Restaurants en Provence

Nguyen-Hoang, les saveurs du Viêt-Nam en famille

Nguyen-Hoang

Les restaurants sont fermés mais ils sont entrés en résistance, l’écrasante majorité d’entre eux s’étant convertis à la livraison ou à l’emporté. Au vu de l’évolution des modes de consommation dans le monde, ce phénomène nous guettait et la pandémie pousse les plus rétifs à une conversion que les pizzérias, burgers et restaurants asiatiques avaient déjà accomplie. Dans une rue Méry toute repavée, le Nguyen-Hoang appartient aux incontournables tant cette famille propose une cuisine vietnamienne de qualité et très peu grasse, fine et généreuse.
Pour bien faire, il faut passer un coup de fil pour s’assurer que la maman est derrière les fourneaux et cuisinera aujourd’hui. Bonne pioche, c’est elle qui répond ce matin et prend la commande.

Nguyen-Hoang

Parmi les plats phare de la maison, les bành cuôn (crêpes de riz vapeur, viande de porc, champignons noirs et oignons frits), des rouleaux frais roulés dans l’instant à la viande de bœuf ou aux crevettes, un canard laqué-riz blanc et une soupe pho (bouillon de bœuf, nouilles de riz-émincé de bœuf et fines herbes). Pour le déjeuner, quelques nems accompagneront l’apéritif (au vin rosé), prélude très croustillant à un repas composé de deux bo bùn (boeuf et crevettes) roboratifs et cuisinés du jour. Encore plus riche en goût, le mi xao aux nouilles de blé au bœuf doit tout son intérêt à une sauce sucré-salé épaisse dont on aimerait qu’il y en ait toujours plus.

Alors faut-il y aller ? Quand les restaurants reviendront à une vie moins cahotique, le Nguyen-Hoang figurera sur votre planning des sorties. En attendant, on téléphone à l’avance pour passer commande et venir chercher sa commande. La carte n’est pas énorme, 5 entrées, 6 plats, c’est un indice de bonne adresse tout comme la famille qui mange ce qu’elle cuisine : y’a pas plus rassurant. Le rapport qualité-prix est excellent et promet de se régaler pour 15-20 € maxi. Par les temps qui courent, ce n’est plus négligeable.

Nguyen-Hoang, 6, rue Méry, Marseille 2e arr. ; infos au 04 91 90 71 92. Carte de 15 à 20 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.