Marseille Restaurants en Provence

La Baleine et Alan Kloniecki, épatant duo bistronomique du cours Julien

Alan KlonieckiCeux qui ont eu la chance de tirer la chaise chez Lacaille savent combien les deux frères, Alex et Alan Kloniecki, étaient capables de grands repas. Les deux compères en cuisine et en famille ont quitté le restaurant de la Plaine fin novembre 2018. Alexis et Antonia sont partis s’installer à l’Isle-sur-la-Sorgue. Le frère, Alan, fait désormais cavalier seul et parler de lui à la Baleine, bistrot et cinéma du cours Julien. Dans une ambiance que l’on doit à Annick Lestrohan (Honoré, rue Sainte), le chef a imaginé une carte bistronomique composée d’assiettes réfléchies aux portions raisonnables (canette rôtie-caramel carvi mousse de maïs grillé-polenta poivrons grillés et raisins brûlés, bavette saignante jus griotté-haricots verts amandes grillés et tuiles de manchego) faussement sages et très créatives.

« L’idée consiste à faire progresser la carte tout en conservant des prix les plus légers possible » avance le cuisinier de 27 ans à peine. Au-delà du souhait, il y a une réalité avec ce très frais tartare de veau à la crème de sardines dont chaque fourchette se pare des saveurs acides des caprons, amères des olives niçoises et vertes des feuilles de basilic. Un très joli duo terre-mer, la croustillance des petits croûtons surlignant le côté coquin de la composition. Suivent quelques gnocchis maison que le chef pare d’une crème chèvre curry aux relents herbacés (sauge et jeunes pousses). Fallait-il succomber aux abricots rôtis au miel (pain de campagne perdu-glace maison lavande et noisettes) ou aux sirènes bretonnes de ce palet beurré tartiné de mousse au yaourt grec et basilic-fruits rouges et sorbet citron vert-gin ? Ce seront finalement les mânes de Brocéliande qui remporteront le match avec ce dessert très frais là encore, évoluant sur des notes aciduléees voire acides, Alan Kloniecki rechignant aux rajouts de sucre.

Alors faut-il y aller ? Plutôt trois fois qu’une car le chef, en dépit de son caractère perfectionniste et toujours en quête du meilleur, est au sommet de sa forme (et conserve une très belle marge de progression). Les fournisseurs, pour la plupart des résidents du marché paysan du cours Julien, sont entrés dans le répertoire du cuisinier toujours en quête de saisonnalité et de proximité. Oui parce que le service est sympa et le rapport qualité-prix exceptionnel. Oui enfin car la famille Kloniecki a le génie de la cuisine. Commencez par Alan à la Baleine puis prenez la voiture pour la Prévôté à l’Isle-sur-la-Sorgue. Une des plus belles adresses du moment qui fait l’honneur de la Baleine.

La Baleine, 59, cours Julien, Marseille 6e arr. Infos au 04 13 25 17 17. Formule déjeuner 24 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter