Bouches-du-Rhône

Prix Agricole des Produits de Provence.- La Métropole AMP vient d’organiser la première édition du prix agricole des produits de Provence afin de valoriser l’excellence et la diversité de son agriculture et de ses productions. Vins, huiles d’olive, miels, bières et calissons : au total, onze catégories de produits ont été soumises à l’appréciation du jury composé de chefs, d’élus du Projet alimentaire territorial, de référents du réseau « Nos cantines durables », d’agents métropolitains (y compris de son directeur général des services), du président de la chambre d’agriculture Monsieur Levêque et du Grand Pastis. Etait aussi présent Christian Burle, 15e vice-président de la Métropole délégué à l’Agriculture, la Viticulture et ruralité, à l’Alimentation et Circuits courts et maire de Peynier. Chaque table a dégusté 3 produits différents, soit entre 15 et 20 échantillons au total. Un expert produit a accompagné la dégustation de chaque table sans jamais intervenir dans les notations et commentaires du jury. Les lauréats ont reçu leur prix mardi 28 mai.
Vin rouge AOP :  cuvée MIP collection AOP Côtes de Provence, Made in Provence, Puyloubier
Vin rosé AOP : Rose Bon Bon AOP Côtes de Provence, domaine des Diables, Puyloubier
Vin rosé IGP : Terre de passion IGP Méditerranée, vignobles du Roy René, Lambesc
Vin blanc IGP : cuvée tradition IGP Méditerranée, domaine Richeaume, Puyloubier
Huile d’olive AOP fruité vert vierge extra : AOP Provence château Montaurone, Saint-Cannat
Huile AOP d’olive maturée fruité noir : AOP Provence château Calissanne, Lançon-Provence
Miel de Garrigue IGP Provence :  les Ruches du Roy à Simiane-Collongue
Bière blonde :  Pacific Ale, brasserie artisanale de Provence à Rousset
Bière ambrée :  Thymbrée, brasserie Epicentre à Pertuis
Bière blanche : Gaby brasserie Zoumaï, Marseille
Calissons d’Aix :  calissons aux amandes de Provence, confiserie du Roy René, Aix-en-Pce.

Bollène

Le bronze pour Révélations. Installée dans le petit village de Bollène, l’épicerie Révélations gérée par le torréfacteur Nicolas Avon, a remporté la médaille de bronze au concours des Quintessences 2024 ! Cette distinction sera officialisée lors du salon Gourmet international qui se tiendra en septembre à Paris. « Chez Révélations, nous avons créé un lieu unique mêlant épicerie fine, bar à vin et salon de thé avec une offre de petite restauration atypique, où nos produits locaux et régionaux sont à l’honneur. Nous avons à cœur de cultiver une atmosphère chaleureuse et accueillante, propice aux échanges et aux liens sociaux », se réjouit Nicolas.
6, place Henri-Reynaud de la Gardette, 84500 Bollène ; infos au 04 90 61 86 53.

Suis-nous sur les réseaux

La Barasse

Les halles de producteurs de la Barasse fêtent leurs 5 ans. Rendez-vous jeudi 13 juin pour retrouver une trentaine de paysans-producteurs. De 17h à 19 heures, goûter offert : jus de fruit frais ou sirop, biscuits colorés d’Emacréa, et des fruits. Grande tombola gratuite, avec des produits du marché à gagner et ambiance musicale. Les halles de la Barasse, ont accueilli près de 40  000 visiteurs en 5 ans (en intégrant la fréquentation du début de saison 2024 de mars à juin). + 20% de fréquentation en 2023 par rapport à 2022. Et un très bon début de saison 2024. Le marché des 5 ans sera le 165e marché organisé depuis l’ouverture en 2020 avec près de 200 tonnes de produits vendus depuis 2020 (dont 70 tonnes en 2023). Plus de 750 000 € de chiffre d’affaire ont été générés depuis 2020 (270 000 € pour 2023). 58 paysans ou artisans ont participé à au moins 1 marché depuis 2020. En 2024 : 27 producteurs ou artisans se relaieront sur la saison. Les producteurs exercent dans un rayon de 45 km autour de Marseille depuis 2020.

Art de vivre

Picasso-Voyages imaginaires : j’ai mangé du poulpe dans une chapelle avec un minotaure

La chapelle baroque et sa coupole ovoïde, signée Pierre Puget.

Jamais musée n’a été aussi vivant. En proposant des dîners, déjeuners et moments de dégustation réfléchie autour de l’exposition « Picasso-Voyages imaginaires », pour la première fois, l’art et la cuisine font chapelle commune. Jusqu’au 24 juin prochain, allez admirer, de jour, les oeuvres disséminées dans 6 espaces du rez-de-chaussée de la Charité. Le soir, tableaux, sculptures et poteries racontent d’autres histoires. Le principe ? Le public participe à une visite accompagnée autour d’œuvres choisies. En cortège ensuite, on pousse les portes de la chapelle de la Vieille Charité, à la nuit tombée, pour déguster les saveurs que ces oeuvres ont inspirées au cuisinier Emmanuel Perrodin.

Picasso-voyages imaginaires
« Les Baigneurs à la Garoupe ». Cinq pièces de bronze en trois dimensions. Des ombres découpées dans la lumière du midi ; des silhouettes sombres et lisses, découpées à contre-jour.

Un dîner dans la chapelle

Comment traduire dans un dîner les élans inspirationnels de Pablo Picasso ? Le cuisinier Emmanuel Perrodin a relevé le défi et est entré dans la chair de l’oeuvre. Il en résulte un repas servi à la façon d’un banquet antique mais ce soir, les femmes sont admises… Dans le coeur de la chapelle, 2000 litres d’eau composent un étonnant miroir dans lequel se mirent les Baigneurs à la Garoupe ; un magistral ensemble sculptural de Picasso qui apporte toute sa majesté à l’événement. Ces repas vespéraux ont été baptisés « Tentacules », c’est sexuel et méditerranéen. Perrodin dit bonsoir, énonce sa note d’intentions. Sur les tables de bois, pas de pain : c’est l’exercice qui l’exige. Un verre d’absinthe pour la note anisée accompagne un oursin en céleri vin jaune. On va manger de la mer. Un peu de pain azyme et un cromesquis de lapin couleur noir charbon. Sur l’île grecque, le chasseur a capturé un lapin sauvage, la tête tourne, le vertige arrive lorsqu’on déguste cette huître à l’absinthe, comme le ressac des vagues, l’alcool jaune va et vient. Un ensemble poulpe-seiche à l’encre noire est accompagné d’attieke, une racine de manioc râpée comme en Côte d’Ivoire. Le plat est servi sur une toile de peintre. L’encre de seiche, la betterave, le manioc… noir, rouge, jaune, le tableau se peint malgré nous. Le tortellini à l’ortie-lait d’aulx et amandes nous conduit sur les contreforts du Vésuve, Naples n’est pas loin. Point culminant du banquet, l’os creusé est rempli d’une viande de taureau émiettée-colatura cacahuètes et patate douce au thé. Le Minotaure est repus. De loin en loin, une artiste, un feu-follet, scande des psaumes à la gloire de la pomme ou de la crevette. La pâtissière Clémence Francou a eu l’idée de proposer un tentacule de guimauve citron et caillé au sirop d’eau de mer. Surprenant, déroutant, intrigant, délicieux. On applaudit l’équipe des Grandes Tables de la Friche, jamais absente de ces beaux moments et à qui la soirée doit tout. Perrodin dit au-revoir. On sort de la chapelle, revenus au XXIe siècle.

Visites à déguster le vendredi 27 avril à 11h30 et les mercredis 2 mai, 16 mai et 6 juin de 11h30 à 13h : 37,50 € (places limitées).
Informations : 04 95 04 95 28. 
Dîners dégustations, les 29 et 30 mai de 19h à 22h : 37,50 € (places limitées). Informations : 04 95 04 95 28. Billetterie sur digitick.com

Picasso-voyages imaginaires
Sur le mur du fond, la « Nature morte aux deux poulpes et aux deux seiches » et le fameux oenochoé d’origine crétoise. Premier plan, vase à décor de chouette.

Œnochoé minoenne et poulpes, la visite avant le banquet

Quitte à surprendre, Pablo Picasso a peu voyagé mais ses rares déplacements à Rome, avec Jean Cocteau, en 1917, puis à Naples ont marqué durablement la carrière de l’artiste. Les baroques et les classiques d’abord, les surréalistes dès 1937 (« Guernica » et un fameux portrait de Dora Maar datent de cette période) ensuite, auront une influence considérable dans la progression de l’artiste. L’exposition de la Charité présente également des tableaux aux sujets morbides, aux traits sombres, fonds gris et ternes qui datent de la Seconde Guerre mondiale… Sous la houlette de Guillaume Theulière, conservateur et commissaire de l’exposition, et de Stéphane Abellon, archéologue, la visite marque le pas devant une « Nature morte aux deux poulpes et aux deux seiches » datant de 1946. Le tableau est étonnamment plein de vie : installé à Antibes, Picasso peint avec ce qu’il y trouve : une planche de contre-plaqué et de la peinture oléorésineuse, en résumé : de la peinture pour bateau. Theulière et Abellon entament alors un remarquable duel-duo : « Remarquez comme ce tableau répond à cette Œnochoé minoenne », s’enthousiasme Abellon l’archéologue. Œnochoé ? Un pichet à vin en céramique tournée de 3500 ans d’âge, c’est la Joconde des musées de Marseille, une fierté que tous les musées du globe nous envient. Picasso a foulé le sol de certaines îles des Cyclades comme Hydra, et s’est passionné pour le labyrinthe, symbole du parcours de nos vies, l’érotisme du Minotaure, les chouettes, animal fétiche d’Athéna. A noter encore, l’exceptionnel vase utilisé lors des banquets grecs, décor à la figure rouge façonné par les potiers athéniens… Clin d’oeil historico-artistique au banquet donné en 1907 par Picasso en l’honneur du douanier Rousseau.

L’expo « Picasso, voyages imaginaires » se partage sur deux sites. Au Mucem, on admirera : « Picasso et les Ballets russes, entre Italie et Espagne ». A la Vieille Charité, on verra plus de 100 chefs-d’œuvre – peintures, sculptures, assemblages, dessins – en dialogue avec la collection de cartes postales de l’artiste et des œuvres maîtresses des musées de Marseille. Point de départ de ce voyage imaginaire, c’est à Marseille qu’en 1912 Picasso achète des masques africains qui marqueront à jamais son œuvre. L’expo couvre cinq destinations : Bohème bleue, Afrique fantôme, Amour antique, Soleil noir et Orient rêvé. Clou du parcours, l’ensemble sculpté « Les Baigneurs » est présenté sur un miroir d’eau de 2000 litres dans la chapelle. Sublime.

Picasso-voyages imaginaires, à la Vieille Charité, du mardi au dimanche de 10h à 18h. Au MuCEM, du mercredi au lundi de 11h à 19h. Tarifs : expo, 12 € et 8 € (musées gratuits le 1er dimanche du mois). Billet couplé pour la Vieille-Charité et le MuCEM : 15 €. Infos au 04 91 14 58 56 et en cliquant ici.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.