Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

En direct du marché

Un melon, ça ne s'achète pas à la légère

Un bon melon ne s'achète pas à la légère Grand PastisChaque été, sur le marché de la place Richelme à Aix, sur les marchés de Manosque, Les Mées, Cavaillon ou Caderousse, les stands des marchands de fruits et légumes sont le théâtre des mêmes scènes. Face à des monticules de melons, les consommateurs cherchent par tous les moyens à en choisir un qui ait le meilleur goût possible. Pour cela, les méthodes comme les avis, divergent. Certains le soupèsent, d’autres le reniflent et certains se demandent s’il s’agit de melons mâles ou femelles. Afin de savoir comment choisir son melon, voici quelques conseils prodigués par le syndicat des maîtres melonniers de Cavaillon. En moyenne un ménage français achète près de 6 kilos de melon par an.

Comment bien choisir son melon

  • Faire attention au nombre de tranches marquées sur sa peau : il doit en y avoir dix.
  • Observer le melon : son écorce doit être de mate à légèrement brillante et le filet séparant chaque tranche de couleur verte et légèrement bleutée.
  • Le pédoncule, petite queue du melon, doit observer une craquelure et légèrement se décoller.
  • Se fier à son poids : plus le melon est lourd, plus il est gorgé de sucre.
  • Sentir le melon, au niveau de son pédoncule et non de son mamelon : l’odeur doit être agréable sans être trop forte (signe de sur-maturité).
  • Ne pas se fier au « genre » du melon : ce fruit n’ayant pas de sexe, il n’existe ni mâles ni femelles.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.