Art de vivre

Après 6 ans d’aléas, l’hôtel Mercure Canebière-Vieux-Port a enfin ouvert

Vendredi 19 juillet 2019. Cette date restera celle de l’accueil des premiers clients de l’hôtel Mercure Canebière-Vieux-Port. Un moment fort pour l’équipe de cet hôtel dont le permis de construire avait été déposé en 2013 et qui devait voir le jour deux ans plus tard. L’ouverture avait ensuite été repoussée à 2017, puis 2019… C’est le projet mené par Arrelia qui a été retenu, avec le
groupe Fondeville construction, Agir Promotion et le soutien du financement de 123 Investment Management, ainsi que le cabinet d’architecture marseillais Tangram. C’est, finalement, l’enseigne Mercure du groupe Accor qui a été choisie pour dynamiser cette bâtisse. Le bâtiment de type haussmannien date du XIXe siècle et se compose d’un hôtel 4 étoiles, le Mercure Canebière-Vieux Port, d’une brasserie et de sa terrasse, le Capucin, de deux salles de réunion et d’un espace coworking.

L’hôtel est classé 4 étoiles et dispose de 90 chambres dont les « classique », les « privilège » et les suites. Une des chambres est dotée d’une terrasse avec vue sur les toits du centre-ville avec Notre-Dame-de-la-Garde à l’horizon, le palais Carli, le marché Noailles et la rue des Feuillants à ses pieds. Tous les équipements inhérents à la classification 4 étoiles répondent à l’appel : coffre fort , climatisation, wifi, mini bar à discrétion, machine à café etc. Côté professionnel, l’hôtel propose un service de séminaires et réceptions avec ses 2 salles de réunion et un espace de coworking pour les réunions de travail. Les salles, avec vue sur le marché des Capucins, sont équipées d’un accès au web haut débit.

Hôtel Mercure Canebière-Vieux-Port, 48, La Canebière, Marseille 1er.

Le restaurant, le Capucin
Ancien second de Lionel Lévy au sein de la brigade de l’Intercontinental-Hôtel Dieu, Sylvain Touati a pris la direction des cuisines de l’hôtel. D’un papa d’origine algérienne, d’une grand-mère arlésienne et d’un grand-père espagnol, le chef, marseillais de naissance, puise son inspiration dans la gastronomie du bassin méditerranéen (lire son portait ici). La carte propose quelques sardines marinées-pommes de terre-poutargue et olives vertes cassées, une sélection de tomates anciennes-burrata, une très pertinente lotte et calmars cuisinés comme une paella, des linguine encre de seiches et palourdes persillade, une poitrine de cochon marinée, une niçoise-mesclun thon snacké. Quelques fromages affinés, un finger menthe-chocolat, une pêche façon Bellini composent l’offre sucrée.

Brasserie le Capucin, 48, La Canebière, Marseille 1er. Déjeuner : 24 et 29 € ; dîner : 39 €. Infos au 04 65 58 56 93.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.