Magazine

Nonna Maria à Avignon, inizia l’avventura d’Aude et Paolo Cimo

nonna MariaLe centre-ville d’Avignon bruissait du retour sur le devant de la scène d’Aude et Paolo Cimo ; c’est chose faite avec l’ouverture, il y a quelques jours de Nonna Maria dans les murs mêmes du collège Saint-Nicolas-d’Annecy, édifié en 1367, suite à l’installation dans la cité papale des sœurs bénédictines. Et les amateurs de cuisine transalpine seront à la fête puisqu’outre les pizza, la carte aligne les heureuses surprises : osso bucco, risotto à la crème de langoustines, gnocchi de gorgonzola-pomme verte crue et speck en tête.

nonna Maria“Nonna Maria, c’est un peu la quintessence des recettes que m’ont transmises la maman et la grand-mère de Paolo lorsque je me suis mariée avec lui, confie Aude. Peut-être avaient-elles peur que le “petit” ne mange pas aussi bien avec moi qu’avec sa mamma ?” lance-t-elle dans un grand éclat de rire. Française d’origine italienne, Aude faisait ses études à Turin lorsqu’elle a rencontré Paolo, alors ingénieur du son pour la RAI. “Nous sommes arrivés en France en 2012-2013, se remémore Aude. Paolo a quitté la télévision publique et on a ouvert un restaurant dans l’Essonne, en région parisienne. Notre restaurant s’appelait La Lia et a rencontré un beau succès. Mais après 6 ans et demi en Ile-de-France, le soleil et le Sud nous manquaient trop”… Et c’est un coup de coeur pour Avignon, “ville magnifique”, avec sa pierre blanche semblable au travertin italien qui a achevé de les convaincre de revenir.

“Le secret d’une bonne cuisine ? De bons ingrédients et aussi, de longs mijotages”

couvent restaurant avignonComme une ode à la province de Marcellina proche de Rome, d’où est originaire Paolo, la carte chante la bella vita à tous les étages. “Certains de nos producteurs nous suivent depuis 2012, assure Aude. Nos serveurs et nos saveurs sont italiens, c’est une immersion totale”. En cuisine, la brigade est conduite par Anna Lisa. En salle, sous la houlette de Paolo, et de Massimiliano rompu à l’art du cocktail depuis sa formation romaine, le dépaysement est total.
“Comme en France, le répertoire culinaire italien est très riche, assure l’hôte du restaurant. Voilà pourquoi la carte changera très fréquemment et que nos formules déjeuner évolueront chaque jour”. Les pâtes fraîches, tagliatelles et ravioles, sont faites sur place ; idéales, elles accrochent la sauce puis s’en imbibent. “On réserve les pâtes sèches comme les spaghetti aux recettes dont la sauce glisse sur la pasta comme les spaghetti aux moules et palourdes” concède Aude avant d’évoquer la recette des penne à la vodka, typiques des années 1950-1960 à Rome… “Mais on n’oubliera pas la Provence pour autant avec beaucoup de clins d’oeil comme la panna cotta à la lavande ou les tagliatelle au ragoût de sanglier d’ici”. Quand dans un couvent, les nourritures de l’âme et terrestres se rejoignent.

Nonna Maria, 83, rue Joseph-Vernet à Avignon ; infos au 04 90 85 99 04. Formules déjeuner : 14 € (plat du jour), 19 et 24 €. Carte : pizzas de 12 à 16 €, plats de 14 à 22 € et desserts de 6 à 9 €.

Autour du patio… les lieux secrets de Nonna Maria

nonna Maria

La terrasse accueille quelque 180 couverts et des deux côtés de la cour, sur deux niveaux formant un ensemble de plus de 600 m2, s’organisent 3 salles de restaurant (120 places en tout) ainsi qu’un espace réservé aux réunions et séminaires. Si le restaurant raconte au mieux la philosophie de vie de ses deux gérants, le bâtiment n’en recèle pas moins d’autres atouts plus ou moins secrets… A l’entrée, un bar à vins sert une sélection d’une vingtaine de crus italiens, accompagnés d’une carte d’antispasti, planches de charcuterie et fromages.

Avignon

Le « club », un espace bar cosy aux coloris chaleureux et lumières tamisées, propose une vaste carte de cocktails préparés par “Max”, le bar tender. Trois magnifiques salons aux plafonds ornementés, agrémentés par un mobilier classique dans le style des années 1930, cachés par une porte anonyme, seront accessibles, sur demande aux membres du club privé ;  un « speak-easy » , piano-bar ouvert aux privatisations et aux soirées confidentielles. Des soirées y seront organisées dès les premiers jours du printemps, autour de dégustations de produits exclusifs, grands alcools, cigares, et vins d’exception.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

Une troisième boulangerie Saint-Honoré C’est le maire des 9e et 10e arrondissements qui l’annonce sur son compte Facebook, laissant entendre qu’il y serait pour quelque chose… C’est donc au 28, boulevard du Cabot dans le 9e, en lieu et place de l’actuel bureau de Poste, qu’une boulangerie à l’enseigne Saint-Honoré ouvrira ses portes dans quelques mois. Elle s’ajoute à l’adresse de la rue d’Endoume (7e) et à celle du Prado (6e).

cyril lignac Arles 100% cacao La deuxième édition du salon Chocolat et Gourmandise se tiendra au palais des congrès d’Arles du 20 au 22 mars 2020. Chocolatiers, confiseurs, pâtissiers, boulangers, biscuitiers, fabricants de douceurs et d’épicerie fine, éditeurs et distributeurs de matériel de pâtisserie et des arts de la table… 80 exposants seront présents à la rencontre de 10 000 visiteurs espérés. L’événement aura pour parrain Cyril Lignac qui sacrifiera à une séance de dédicaces. Durant ces 3 jours, des démonstrations des chefs, des ateliers pour les enfants et animations gourmandes seront programmés.

Laureen Agaesse disputera, à Paris, en mai prochain, la finale de la 15e édition du concours Talents biérologie. La deuxième demi-finale régionale, à laquelle participait la jeune marseillaise, élève du lycée hôtelier de Bonneveine, s’est déroulée au sein du CFA François-Rabelais de Dardilly, en banlieue lyonnaise. Seize candidats du Sud-Est ont mis en avant leur talent lors de trois ateliers : cocktail, service au bar et alliances bières et mets sous les yeux d’un jury de professionnels de l’univers de la restauration, de la filière brassicole et de la gastronomie.