Art de vivre

Johan Triart signe la pâtisserie Eugénie à l’Isle-sur-la-Sorgue

pâtisserie Eugenie

Le pâtissier Johan Triart est originaire des Hauts de France. Né à Soissons, il y débute son apprentissage et obtient le titre de meilleur apprenti de l’Aisne. Il entre ensuite chez Arnaud Lallement (l’Assiette champenoise, à Tinqueux, près de Reims). Fort de l’expérience acquise dans ce 3 macarons, il rejoint Antonin Bonnet à Londres. Un autre chef, Philippe Colinet, lui propose un poste de second.  Christian Albrecht et Jean-Marc Soldati lui offriront l’opportunité suisse au poste de chef pâtissier. Fort de ce parcours très européen, Triart trouve ses aises dans la tradition française qu’il teinte d’inventivité. Passé un temps par la brigade de Julien Allano (le Clair de la Plume à Grignan), Johan Triart posera ses valises aux Bories à Gordes chez Grégory Mirer avant de regagner le village des antiquaires cette année.
Julien et Manon Toppin, propriétaires du Grand Hôtel Henri à l’Isle-sur-la-Sorgue, créent l’événement de l’été avec l’ouverture d’une pâtisserie au sein de leur institution familiale. Ce salon de thé porte le nom de pâtisserie Eugénie, évidente allusion à la dernière épouse de Napoléon III qui inaugura le viaduc de Fontaine de Vaucluse en 1867 et séjourna au Grand Hôtel Henri pour cette occasion. Pour satisfaire aux modes du moment, tout en cultivant le caractère d’authenticité de la maison, la gamme de pâtisseries mêle le savoir-faire pointu du chef pâtissier Johan Triart au sentiment réconfortant du fait maison. De la mignardise au gâteau de soirée jusqu’au gâteau de table, Triart s’inspire des saisons et des grands classiques et les retravaille, leur conférant plus de légèreté. Le jeune artisan a fait le pari d’une pâtisserie peu sucrée afin de valoriser les saveurs intrinsèques des fruits et autres ingrédients tous issus, dans la majorité des cas, des circuits courts et bio.

La pâtisserie Eugénie reçoit à l’heure du thé autour d’une guirlande de desserts et bouchées salées. La librairie attenante invite à la flânerie et offre une parenthèse hors du temps. Le tea time se décline à de multiples sauces. Sélection de boissons chaudes, des chocolats chauds, des thés et cafés, des jus de fruits bios et locaux. Au déjeuner, la sélection salée fait des émules…
Pâtisserie Eugénie, 1, cours René-Char, 84800 l’Isle-sur-la-Sorgue ; 04 90 38 10 52.

pâtisserie Eugenie
Non, non, ce n’est pas un citron… Mais ça en a le goût.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter