Carnet de cave

La Mongestine : pour trinquer avec Georgette de l’apéro au fromage

Mongestine
La gouache reproduite sur l’étiquette

Comme une profession de foi, ils l’affirment : « Nous sommes fiers de nos vins ». Il vaut mieux quand on est vigneron… En bientôt 5 ans, le domaine de la Mongestine, repris en 2017 par Harry Gozlan et son équipe, a fait l’objet de sérieux investissements et d’une restructuration du caveau, de la cave et des bâtiments. Le domaine de 120 hectares, au nord de l’appellation des coteaux d’Aix, compte 36 hectares de vignes (de la syrah, du grenache noir, cinsault, du vermentino, de la roussanne et du sauvignon) s’épanouissant entre 350 et 450 mètres d’altitude. Bénéficiant de l’influence des gorges du Verdon voisines, balayé par le mistral garantissant un état sanitaire très sain, la Mongestine abrite une flore et une faune préservées : sainfoin, orge et cultures maraîchères jouxtent les vignes. Dans cette Provence préservée et authentique, les oliviers parsemés le long des chemins rythment le paysage.

Et on mange quoi ?
Cette bien nommée Georgette, blanc 2019 monocépage vermentino, est un bonheur servi frais à l’apéritif et peut même accompagner tout un repas. Issu de vendanges manuelles et d’une vinification sans sulfites ajoutés, ce vin non filtré reflète l’identité de son terroir. Sa robe jaune paille aux reflets dorés donne le signal de la fête sur des poissons gras (truite fumée) et des coquillages en sauce (saint-jacques). Son nez complexe de fruits jaunes et d’épices trouvera écho sur une volaille comme la dinde aux marrons ou un poulet sauce curry (allez-y mollo quand même sur le curry). La dégustation, profonde et riche, séduira les amateurs de longueur en bouche. Un vin qui aura du répondant sur les fromages de chèvre du haut-Var, frais et/ou affinés. Un joli flacon pour dire à ses invités qu’on les aime.

Domaine de la Mongestine, RD 561, 83560 Artigues ; infos au 04 22 57 01 28. Cuvée Georgette blanc 2019, tarif : 30 € la bouteille (75 cl).

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.