Magazine

Pompe à l’huile d’olive et nougat blanc, les délicieuses recettes d’Andréa et Sacha

Pompe à l'huile d'oliveOn prépare les fêtes ! Ciel gris, mistral glacial, feu de cheminée et chants de Noël à la maison : Sacha et Andréa ont décidé de prêter main forte à papa et maman. Les deux jeunes frères vont cuisiner la fameuse pompe à l’huile et le nougat blanc qui figureront parmi les 13 desserts. Et vous, savez-vous les préparer ? En exclu pour le Grand Pastis, Sacha et Andréa nous expliquent comment faire…

nougat blancLa recette du nougat blanc
Il vous faut : 250 g de miel de lavande ; 100 g de glucose ; 200 g de sucre ; 65 g d’eau ; 60 g de blancs d’œufs ; 300 g d’amandes ; 100 g de pistaches non salées ; 2 feuilles de papier azyme. Matériel : un bol de robot en inox et un thermomètre à sucre.

On y va : torréfier préalablement les amandes 10 min dans le four à 150°C. Pendant ce temps, mélanger le sucre avec le glucose et l’eau ; chauffer à 140°C jusqu’à obtention d’un sirop. Dans le même temps, faire bouillir à feux doux le miel jusqu’à atteindre, là encore, 140°C. Dans le bol du robot équipé du fouet monter les blancs en neige mousseuse puis à vitesse moyenne verser alors le miel chaud en filet sur les blancs. Faire ensuite de même avec le sirop de sucre. Chauffer le bol avec un sèche-cheveux ou un décapeur thermique pour éviter que le mélange ne prenne en masse. Lorsque celui-ci est homogène, à la spatule en bois, y incorporer les fruits secs encore chauds. Continuer à chauffer le bol pour travailler l’appareil et pouvoir l’étaler uniformément sur une feuille de papier azyme. Recouvrir d’une seconde feuille et aplatir au rouleau. Laisser refroidir 6 h minimum dans un endroit sec et découper des barres de nougat de 5 cm de largeur au couteau scie.
Pompe à l'huile d'oliveLa recette de la pompe à l’huile d’olive
Votre marché pour 2 belles pompes de 600 g environ :
Pour le levain : 125 g de farine T45 ; 25 g de levure de boulanger fraîche et 125 g d’eau minérale.
Pour la pâte : 550 g de farine T45 ; 100 g d’eau minérale ; 60 g d’eau de fleurs d’oranger ; 170 g de sucre et 140 g d’huile d’olive AOC Provence.

On y va : dans un petit saladier, délayer à la fourchette la levure effritée dans l’eau minérale tiédie. Y ajouter la farine et mélanger jusqu’à l’obtention d’un levain homogène. Couvrir et laisser lever 30 minutes. Lorsque le levain est bien monté, le recouvrir avec la farine tamisée et y faire un puits. Ajouter alors le sucre, l’eau et la fleur d’oranger et enfin l’huile d’olive. Pétrir l’ensemble pendant 15 minutes environ à la main ou au crochet du robot. Laisser reposer une nuit entière au réfrigérateur.
Le lendemain, attendre que la pâte remonte à température ambiante et la diviser en deux. Sur une feuille de papier sulfurisé posée sur la plaque du four, façonner alors les pompes à la main sans oublier les traditionnelles entailles dans la pâte. Terminer le façonnage en étirant la pâte pour en augmenter le diamètre. Recouvrir les pompes d’un torchon et les laisser une nouvelle fois monter pendant 2h30 environ dans une pièce tempérée. Après ce levage, enfourner les pompes dans un four à 160°C pour 25/30 minutes de cuisson. Une fois sorties du four, humecter immédiatement d’eau froide la surface des pompes pour leur donner de la brillance.

Bonus : tout sur l’origine des 13 desserts

Tous nos remerciements à Fred et Marie-Laure qui ont aidé leurs deux garçons à réaliser « comme des grands » ces deux recettes. Joyeux Noël à eux quatre !

2 commentaires

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux