Restaurants en Provence

Le foodtruck d’Alexandre Mazzia a enfin pris du service

foodtruck d'Alexandre Mazzia

Nous vivons une époque troublante et formidable. Dernier exemple en date : un fleuron des écuries Michelin qui descend dans la rue pour servir le fruit de son travail à toute une clientèle avide de qualité dans un rapport qualité-prix ne nécessitant pas de vendre sa maison pour s’offrir un menu. Et si le futur de la gastronomie était là ? La formule initiée par foodtruck d’Alexandre Mazzia donne accès au bon et au meilleur. Le menu fixé à 14 € pour le triumvirat entrée-plat-dessert invite à découvrir des saveurs et idées simplement. Au diable la vaisselle et le maniérisme qui font flamber la douloureuse ! Alors célébrons cette nouvelle forme de gastronomie accessible plusieurs fois par mois, voire par semaine ?

L’arrêté préfectoral ayant forcé les restaurants à fermer durant 15 jours, foodtruck d’Alexandre Mazzia en a profité pour enfin prendre du service. Initialement, à l’époque de l’ancienne majorité municipale, la décision avait été prise d’installer le camion du chef près de la mairie de Bagatelle. Et puis la majorité a changé. Et les accords ont été dénoncés et le foodtruck attendait au garage… La cuisine ambulante s’est postée face au restaurant et une file se forme, tous les jours dès 11h30 avec les habitués mais, et c’est ça qui est intéressant, des jeunes qui viennent “manger du Mazzia” pour 14 €. L’accomplissement du cuisinier est là, pas dans les étoiles.

foodtruck d'Alexandre Mazzia

Rigueur malgré tout
Ce vendredi midi, l’ami Jean-Baptiste Anfosso est venu livrer sa cargaison de fruits et légumes issus de la permaculture dont il fut l’un des pionniers dans la région. Les cagettes ont inspiré un velouté courge-comté 24 mois, un pain fumé-pélamide satay-courge rôtie aux épices condiment tomaté au vinaigre et oignons au jus de cuisson. Virtuose de l’épice, Mazzia en joue parfaitement dans ce velouté épais et voluptueux, avec une belle longueur en bouche comme un poivre puissant et délicat. Le “pain fumé” à mi-chemin entre le pain libanais et le pita est garni d’un filet parfait travaillé au chalumeau pour exacerber les saveurs de la sauce satay. L’abondance des herbes conduit à des strates de saveurs, le sandwich et plat tout à la fois, est généreux et heureux. En guise de dessert, le chef basketteur a imaginé comme un cookie très souple, à la carotte et débris de chocolat à 70% que viennent titiller quelques graines de fenouil et cumin mêlées, un amusement qui s’accompagne d’un thé à la menthe par trop infusé et dont l’astringence dénote.

Alors faut-il faire la queue devant le foodtruck d’Alexandre Mazzia ? Oui pour le très bon rapport qualité-prix mais il faudra faire confiance au chef qui ne propose qu’un menu et qu’un tarif. En outre, seul le paiement en liquide est accepté (il serait dommage d’attendre et d’être obligé de courir au distributeur en perdant son tour)… L’équipe travaille avec concentration et calme ; de temps à autre, le chef s’indigne d’une présentation ou d’un emballage et tout le mode s’affaire pour corriger le tir. L’exercice est périlleux mais ultra convainquant. Oui, on peut y venir et revenir.

Le foodtruck d’Alexandre Mazzia 9, rue François-Rocca, Marseille 8e arr., menu déjeuner : 14 € ; du mardi au samedi. Infos au 04 91 24 83 63.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Vite lu

Les Grandes Tables à lire ! Les grandes Tables (réseau de restaurants à Marseille, Calais, Clermont-Ferrand) viennent d’éditer un livret titré 10+4. Ce 10+4 relate les trois dernières années  marseillaises d’aventures culinaires et artistiques qui s‘inscrivent dans la continuité de cette entreprise initiée en 2006 : raconter les cuisines dans leurs diversités et leurs actualités.
À Marseille à la Friche Belle-de-Mai, à La Criée Théâtre national et au Zef-scène nationale, à Calais au Channel-scène nationale et enfin à Clermont-Ferrand à La Comédie-scène nationale, les grandes Tables dialoguent avec les lieux culturels où elles sont installées et avec leurs territoires. Elles y conduisent des projets culinaires et y inscrivent la cuisine comme une discipline artistique à part entière, qui s’épanouit dans les conversations avec les autres arts. Ce 10+4 vous permettra tout à la fois de découvrir cette belle enseigne et tout ce que ses équipes ont fait toutes ces années avec la très modeste participation du Grand Pastis. A télécharger ici.

jeremy julien au Culti

Le Matière Brut investit le Culti C’est l’un des événements annoncés de l’été prochain : l’équipe du Matière Brut, conduite par Jérémy Julien, annonce son arrivée au sein même du bar-tabac du Roucas-Blanc (Marseille, 7e arr). Avec un vaste jardin, le Culti jouit d’un magnifique espace pour servir déjeuner et dîners dans une ambiance cool comme les aime Jérémy et en totale adéquation avec son répertoire culinaire. On vous en parle dès que la réouverture des restaurants (au moins des terrasses) sera effective.

Cassis, les volets rouges certifiés vert Arnaud et Cédric sont fiers et heureux d’annoncer le changement d’identité de leur maison : l’hôtel du Joli Bois devient l’hôtel les Volets Rouges – Cassis. Le duo a a profité de l’hiver pour se livrer à de nombreuses rénovations “afin de vous apporter toujours plus de confort, de quiétude dans notre bulle de nature au cœur du parc national des calanques, assurent-ils. Et d’ajouter : – Nous venons d’être certifiés par l’écolabel international Clef Verte, ce qui fait de nous le premier hôtel de Cassis à recevoir un écolabel”. Hôtel Les Volets Rouges – Cassis, D559 – route de la Gineste, 13260 Cassis ; infos au 04 42 01 02 68.