Magazine

Guide Michelin 2022 : la Villa Madie à Cassis du haut de ses 3 étoiles et le retour en grâces de Ludovic Turac

guide michelin 2022

Pour la première fois de son histoire, le guide Michelin a choisi de quitter la capitale et a choisi la ville de Cognac pour lever le voile, à 16h30, ce mardi 22 mars sur les restaurants étoilés du millésime 2022. L’édition française 2022 du guide rouge restera dans les mémoires puisqu’elle sacre, cette année encore, le département des Bouches-du-Rhône, décernant une troisième étoile au restaurant cassidain La Villa Madie, table menée par le couple Dimitri et Marielle Droisneau. Année de retour en grâce également pour Ludovic Turac (Une table, au Sud, Marseille 2e) qui retrouve son étoile après l’avoir perdue en 2021. Dans un Vaucluse sinistré, la Bastide de Capelongue décroche son premier macaron et dans le 13, Hélène Darroze au château La Coste fait briller le Puy Sainte-Réparade. On récapitule : la France compte 534 tables une étoile en 2022 et 41 restaurants ont reçu leur tout premier macaron cette année. Côté 2 étoiles, 74 établissements sont distingués et on compte désormais 31 tables trois étoiles dans le guide Michelin 2022.

Cinquante-cinq restaurants en France ont perdu leur macaron cette année ; le Vaucluse a de quoi faire la grimace puisque les Bories à Gordes, le Bistrot de Lagarde à Lagarde d’Apt, le château de Mazan à Mazan et le château de Massillan à Uchaux font partie des tables déclassées par le Bibendum gourmand.
Dans le Var, les Gorges de Pennafort à Callas et le Faventia à Tourrettes perdent leur macaron. Dans les Alpes de Haute-Provence, le Cloître à Mane ne brille plus. Dans les Alpes maritimes, la Bastide Saint-Antoine et le Mas Candille à Mougins n’échappent pas au déclassement. Cette année, le guide a décidé de faire « la place à une nouvelle génération de chefs qui ont pris le risque de se lancer, malgré le contexte, dans leur propre projet et c’est cette vitalité qui est célébrée », a confié le directeur international des guides Michelin, Gwendal Poullennec, à l’AFP. guide michelin 2022

Deux mois de retard
Initialement présentée en janvier depuis quelques années, la sortie du guide rouge a pris deux mois de retard cette année. Gwendal Poullennec, directeur international des Guides Michelin, s’en est expliqué voilà quelques semaines : – Plus que jamais, dans le contexte exceptionnel que nous traversons, j’ai souhaité que nos équipes soient sur le même tempo que celui des restaurateurs. Par souci d’équité à l’égard de tous les professionnels, cuisiniers comme acteurs du service que nous souhaitons pleinement mettre en avant dans cette reprise, et afin de maintenir le lien de confiance qui nous unit depuis plus de 120 ans à nos utilisateurs, nous avons donc naturellement décidé de décaler la présentation du nouveau millésime ». Pour les vieux routiers de la gastronomie, le mois de mars était autrefois le mois choisi par le fabriquant de pneumatiques pour sortir son guide… Retour aux sources.

Turac revient dans le guide Michelin 2022 : « J’ai beaucoup de chance »

Mardi soir, à l’annonce des résultats, le chef d’Une table, au Sud, Ludovic Turac débordait de joie : « J’ai eu la chance de vivre toutes ces péripéties sportivement. La perte de l’étoile ne nous a pas cassés et notre objectif c’était de retrouver notre place ». Revenant sur le rôle de son équipe, « Ludo » assurait avoir « une brigade incroyable, des types en cuisine qui sont des tueurs, j’ai beaucoup de chance« . « J’aime autant le travail que la cuisine, charbonner, créer, ça me plaît et toute cette année, j’ai fait ce que je savais faire ». Turac l’assure, « j’ai été à coeur ouvert, cette année a été une année de régal et je le dis même si je n’avais pas récupéré mon étoile. Ce restaurant est un restaurant où il y a une énergie positive et ça se concrétise aujourd’hui ».

