Magazine

Roland Cazzola : « Dès cet été, les food trucks arrivent à Marseille »

food trucks

Il y aura bel et bien des foodtrucks à Marseille et ce, plus vite que prévu, dès cet été. La réponse de la Ville de Marseille au sujet concernant l’absence de food trucks sur la voie publique, publié ce 27 avril dernier dans le Grand Pastis, a fait réagir Roland Cazzola, conseiller municipal délégué à lʼEspace public qui l’assure : « Je ne me reconnais pas du tout dans ce que j’ai lu. Loin de moi les a priori sur les food trucks ! J’ai envie que cette ville bouge et vive et ça passera par l’installation de food trucks en réfléchissant, bien sûr, aux meilleures implantations ».
Roland Cazzola promet que « dès le mois de juin, dès cet été », les premières autorisations d’implantation de food trucks seront données, « les gens ont besoin de travailler dans cette période », assure-t-il. Assurant être un convaincu de la première heure, l’élu enfonce le clou en affirmant : – Et pourquoi pas des containers ? Je sais qu’il y a des gens fébriles sur cette idée mais moi, ça me convient, c’est sympa. J’en connais un installé au rond-point du Prado et il y a la queue devant, signe que la clientèle est au rendez-vous ».

Roland Cazzola

« L’ancienne municipalité était fébrile sur la question des food trucks ; pas moi, car ils apportent une nouvelle vision de la vie en ville. Je pense que c’est un élément indispensable à la vie des Marseillais et des touristes qui seront là cet été »

Roland Cazzola

Le coût exact de l’implantation d’un food truck sera identique à celui d’un camion pizza, soit 185 € par mois.

Estimant que les food trucks sont un élément indispensable à la vie des Marseillais et des touristes, le conseiller municipal délégué à lʼEspace public présente un calendrier : – Comme vous vous en doutez, on fera les choses par étapes en déterminant les lieux d’implantation puis en définissant les contours des candidatures. Comme pour tout marché, les offres seront analysées ». Pour « aller vite », l’élu promet une rédaction d’un Appel à manifestation d’intérêt (AMI) le 6 mai et une publication le 8 mai sur le site de la ville (marseille.fr) et d’autres médias. Pour « aller vite » encore, « trois semaines plus tard on ouvrira les enveloppes pour étudier les dossiers ». Et « le 14 juin, on démarre ». A ce jour, selon M. Cazzola, 6 points d’installation ont déjà été fixés, « on va y aller petit à petit, progressivement et je suis convaincu qu’il n’y aura aucun problème pour faire cohabiter tout le monde dans l’espace public ». Dernière précision, et non des moindres, les sites choisis l’ont été pour leur capacité à offrir une activité économique viable.

Un champ et un village de food trucks : deux grands projets à l’étude

Roland Cazzola précise que la municipalité, « dans le cadre de l’été marseillais travaille sur un projet de champ de food trucks sur l’esplanade du palais du Pharo en juillet et août. Nous travaillons également à l’installation, pérenne cette fois, d’un village de food trucks sur la place Henri-Verneuil à la Joliette ». Deux projets à l’étude sur lesquels on reviendra.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.