Art de vivre

Après 6 ans d’aléas, l’hôtel Mercure Canebière-Vieux-Port a enfin ouvert

Vendredi 19 juillet 2019. Cette date restera celle de l’accueil des premiers clients de l’hôtel Mercure Canebière-Vieux-Port. Un moment fort pour l’équipe de cet hôtel dont le permis de construire avait été déposé en 2013 et qui devait voir le jour deux ans plus tard. L’ouverture avait ensuite été repoussée à 2017, puis 2019… C’est le projet mené par Arrelia qui a été retenu, avec le
groupe Fondeville construction, Agir Promotion et le soutien du financement de 123 Investment Management, ainsi que le cabinet d’architecture marseillais Tangram. C’est, finalement, l’enseigne Mercure du groupe Accor qui a été choisie pour dynamiser cette bâtisse. Le bâtiment de type haussmannien date du XIXe siècle et se compose d’un hôtel 4 étoiles, le Mercure Canebière-Vieux Port, d’une brasserie et de sa terrasse, le Capucin, de deux salles de réunion et d’un espace coworking.

L’hôtel est classé 4 étoiles et dispose de 90 chambres dont les “classique”, les “privilège” et les suites. Une des chambres est dotée d’une terrasse avec vue sur les toits du centre-ville avec Notre-Dame-de-la-Garde à l’horizon, le palais Carli, le marché Noailles et la rue des Feuillants à ses pieds. Tous les équipements inhérents à la classification 4 étoiles répondent à l’appel : coffre fort , climatisation, wifi, mini bar à discrétion, machine à café etc. Côté professionnel, l’hôtel propose un service de séminaires et réceptions avec ses 2 salles de réunion et un espace de coworking pour les réunions de travail. Les salles, avec vue sur le marché des Capucins, sont équipées d’un accès au web haut débit.

Hôtel Mercure Canebière-Vieux-Port, 48, La Canebière, Marseille 1er.

Le restaurant, le Capucin
Ancien second de Lionel Lévy au sein de la brigade de l’Intercontinental-Hôtel Dieu, Sylvain Touati a pris la direction des cuisines de l’hôtel. D’un papa d’origine algérienne, d’une grand-mère arlésienne et d’un grand-père espagnol, le chef, marseillais de naissance, puise son inspiration dans la gastronomie du bassin méditerranéen (lire son portait ici). La carte propose quelques sardines marinées-pommes de terre-poutargue et olives vertes cassées, une sélection de tomates anciennes-burrata, une très pertinente lotte et calmars cuisinés comme une paella, des linguine encre de seiches et palourdes persillade, une poitrine de cochon marinée, une niçoise-mesclun thon snacké. Quelques fromages affinés, un finger menthe-chocolat, une pêche façon Bellini composent l’offre sucrée.

Brasserie le Capucin, 48, La Canebière, Marseille 1er. Déjeuner : 24 et 29 € ; dîner : 39 €. Infos au 04 65 58 56 93.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Mas de Cadenet ouvre ses portes Pour célébrer la fin des vendanges, la famille Négrel vous ouvre les portes du Mas de Cadenet pour un repas champêtre et des ateliers autour du vin le 16 octobre prochain. Accueil à partir de 11h avec des ateliers des cépages (dégustation des mono-cépages tout juste sortis de fermentation) et des ateliers assemblage (jeux d'assemblages à la découverte des équilibres et personnalités des vins). Apéritif et repas champêtre à 12h30 : Cédric Aubert, du restaurant La Place à Puyloubier sera à la manoeuvre avec sa cuisine éco-responsable. Au menu du jour, un spectaculaire agneau rôti sur place, à la broche et au feu de bois et bien entendu du Mas de Cadenet pour l'accord parfait ! Le vignoble est ouvert à ceux qui le souhaitent pour une balade digestive. Mas de Cadenet, D57, 13530 Trets ; infos et inscriptions au 04 42 29 21 59.

Giuseppe Ammendola invité du Môle Passédat Le chef espagnol du restaurant Índigo cocina vegetal à Bilbao répond à l'invitation de Gérald Passédat et vient cuisiner toute la semaine du 11 octobre. Il proposera un menu végétal au tarif de 55 € par personne. Menu composé d'une mise en bouche (Truffe pas truffe, croquette de shiitake, caroube, émulsion à la truffe, salicorne), d'une entrée (betterave et célerie rave au vin rouge et jus d'orange, guacamole et pain grillé au sarrasin), d'un plat (risotto aux légumes du marché et aux algues, crème au beurre d’amande et fenouil, herbes aromatiques) et d'un dessert (caprese cacao et et aux amandes, ganache chocolat, framboise). Photo Richard Haughton. Infos et réservations ici.

A Aix-en-Provence, Jacquèmes tire le rideau. L'enseigne aura tenu 108 ans. Jacquèmes était la plus ancienne épicerie fine-caviste de la cité, implantée en centre-ville. Une boutique plongée dans le formol, un accueil épouvantable et une sélection qui ne répondait plus aux nouvelles tendances de la gastronomie expliquent le déclin de cette maison qui s'apprête à brader ses stocks dans les prochains jours. Si le coeur vous en dit... 9, rue Méjanes à Aix ; infos au 04 42 23 48 64.

Abonnez-vous à notre newsletter