Magazine

L’Orphéon ferme et nous accueillera au Jardin de l’Orphéon, Maison Montgrand

Hugues-Mbenda-Maison-Montgrand
Avec Eric, son frère et partenaire, Hugues installe l’équipe dans le 6e arr

Hugues Mbenda et toute l’équipe de l’Orphéon, le restaurant de la rue Guy-Môquet (1er arr.) déménagent rue Montgrand et prennent possession des cuisines de la Maison Montgrand. Personne n’avait vu le transfert venir. Le restaurant avait, quelques mois auparavant, en janvier, obtenu un Bib gourmand au guide Michelin et semblait bien ancré dans son quartier, à côté du lycée Thiers. « L’adresse est fermée car nous souhaitions nous agrandir et profiter d’un jardin et nous avons préféré partir, confie Hugues Mbenda, son chef et propriétaire. Des travaux vont être entrepris par le propriétaire des murs et nous, pour l’heure, on se pose à la Maison Montgrand ».

C’est par le biais de l’association Marseille Centre, et l’entremise de Marianne Tiberghien, que Eric Mbenda, frère de Hugues, et Gersende Gueit ont été mis en contact. Cette dernière souhaitait développer une activité vespérale « et comme l’Orphéon travaillait beaucoup le soir, il y avait là un bon terrain d’entente » dit le cuisinier. Comme toujours en pareil cas, Gersende Gueit et Loïc Fauchille sont allés manger à plusieurs reprises à l’Orphéon et l’assiette a suffi à les convaincre. « L’intégralité de l’équipe nous suit, rien ne change, le rapport qualité-prix sera maintenu, ce n’est qu’un déménagement », rassure Hugues Mbenda.

Orphéon Hugues Mbenda

Si le dîner sera la transposition exacte de ce que l’on connaissait à l’Orphéon, les déjeuners seront, eux, remaniés. « C’est à Baptiste Branche, que je connaissais déjà lorsque je travaillais à Paris, que j’ai demandé de venir exécuter une carte que nous avons imaginée », explique Mbenda. Travaux de voirie, fermeture pour cause de crise sanitaire… La vie n’a pas été un long fleuve tranquille pour l’Orphéon « mais en dépit de tous nos soucis, on a toujours bien travaillé. On a noué de jolis liens avec les clients et la cuisine ouverte a beaucoup facilité les échanges », reconnaît le chef qui insiste : les prix ne bougeront pas.

C’est en quelque sorte un mariage entre l’Orphéon et la Maison Montgrand ; les bans sont publiés, rendez-vous dès le 19 en terrasse et le 9 juin pour dîner au « Jardin de l’Orphéon ».

Le Jardin de l’Orphéon, Maison Montgrand, 35, rue Montgrand, Marseille 6e arr. ; infos au 04 91 00 35 20.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.