Guide Michelin 2022 : le classement en région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Bouches-du-Rhône

Marseille / 1 étoile : Une table, au Sud – Ludovic Turac
Signature – Coline Faulquier
Alcyone Intercontinental hôtel
l’Epuisette
Saisons

Marseille / 3 étoiles :
AM-Alexandre Mazzia
le Petit Nice-Passédat

Aix-en-Provence / 1 étoile :
Mickaël Féval
Pierre Reboul au château de la Pioline
Le Saint-Estève au Tholonet

1 étoile : Dan B. la Table de Ventabren
Hôtel de Tourrel à Saint-Rémy-de-Provence
La Chassagnette au Sambuc à Arles
Fanny Rey et Jonathan Wahid – la Reine Jeanne à Saint-Rémy-de-Provence
Le Mas Bottero à Saint-Cannat
Le Relais de la Magdeleine à Gémenos
Christopher Hache, la maison Hache à Eygalières
Château de la Gaude (Aix-en-Provence)
La Table de Nans à La Ciotat
la Table du Hameau à Maussane-les-Alpilles
Aupiho, domaine de Manville aux Baux-de-Provence.

3 étoiles : La Villa Madie à Cassis et Oustau de Baumanière aux Baux-de-Provence

Alpes de Haute-Provence

1 étoile : Le Bistronomique, Manosque (04)
La Bonne Etape à Château-Arnoux
La Bastide de Moustiers 

Alpes maritimes

1 étoile :
Les Agitateurs, Nice
L’Or Bleu, Théoule-sur-Mer
Pure & V à Nice
La Flibuste-Martin’s (Villeneuve-Loubet)
L’Oasis à Mandelieu
Auberge Quintessence à Roubion
Le Clos Saint-Pierre au Rouret
Clovis à Tourettes-sur-Loup
Les Pêcheurs à Antibes
La Table de Patrick Raingeard à Eze-bord de mer
Les Bacchanales à Vence
Le Saint-Martin à Vence
Jan à Nice
Paloma à Mougins
La Passagère à Juan-les-Pins
Alain Llorca à la Colle-sur-Loup
Restaurant des Rois à Beaulieu-sur-Mer
Les Terraillers à Biot
Le Cap à Saint-Jean-Cap Ferrat
Elsa à Roquebrune Cap-Martin
L’Aromate à Nice
Le Figuier Saint-Esprit à Antibes
Lou Cigalon – maison Martin à Valbonne

2 étoiles : le Chantecler à Nice
Villa Archange au Cannet
Hostellerie Jérôme à la Turbie
Flaveur à Nice
La Chèvre d’or à Eze
La Palme d’or à Cannes

3 étoiles : Mauro Colagreco-Mirazur à Menton

Var

1 étoile : L’Arbre au Soleil au Lavandou
Les Oliviers à Bandol
Hôtel les Roches Rouges à Saint-Raphaël
Hostellerie Bérard à la Cadière d’Azur
Hostellerie de l’Abbaye de la Celle
L’Olivier à Saint-Tropez
Les Chênes verts à Tourtour
Le Mas du Langoustier sur l’île de Porquerolles
La Rastègue à Bormes-les-Mimosas
Le Relais des Moines aux Arcs
Le jardin de Benjamin à Lorgues
Le Castellaras à Fayence
Le Belrose à Gassin
Bruno à Lorgues
La Voile à Ramatuelle
Le Verbois à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume
La Palmeraie à la Croix Valmer

2 étoiles : La Voile à Ramatuelle

3 étoiles : La Vague d’Or à Saint-Tropez
Christophe Bacquié au Grand Hôtel du Castellet

Vaucluse

1 étoile : Pollen, à Avignon
La Mère Germaine, à Châteauneuf-du-Pape
Xavier Mathieu-le Phébus à Joucas
La Vieille Fontaine, hôtel d’Europe à Avignon
La Mirande à Avignon
l’Oustalet à Gigondas
Auberge La Fenière à Cadenet
Le Champ des Lunes
Le Vivier à l’Isle-sur-la Sorgue
Maison Prévôt à Cavaillon
La Petite maison à Cucuron
La Closerie à Ansouis 

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler.
Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone,
83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.