Bouches-du-Rhône

Prix Agricole des Produits de Provence.- La Métropole AMP vient d’organiser la première édition du prix agricole des produits de Provence afin de valoriser l’excellence et la diversité de son agriculture et de ses productions. Vins, huiles d’olive, miels, bières et calissons : au total, onze catégories de produits ont été soumises à l’appréciation du jury composé de chefs, d’élus du Projet alimentaire territorial, de référents du réseau « Nos cantines durables », d’agents métropolitains (y compris de son directeur général des services), du président de la chambre d’agriculture Monsieur Levêque et du Grand Pastis. Etait aussi présent Christian Burle, 15e vice-président de la Métropole délégué à l’Agriculture, la Viticulture et ruralité, à l’Alimentation et Circuits courts et maire de Peynier. Chaque table a dégusté 3 produits différents, soit entre 15 et 20 échantillons au total. Un expert produit a accompagné la dégustation de chaque table sans jamais intervenir dans les notations et commentaires du jury. Les lauréats ont reçu leur prix mardi 28 mai.
Vin rouge AOP :  cuvée MIP collection AOP Côtes de Provence, Made in Provence, Puyloubier
Vin rosé AOP : Rose Bon Bon AOP Côtes de Provence, domaine des Diables, Puyloubier
Vin rosé IGP : Terre de passion IGP Méditerranée, vignobles du Roy René, Lambesc
Vin blanc IGP : cuvée tradition IGP Méditerranée, domaine Richeaume, Puyloubier
Huile d’olive AOP fruité vert vierge extra : AOP Provence château Montaurone, Saint-Cannat
Huile AOP d’olive maturée fruité noir : AOP Provence château Calissanne, Lançon-Provence
Miel de Garrigue IGP Provence :  les Ruches du Roy à Simiane-Collongue
Bière blonde :  Pacific Ale, brasserie artisanale de Provence à Rousset
Bière ambrée :  Thymbrée, brasserie Epicentre à Pertuis
Bière blanche : Gaby brasserie Zoumaï, Marseille
Calissons d’Aix :  calissons aux amandes de Provence, confiserie du Roy René, Aix-en-Pce.

Bollène

Le bronze pour Révélations. Installée dans le petit village de Bollène, l’épicerie Révélations gérée par le torréfacteur Nicolas Avon, a remporté la médaille de bronze au concours des Quintessences 2024 ! Cette distinction sera officialisée lors du salon Gourmet international qui se tiendra en septembre à Paris. « Chez Révélations, nous avons créé un lieu unique mêlant épicerie fine, bar à vin et salon de thé avec une offre de petite restauration atypique, où nos produits locaux et régionaux sont à l’honneur. Nous avons à cœur de cultiver une atmosphère chaleureuse et accueillante, propice aux échanges et aux liens sociaux », se réjouit Nicolas.
6, place Henri-Reynaud de la Gardette, 84500 Bollène ; infos au 04 90 61 86 53.

Suis-nous sur les réseaux

La Barasse

Les halles de producteurs de la Barasse fêtent leurs 5 ans. Rendez-vous jeudi 13 juin pour retrouver une trentaine de paysans-producteurs. De 17h à 19 heures, goûter offert : jus de fruit frais ou sirop, biscuits colorés d’Emacréa, et des fruits. Grande tombola gratuite, avec des produits du marché à gagner et ambiance musicale. Les halles de la Barasse, ont accueilli près de 40  000 visiteurs en 5 ans (en intégrant la fréquentation du début de saison 2024 de mars à juin). + 20% de fréquentation en 2023 par rapport à 2022. Et un très bon début de saison 2024. Le marché des 5 ans sera le 165e marché organisé depuis l’ouverture en 2020 avec près de 200 tonnes de produits vendus depuis 2020 (dont 70 tonnes en 2023). Plus de 750 000 € de chiffre d’affaire ont été générés depuis 2020 (270 000 € pour 2023). 58 paysans ou artisans ont participé à au moins 1 marché depuis 2020. En 2024 : 27 producteurs ou artisans se relaieront sur la saison. Les producteurs exercent dans un rayon de 45 km autour de Marseille depuis 2020.

7e Arrondissement Marseille Restaurants en Provence

Le Panama latino food, l’unique restaurant panaméen de France

Le Panama latino food, l'unique restaurant panaméen de France

Aussi étonnant que cela puisse paraître, il n’y a qu’un seul restaurant panaméen en France et il est à Marseille ! Stéphane et Angelis ont racheté l’été dernier une adresse sans grand relief à quelques mètres de la plage des Catalans et y ont mené quelques travaux. Le 16 janvier, les deux amoureux célébraient l’ouverture du Panama Latino food, un consulat gastronomique, premier du genre dans l’Hexagone, avec une promesse faite par l’ambassadrice du Panama à Paris : l’envoi d’une plaque pour célébrer l’événement.

Tout petit pays de moins de plus de 4 millions d’âmes, le Panama est plus connu pour son canal que sa cuisine qui entre dans la grand registre des cuisines latines, la feminine touch en plus. La carte du Panama latino food se compose de ceviche (crevettes marinées au citron en entrée ou daurade en version plat), d’empañadas, de guacamole ou de canastas rellenas (des petits paniers garnis fabriqués à partir de lamelles de bananes plantain frites).  Le pulpo ou las gambas passent à la plancha, les tacos de pollo s’accompagnent de haricots rouges et de pico gallo (mix de tomates, oignons et citron).

Le Panama latino food, et sa fameuse sauce chimichurri

Angelis vit en France depuis 19 ans et maîtrise le geste. En cuisine, elle est secondée par John Terry, un type souriant, bronzé et tatoué, qui assaisonne les assiettes avec soin. Les empañadas au maïs seront servies chaudes, ultra croustillantes et sans gluten : à s’en lécher les doigts. Le ceviche contraste par sa finesse, le citron lui confère une fraîcheur qui s’avérera précieuse cet été. Chose curieuse : le guacamole servi dans les canastas rellenas (nos fameux paniers de banane platain frite) n’est pas pimenté, au Panama on le préfère tout doux alors qu’au Mexique et au Pérou, on le déguste plus « agressif ». Le bœuf tranché et mariné aux poivrons, se tartine de sauce chimichurri surprenante, car travaillée avec du culantro, une variété de coriandre à feuilles longues dont les Panaméens raffolent, et qu’ils mettent à peu près partout. Un riz au coco délicieux, aromatique et digeste, escorte la viande servie à point.

Le rhum star du Panama latino food

Et pour accompagner le café ? Entre les deux, mon cœur balance entre le flan coco façon Caraïbes et la « crema quemada de ron », une crème brûlée peu sucrée, au rhum typique, le ron Abuelo Añejo, produit star du Panama depuis 1908. Demandez également à Stéphane de le goûter, à sec, pour être surpris par sa grande douceur, un bonheur garanti.
Entre l’accueil enthousiaste d’Angelis et la bienveillance de Stéphane on ne sait que choisir. La cuisine panaméenne s’avère fine et fraîche, beaucoup moins percutante dans ses assaisonnements que ce qui se fait majoritairement en Amérique du Sud. Dans un registre estival évident, vous y savourerez de bons ceviche qui ont le goût de l’authentique et de la sincérité. Et puis, rappelons-le encore, c’est le seul restaurant panaméen de France ! Et rien que ça, ça mérite un détour…

Panama Latino food, 45, rue de Suez, Marseille 7e arr. ; infos au 07 82 30 40 92. Environ 40 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.