Magazine

Pénurie de personnel dans les restaurants à quelques jours du festival d’Avignon

Les chefs de l’association Avignon, tu me régales ! tirent la sonnette d’alarme ; tous, quasiment sans exception, sonnent le tocsin et recrutent du personnel. De la cuisine à la salle, de l’étoilé au bistrot, la pénurie de personnel suscite de réelles interrogations chez ces chefs d’entreprise qui ne cachent plus leur inquiétude à quelques jours de la période estivale. Tous mobilisent leurs réseaux, passent des annonces, se paient les services de cabinet de recrutement, sollicitent Pôle Emploi… rien n’y fait. A quelques jours du début du festival, dans une ville qui vit essentiellement de son tourisme, la situation est critique pour beaucoup qui sont amenés à refuser du monde pour maintenir un niveau de service.

Pénurie de personnel « Mon souci porte essentiellement sur la salle, assure Jean-Michel Leclerc. Nos besoins sont saisonniers et c’est maintenant justement que les loyers flambent et pour loger mon personnel saisonnier c’est l’équation impossible ». Fataliste, le propriétaire de La Treille a fait une croix sur une partie de ses besoins en salle, « on s’organise, on improvise. J’essaie d’attirer les candidatures en proposant deux jours d’affilée de repos hebdomadaire, le personnel travaille 41 heures par semaine, on respecte les lois ». Guilhem Sevin, du restaurant Christian Etienne ne dit rien d’autre : « Je conseille très vivement à tous les chefs d’entreprise de passer à la pointeuse, je refuse de faire signer des contrats de 39 heures et de faire travailler les gens 50 heures. Je ne suis pas un voleur ». Avec l’arrivée de la pointeuse chez Christian Etienne, Guilhem Sevin confesse avoir revu le fonctionnement de toute son entreprise : « Les jeunes doivent savoir que les chefs qui gueulent, donnent des coups de louche ou brûlent c’est fini. Même le vocabulaire a changé, nous ne sommes plus une brigade mais une équipe. Les salaires ont été remis à niveau pour motiver tout le monde, de la lingère au plongeur ».

« On paie le grand n’importe quoi des années passées. Certains ont pourri l’image de la profession »
Un restaurateur avignonnais en colère

« Mes besoins pour l’été sont pourvus mais les problèmes de personnel sont récurrents, on a trop peu de candidatures, constate Italia Palladino du restaurant Italie là-bas. Les conditions de travail se sont améliorées et il faut que ça se sache. On travaille en équipe et il faut que ça se sache, les heures supplémentaires sont payées, tout a changé ». Si l’Italienne refuse de commenter les us et coutumes français d’avant 2012, date de son installation à Avignon, d’autres confrères parlent à voix basse et réclament l’anonymat : « On paie le grand n’importe quoi des années passées. Beaucoup de nos prédécesseurs ont pourri l’image de la profession et ont dégoûté les jeunes de faire carrière dans nos métiers. Moralité, on n’a plus de relève »

Pénurie de personnel

Pénurie de personnel, de la cuisine à la salle
Alors comment se sortir de cette situation ? « La formation ! résume Jean-Michel Leclerc. Nous avons besoin d’un personnel avec un bon niveau, qui sache parler anglais, qui ait des connaissances en fromages et en vin. C’est un métier complet qui n’a pas été assez valorisé, sans serveurs les cuisiniers ne sont rien ».« Moi, je ne suis ouverte que le soir, explique Italia Palladino. Je pense aussi qu’il faut rendre ce travail moins sévère et permettre au personnel de mener une vie privée en parallèle ». « Moi, je suis prêt à embaucher un profil passionné qui a envie de travailler en équipe, peu importe le niveau, on formera en interne » lance Guilhem Sevin Quant aux modes de recrutement, tout a été testé : « On a essayé Facebook, les agences de placement, pôle emploi et le réseau professionnel, et rien n’a été convainquant », dit un professionnel anonyme de la place de l’Horloge.
Les chefs avignonnais sont unanimes : le plus important, c’est le management. Un personnel bien traité sera fidèle sans se porter pâle à la première occasion. Faut-il voir-là un début se solution à la crise des vocations ?

A lire : la crise frappe aussi les Bouches-du-Rhône
Envoyer vos CV de serveur, sommelier, chef de rang, commis, chef de partie à l’association avignontumeregales@gmail.com qui répercutera les offres.

2 commentaires

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • si on veut attirer plus de candidats saisonniers dans les restaurants, on peut prendre des mesures de revalorisation et d’amélioration des conditions de travail pour permettre de réduire fortement les inconvénients du travail saisonnier ; de plus, du fait de la précarité de cette main d’œuvre, leur manque d’information, de formation et de connaissances des lieux et des procédés augmentent ainsi leur vulnérabilité aux risques …,  » La prévention des risques professionnels des travailleurs saisonniers  » ; http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=434

    • Merci chère Sabine pour ces précieux compléments d’information.
      Néanmoins, la situation semble beaucoup plus complexe et ne se limite pas à la seule « vulnérabilité aux risques ».
      Il s’agit-là d’un aspect important mais très, très loin d’être le seul.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter