat et y adjoint son plat signature : « Un melon au homard cuit dans une bouillabaisse de homard au four durant 30 minutes ». Jouer le contraste entre l’iodé et le sucré, c’est devenu la spécialité maison. Suit enfin, le baba et son sorbet au melon. Ce menu est devenu une référence, la fierté d’un cuisinier.
Chez Prévôt, 353, avenue de Verdun à Cavaillon ; infos au 04 90 71 32 43 ; menu melon, 78 €.

Une pâtisserie chez Jean-Luc Battu
Le Soleil Pernois est le gâteau au melon de la pâtisserie Battu à Pernes-les-Fontaines. Cet entremets se compose d’une base de pâte sucrée, de pulpe de framboises, de tranches de melon confit et d’un appareil aux amandes. Il a été imaginé en 1992 et figure, aujourd’hui,  parmi les 4 spécialités de cette maison familiale. « A l’office de tousirme, lorsque les touristes demandent des spécialités culinaires de la région, ils les redirigent chez nous » raconte Josée Battu son sans fierté.
Jean-Luc Battu, 72, rue Gambetta à Pernes-les-Fontaines ; infos au 04 90 61 61 16

Emki popUn polo chez Emki Pop
Vous avez tout essayé pour glacer votre été ? Et rien n’a marché ? Alors courez à la boutique Emki Pop de Marseille ou d’Aix pour découvrir le dernier-né du duo Emki Pop ! La toute dernière recette des polos fruités puise son inspiration dans les vergers de Cavaillon : « melon, poivre blanc et basilic ». Un plaisir toujours 100% naturel, sans colorant ni conservateur qui pourrait bien faire tomber la fièvre de votre thermomètre… Alors Melon ou Melèche ?
En vente 3,90€ chez Emki Pop à Marseille Vauban et rue d’Italie à Aix…

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux