En direct du marché

Le marché de producteurs de Pernes-les-Fontaines, un indémodable depuis 13 ans

Afin d’aider les consommateurs à distinguer les marchés de revendeurs des marchés de producteurs, la chambre d’Agriculture de Vaucluse a lancé, voilà 13 ans, les marchés du soir de producteurs. Ils durent deux heures, d’avril à octobre, avec la volonté assumée de « dynamiser les fermes de la région, mais aussi garantir des produits frais et de la région » explique le service culturel de la ville de Pernes-les-Fontaines. La spécificité de ces marchés« il y a surtout des produits bruts ».

marché de producteurs
André Riant (à g.) et son épouse (à d.), entourent Thierry Aptel-Guende (au centre) de la ferme du Rouret.

Le marché du soir des producteurs de Pernes-les-Fontaines a été le tout premier et demeure, 13 années plus tard, l’un des plus rentables et nombreux sont les producteurs à se bousculer pour y obtenir une place. La chambre d’Agriculture privilégie les agriculteurs faisant partie du réseau « Bienvenue à la ferme » ainsi que les Pernois, locavore attitude oblige… Hors saison le marché compte 28 producteurs et 22 en juillet-août. Cette variation s’explique car « les producteurs vivent au rythme des saisons ». A Pernes, habitués et touristes cohabitent en été dans ce qu’il est désormais convenu d’appeler la grand’ messe du mercredi soir. Mais en été, on fait la queue…
Le marché de producteurs de Pernes-les-Fontaines se tient tous les mercredis soir, place Frédéric-Mistral du 1er avril au 31 août de 18h à 20h et du 2 septembre au 14 octobre de 17h30 à 19h30 ; infos au 4 90 61 45 14.

marché de producteurs
Aurélie Couedriau et Jean-Pierre Lhersonneau

La ferme du Rouret

La ferme du Rouret vend ses légumes, volailles, son petit épeautre et son blé ainsi que du jus de raisin depuis la création du marché des producteurs de Pernes-les-Fontaines. « Le marché n’est pas loin de notre ferme à Mazan. Il se tient le mercredi, ça nous permet de faire une coupure dans la semaine car peu de gens viennent à la ferme » expliquent Catherine-Florence et Thierry Aptel-Guende. On les croise sur les marchés de producteurs de Pernes et de Mazan le samedi matin. « Avec le même intérêt économique » analyse Thierry. André Riant est un client fidèle de la ferme du Rouret et selon lui, « ils vendent des produits de qualité et leurs pommes de terre sont exceptionnelles ». L’agriculteur complète : « Les touristes achètent des choses simples, ils ne vont pas s’amuser à cuisiner un poulet de 3 kg, c’est trop gros et certaines personnes sont réticentes, ils ont peur de gâcher ».
Ferme du Rouret, 679, chemin du Rouret, 84380 Mazan ; infos : 04 90 69 84 84.

Aurélie Couedriau et Jean-Pierre Lhersonneau

Voilà 6 années que ces habitants de Tours passent leurs vacances en Vaucluse. Pour Aurélie Couedriau et Jean-Pierre Lhersonneau, le marché de Pernes figure parmi les moments incontournables d’un séjour réussi. « On m’avait conseillé d’y aller et c’est devenu une habitude à chaque vacances » raconte Aurélie. Ils restent fidèles à ce lieu car « les prix sont variés, les produits sont appétissants, tous les producteurs sont locaux et on sait que c’est de la qualité. Il y a aussi ce côté dépaysant et surtout pas snob » ajoute Jean-Pierre. En période de canicule, les Tourangeaux recherchent « des glaces afin de se rafraîchir mais aussi du fromage, des fraises, du miel de lavande ». A contrario des supermarchés « ici, les fruits ont du goût, on sent le soleil et la Provence qu’on déguste ».

Alexandre Fligeat, maraîcher

En 2008, Alexandre Fligeat reprend l’exploitation de ses parents et participe pour la première fois, un an plus tard, au marché de producteurs de Pernes. La famille Fligeat a tout misé sur le marché de producteurs « car ça dure 2 heures et n’empiète pas sur le travail à la ferme » analyse Estelle, la conjointe d’Alexandre. Au marché de Pernes, les producteurs et les clients savent que tous les produits sont de qualité et cultivés dans un environnement sain. Estelle insiste sur le caractère raisonnable des prix, forcément concurrentiels face à ceux de la grande distribution : – Ce n’est pas parce qu’on est un marché de producteurs qu’on doit augmenter les prix. Au contraire, on doit inciter les gens à venir au marché et qu’ils voient la différence entre un supermarché et le marché ».
EARL Fligeat ;  756 Route de Patris ; Pernes-les-Fontaines ; infos au 04 90 63 11 30.

Marie Riera / photos M.R.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter