Magazine

Motchus, les bonnes adresses de Médéric Gasquet-Cyrus

Il figure certainement parmi les linguistes les plus connus des Provençaux et sait parler au cœur des Marseillais avec l’accent. Lui, c’est Médéric Gasquet-Cyrus, un universitaire qui doit son impressionnante réputation à ses chroniques sur le « parler marseillais », diffusées chaque jour sur France Bleu Provence, et aux 9 livres qu’il a écrits ou co-écrits sur ce thème, en moins de 20 ans. Habitant de Cabriès, Gasquet-Cyrus, qui partage sa vie entre la radio et la fac, a connu un regain de notoriété depuis le 20 janvier dernier avec le lancement d’un jeu tout droit inspiré du Motus, animé par Thierry Beccaro sur France2, mais baptisé Motchus, à prononcer en appuyant sur le « tch ».
« Je voyais sur Twitter beaucoup de gens qui s’adonnaient aux jeux de mots et beaucoup de mots marseillais en étaient exclus bien qu’appartenant au français, dit-il. J’ai contacté Denis Beaubiat, prof de maths au lycée Diderot et nous avons vu que le code du jeu était en open source. Le temps de dresser une liste de mots et en 4 heures tout était fait. Il nous a fallu tester le jeu et en 24 heures il était en ligne ». Le linguiste reconnaît que le public affiche un réel plaisir à commenter et parler des variations d’intonations, « c’est un peu comme une recette de l’aïoli, chacun a la sienne », s’amuse Gasquet-Cyrus. Et on a beau être marseillais, on n’a pas tous le même vocabulaire qui diffère d’une génération à l’autre, entre les quartiers et selon même les origines sociales ou géographiques. 

« A Marseille, la tension du langage est surdéveloppée, la langue est un organe hypertrophié, c’est une valeur très marseillaise »

Médéric Gasquet-Cyrus

A ce jour, le jeu Motchus a été téléchargé sur plus de 15 000 smartphones avec une pointe à 18 000 et le chercheur souhaite ouvrir une voie : –  Marseille, est la seule ville de France à avoir son jeu Motchus alors j’invite les Toulousains, Bretons et autres Corses à faire de même ! ». En attendant, pour le Grand Pastis, Gasquet-Cyrus ouvre son carnet d’adresses…

Ses top adresses
1 Je vais à Noailles pour manger les petits sandwiches au poulet et au thon de la rue Longue, ça cale ma faim et on les trouve autour de 4 € pièce. Ils les font avec du vrai poulet et quelques frites maison, pas surgelées. J’aime beaucoup les mahdjouba, sorte de crêpes algériennes roulées avec du poivron piquant qui arrache et de la tomate…

2Les chichis et les panisses, je ne les mange qu’à l’Estaque et je les achète chez Magali, ça va bien avec l’ambiance. C’est très gras, alors je n’en mange pas tous les jours mais rien ne peut remplacer un apéro avec des panisses salées.

3Mon boulanger c’est le Four à Bois de Bouc-Bel-Air.

Pizzeria Chez Etienne
4Pour la pizza, je vais chez Manlio’s à Aix, pour sa pizza romaine épaisse garnie de produits frais, c’est la meilleure au monde. A Marseille, je vais Chez Etienne. De toute façon, Marseille, c’est la meilleure ville au monde pour la pizza, y’en a des bonnes en Italie mais il y a plus de chances de se régaler à Marseille qu’en Italie. Ça va faire réagir ça…

5Ma meilleure adresse thaï et laotienne, c’est le Vientiane, à Marseille, entre la mairie et la rue de la République. J’aime beaucoup leur cuisine, tout y est très bon et frais.

6A Aix, je recommande le Café des Négociants, c’est une brasserie, une cantine où on croise souvent les mêmes têtes. C’est plein tous les jours, c’est bon et généreux, du pain jusqu’au quart de vin, et on ne se fait jamais estanquer. J’y vais de temps en temps pour le tartare-frites irréprochable toujours servi avec le sourire.

Pour jouer, rendez-vous sur Motchus ici. Kiosque Magali, l’Estaque plage, Marseille 16e ; infos au 06 21 46 22 78. Manlio’s, 1, rue Jacques-de la Roque, à Aix-en-Provence ; infos au 09 81 30 36 52. Chez Etienne, 43, rue Lorette, Marseille 2e ; infos au 06 16 39 78 73. Restaurant Vientiane, 16, rue de la Mûre, Marseille 2e ; infos au 06 09 16 82 63. Café des Négociants, 4, ave. Pasteur à Aix-en-Provence ; infos au 04 42 21 10 46.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler.
Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone,
83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.