Mes recettes

Poitrine d’agneau farcie, asperges et parmesan

poitrine d'agneauPréparation : 30 min / Cuisson : 40 min poitrine d’agneau

Votre marché pour 6 à 8 personnes : 1 poitrine d’agneau désossée d’environ 1,5 kg ; 10 asperges vertes ; 80 g de parmesan ; 4 cuillères à soupe d’huile d’olive ; sel et poivre du moulin.

On y va : préchauffer le four à 180°C (thermostat 6). Equeuter les asperges, les peler et les plonger 3 minutes dans une casserole d’eau bouillante, les rafraîchir sous un filet d’eau froide et les réserver ; concasser grossièrement le parmesan. Couper la poitrine d’agneau en deux, bien étaler les morceaux, les saler et les poivre. Disposer 5 asperges au centre de chaque demi poitrine, répartir le parmesan, les rouler en forme de rôti et les ficeler, les disposer dans un plat et les cuire 30 minutes au four en les arrosant régulièrement avec le jus de cuisson pour bien les dorer. Les laisser reposer 10 minutes avant de les couper en tranches épaisses. Servir la poitrine d’agneau farcie accompagnée d’une purée de pommes de terre.

Astuces de pro : pour accélérer la préparation, préparer la poitrine la veille et la cuire le jour même ; pour varier les plaisirs, vous déclinerez cette recette en remplaçant les asperges par des pois gourmands et le parmesan par du pesto.

Bonus : au printemps et pendant la période des fêtes de Pâques, on sert également une épaule au pesto et basilic

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

Christian Qui “meilleure table de l’année” selon le Fooding classement 2021 A l’heure où la restauration française vit les heures les plus noires de son histoire, le guide Fooding, lui, continue à vivre comme si tout allait bien. Le guide, qui vient d’être intégralement racheté par le guide Michelin, a révélé ce lundi 16 novembre son palmarès de l’année 2021. Une approche d’autant plus cynique que la quasi totalité des guides français a décidé de ne pas établir de classement tant la période est dramatique pour la profession.

Meilleur bar d’auteur : Bambino (Paris)
Meilleur bistrot : Café Les Deux Gares (Paris)
Meilleur sandwich : Penny Lane (Paris)
Meilleur chef résistant : Antonin Bonnet chez la Boucherie Grégoire (Paris)
Meilleur cuisinier : Daniel Morgan chez Robert (Paris)
Meilleure table : Christian Qui (Marseille)
Meilleure table : Bistrot Bao (Groix)
Fooding d’Amour : Comète (Saint-Lunaire)
Fooding d’Amour : Rita, la Vierge à la Mer (Saint-Jean-de-Luz)
Meilleure chambre de style : château de la Haute Borde (Rilly-sur-Loire).