Magazine

Nonna Maria à Avignon, inizia l’avventura d’Aude et Paolo Cimo

nonna MariaLe centre-ville d’Avignon bruissait du retour sur le devant de la scène d’Aude et Paolo Cimo ; c’est chose faite avec l’ouverture, il y a quelques jours de Nonna Maria dans les murs mêmes du collège Saint-Nicolas-d’Annecy, édifié en 1367, suite à l’installation dans la cité papale des sœurs bénédictines. Et les amateurs de cuisine transalpine seront à la fête puisqu’outre les pizza, la carte aligne les heureuses surprises : osso bucco, risotto à la crème de langoustines, gnocchi de gorgonzola-pomme verte crue et speck en tête.

nonna Maria« Nonna Maria, c’est un peu la quintessence des recettes que m’ont transmises la maman et la grand-mère de Paolo lorsque je me suis mariée avec lui, confie Aude. Peut-être avaient-elles peur que le « petit » ne mange pas aussi bien avec moi qu’avec sa mamma ? » lance-t-elle dans un grand éclat de rire. Française d’origine italienne, Aude faisait ses études à Turin lorsqu’elle a rencontré Paolo, alors ingénieur du son pour la RAI. « Nous sommes arrivés en France en 2012-2013, se remémore Aude. Paolo a quitté la télévision publique et on a ouvert un restaurant dans l’Essonne, en région parisienne. Notre restaurant s’appelait La Lia et a rencontré un beau succès. Mais après 6 ans et demi en Ile-de-France, le soleil et le Sud nous manquaient trop »… Et c’est un coup de coeur pour Avignon, « ville magnifique », avec sa pierre blanche semblable au travertin italien qui a achevé de les convaincre de revenir.

« Le secret d’une bonne cuisine ? De bons ingrédients et aussi, de longs mijotages »

couvent restaurant avignonComme une ode à la province de Marcellina proche de Rome, d’où est originaire Paolo, la carte chante la bella vita à tous les étages. « Certains de nos producteurs nous suivent depuis 2012, assure Aude. Nos serveurs et nos saveurs sont italiens, c’est une immersion totale ». En cuisine, la brigade est conduite par Anna Lisa. En salle, sous la houlette de Paolo, et de Massimiliano rompu à l’art du cocktail depuis sa formation romaine, le dépaysement est total.
« Comme en France, le répertoire culinaire italien est très riche, assure l’hôte du restaurant. Voilà pourquoi la carte changera très fréquemment et que nos formules déjeuner évolueront chaque jour ». Les pâtes fraîches, tagliatelles et ravioles, sont faites sur place ; idéales, elles accrochent la sauce puis s’en imbibent. « On réserve les pâtes sèches comme les spaghetti aux recettes dont la sauce glisse sur la pasta comme les spaghetti aux moules et palourdes » concède Aude avant d’évoquer la recette des penne à la vodka, typiques des années 1950-1960 à Rome… « Mais on n’oubliera pas la Provence pour autant avec beaucoup de clins d’oeil comme la panna cotta à la lavande ou les tagliatelle au ragoût de sanglier d’ici ». Quand dans un couvent, les nourritures de l’âme et terrestres se rejoignent.

Nonna Maria, 83, rue Joseph-Vernet à Avignon ; infos au 04 90 85 99 04. Formules déjeuner : 14 € (plat du jour), 19 et 24 €. Carte : pizzas de 12 à 16 €, plats de 14 à 22 € et desserts de 6 à 9 €.

Autour du patio… les lieux secrets de Nonna Maria

nonna Maria

La terrasse accueille quelque 180 couverts et des deux côtés de la cour, sur deux niveaux formant un ensemble de plus de 600 m2, s’organisent 3 salles de restaurant (120 places en tout) ainsi qu’un espace réservé aux réunions et séminaires. Si le restaurant raconte au mieux la philosophie de vie de ses deux gérants, le bâtiment n’en recèle pas moins d’autres atouts plus ou moins secrets… A l’entrée, un bar à vins sert une sélection d’une vingtaine de crus italiens, accompagnés d’une carte d’antispasti, planches de charcuterie et fromages.

Avignon

Le « club », un espace bar cosy aux coloris chaleureux et lumières tamisées, propose une vaste carte de cocktails préparés par « Max », le bar tender. Trois magnifiques salons aux plafonds ornementés, agrémentés par un mobilier classique dans le style des années 1930, cachés par une porte anonyme, seront accessibles, sur demande aux membres du club privé ;  un « speak-easy » , piano-bar ouvert aux privatisations et aux soirées confidentielles. Des soirées y seront organisées dès les premiers jours du printemps, autour de dégustations de produits exclusifs, grands alcools, cigares, et vins d’exception.

1 Comment

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Super soirée : cuisine raffinée et accueil très chaleureux. Je suis repartie avec une part de Fontina de mon enfance. Bravo !

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.