Restaurants en Provence

Melt et ses burgers hyper addictifs et savoureux

Melt

Le burger est à la bouffe ce que TF1 est à la télé. Personne n’en mange comme personne ne regarde la Une mais quand on demande quels sont les meilleurs, tout le monde a un avis. Et il y a autant d’adresses que de styles dans un paysage tout chamboulé par la fermeture des restaurants. Ne vous pincez pas le nez avec dégoût quand on parle de burgers car ça fait 10 ans que plein de restaurants les ont mis à leur carte et aujourd’hui, certaines tables gastronomiques profitent de la livraison pour ajouter à leurs propositions, des burgers, des sandwiches et bientôt des fish and chips. Quelle revanche pour ce mal aimé de la food ! Il faut dire que McDo, Quick et Burger King ont bien contribué au bad buzz qui démolit le hamburger mais aujourd’hui, c’est l’heure de la revanche. Melt

A la façon d’une table classique, Melt revendique l’origine de ses produits : œufs de la région issus de poules élevées en liberté, sauces faites sur place comme les buns et brioches élaborés à base de farines Label Rouge, fromages british du Somerset… Malheureusement fermée à midi, l’enseigne ne diffuse ses bombes caloriques que le soir. Commande depuis le site vers Deliveroo à 18h45 pour une livraison à 19h45 comme demandé. Aucun reproche. La carte propose toutes les spécialités, il y en a beaucoup, peut-être trop et on s’y perd un peu avec les formules, les suppléments et les sides (frites, coleslaw, crispy fried chicken)…

N’oubliez pas le fudgy brownie
Le sac scellé est encore tiède mais 5 minutes au four à fond suffisent à reproduire la magie. Les viandes du smoky blue cheese et du BBQ sont juteuses, cuites à la perfection et d’une bonne tendreté. Le bacon caramélisé au sirop d’érable, le pain brioché apportent des saveurs réellement nouvelles et très appétantes. Le confit d’oignon apporte de la rondeur, le stilton de la gourmandise. Chaque bouchée en appelle une autre, c’est le top plaisir assuré. Et pas de tartuffe ! Tout le monde aime ça, c’est même un moyen que certains parents ont trouvé pour faire revenir leurs ados à table et avoir un sujet de conversation en commun.

Alors faut-il commander chez Melt ? Oui, oui pour le caractère unique des recettes et le soin apporté à la personnalisation des burgers. Oui car, pour être plutôt gras, les burgers ne sont pas graisseux. Oui car les produits sont frais et le brownie chocolat est une merveille, certes un peu sucré, mais fondant, presque coulant à coeur, avec des noisettes, un cadeau du ciel. Une belle adresse qui nous apporte beaucoup de réconfort avec un bon rapport qualité-prix. On valide !

Melt burgers, 42, rue Mazenod, Marseille 2e arr. Du jeudi au mardi de 18h30 à 22h. Commandes sur le site.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.