Magazine

Mon été à Marseille avec… Benjamin Colombani

Benjamin ColombaniOn lui doit d’avoir lancé le festival In&Out, premier du nom, en ce mois de juillet 2020. Il est aussi l’âme du Gaspard, bar à cocktails fondé en avril 2016 avec ses compères Greg Hessmann et Edouard Giribone. Tout le monde l’appelle Ben ; c’est l’apanage des grands d’arriver à faire oublier son nom de famille. Ben, donc, reçoit au comptoir de son bar et raconte son été à Marseille : – Il y a comme un autre état d’esprit en été dans cette ville, dit-il. L’air est plus moite, on est plus relax. Pour nous, l’hiver est une saison dense alors que l’été est plus calme mais on ne se repose pas pour autant. Il faut redoubler d’énergie pour aller chercher le travail et participer à des événements. L’été est une saison où il faut nous bouger » dit benjamin Colombani. Les années passent et le maître es-cocktails du Gaspard, 28 ans au compteur se reconnaît « plus ouvert qu’avant, moins sauvage… Je grandis » lâche-t-il avec sagessse avant de partager ses états d’âme estivaux.

Quels sont vos lieux en été ?
J’ai emmené mon équipe à Berlin l’an dernier et ça a été une expérience bluffante car les établissements berlinois ne sont pas pensés comme chez nous avec une seule pièce de réception. Ce sont des vastes lieux avec plusieurs espaces dédiés à des atmosphères et fonctions différentes, un peu à la façon de Maison Buon où il y a, sous une même enseigne, une cave, un resto, un espace d’expositions… J’aime aussi le Sépia, c’est un super lieu de vie avec un jardin et en plus, on y mange bien.

S’il fallait faire quelque chose ?
Aller faire un plongeon à 3 heures du matin à Malmousque quand il n’y a plus personne ; la nuit, cv’est génial Malmousque quand les gens sont partis ! J’y vais avec l’équipe du Gaspard, c’est bien… Moi je fonctionne en tribu, j’aime l’esprit qui s’est instauré dans l’équipe avec ceux avec qui j’ai bossé dans le passé et ceux avec qui je travaille désormais. J’aime quand on dit que « c’est gaspardien », quand des gens font tout ensemble, en équipe, entre amis.

Un autre lieu que Marseille en été ?
On quitte la ville et on va à La Fenière, à Cadenet. J’aime beaucoup la famille Sammut, Julia, Nadia, Ernest aussi et en plus il est viet’ comme moi. Le Vietnam est un pays touchant, c’est beau et il y a une énergie folle là-bas. C’est un pays où je ne pourrais pas aller passer 15 jours de vacances comme ça, si j’y allais, j’y resterais. En été, on va aussi à la campagne ; Enzo et Maheva avec qui je travaille sont de Manosque et on est déjà parti ensemble, pour se balader dans les vignes. On est parti à Lyon aussi pour faire la tournée des bars à cocktails bien sûr !

Benjamin Colombani – Gaspard, 7, bd Notre Dame, Marseille 6e arr. Infos au 06 88 23 86 66.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter