Restaurants en Provence

La Baleine et Alan Kloniecki, épatant duo bistronomique du cours Julien

Alan KlonieckiCeux qui ont eu la chance de tirer la chaise chez Lacaille savent combien les deux frères, Alex et Alan Kloniecki, étaient capables de grands repas. Les deux compères en cuisine et en famille ont quitté le restaurant de la Plaine fin novembre 2018. Alexis et Antonia sont partis s’installer à l’Isle-sur-la-Sorgue. Le frère, Alan, fait désormais cavalier seul et parler de lui à la Baleine, bistrot et cinéma du cours Julien. Dans une ambiance que l’on doit à Annick Lestrohan (Honoré, rue Sainte), le chef a imaginé une carte bistronomique composée d’assiettes réfléchies aux portions raisonnables (canette rôtie-caramel carvi mousse de maïs grillé-polenta poivrons grillés et raisins brûlés, bavette saignante jus griotté-haricots verts amandes grillés et tuiles de manchego) faussement sages et très créatives.

“L’idée consiste à faire progresser la carte tout en conservant des prix les plus légers possible” avance le cuisinier de 27 ans à peine. Au-delà du souhait, il y a une réalité avec ce très frais tartare de veau à la crème de sardines dont chaque fourchette se pare des saveurs acides des caprons, amères des olives niçoises et vertes des feuilles de basilic. Un très joli duo terre-mer, la croustillance des petits croûtons surlignant le côté coquin de la composition. Suivent quelques gnocchis maison que le chef pare d’une crème chèvre curry aux relents herbacés (sauge et jeunes pousses). Fallait-il succomber aux abricots rôtis au miel (pain de campagne perdu-glace maison lavande et noisettes) ou aux sirènes bretonnes de ce palet beurré tartiné de mousse au yaourt grec et basilic-fruits rouges et sorbet citron vert-gin ? Ce seront finalement les mânes de Brocéliande qui remporteront le match avec ce dessert très frais là encore, évoluant sur des notes aciduléees voire acides, Alan Kloniecki rechignant aux rajouts de sucre.

Alors faut-il y aller ? Plutôt trois fois qu’une car le chef, en dépit de son caractère perfectionniste et toujours en quête du meilleur, est au sommet de sa forme (et conserve une très belle marge de progression). Les fournisseurs, pour la plupart des résidents du marché paysan du cours Julien, sont entrés dans le répertoire du cuisinier toujours en quête de saisonnalité et de proximité. Oui parce que le service est sympa et le rapport qualité-prix exceptionnel. Oui enfin car la famille Kloniecki a le génie de la cuisine. Commencez par Alan à la Baleine puis prenez la voiture pour la Prévôté à l’Isle-sur-la-Sorgue. Une des plus belles adresses du moment qui fait l’honneur de la Baleine.

La Baleine, 59, cours Julien, Marseille 6e arr. Infos au 04 13 25 17 17. Formule déjeuner 24 €.

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter