Magazine

Pompe à l’huile d’olive et nougat blanc, les délicieuses recettes d’Andréa et Sacha

Pompe à l'huile d'oliveOn prépare les fêtes ! Ciel gris, mistral glacial, feu de cheminée et chants de Noël à la maison : Sacha et Andréa ont décidé de prêter main forte à papa et maman. Les deux jeunes frères vont cuisiner la fameuse pompe à l’huile et le nougat blanc qui figureront parmi les 13 desserts. Et vous, savez-vous les préparer ? En exclu pour le Grand Pastis, Sacha et Andréa nous expliquent comment faire…

nougat blancLa recette du nougat blanc
Il vous faut : 250 g de miel de lavande ; 100 g de glucose ; 200 g de sucre ; 65 g d’eau ; 60 g de blancs d’œufs ; 300 g d’amandes ; 100 g de pistaches non salées ; 2 feuilles de papier azyme. Matériel : un bol de robot en inox et un thermomètre à sucre.

On y va : torréfier préalablement les amandes 10 min dans le four à 150°C. Pendant ce temps, mélanger le sucre avec le glucose et l’eau ; chauffer à 140°C jusqu’à obtention d’un sirop. Dans le même temps, faire bouillir à feux doux le miel jusqu’à atteindre, là encore, 140°C. Dans le bol du robot équipé du fouet monter les blancs en neige mousseuse puis à vitesse moyenne verser alors le miel chaud en filet sur les blancs. Faire ensuite de même avec le sirop de sucre. Chauffer le bol avec un sèche-cheveux ou un décapeur thermique pour éviter que le mélange ne prenne en masse. Lorsque celui-ci est homogène, à la spatule en bois, y incorporer les fruits secs encore chauds. Continuer à chauffer le bol pour travailler l’appareil et pouvoir l’étaler uniformément sur une feuille de papier azyme. Recouvrir d’une seconde feuille et aplatir au rouleau. Laisser refroidir 6 h minimum dans un endroit sec et découper des barres de nougat de 5 cm de largeur au couteau scie.
Pompe à l'huile d'oliveLa recette de la pompe à l’huile d’olive
Votre marché pour 2 belles pompes de 600 g environ :
Pour le levain : 125 g de farine T45 ; 25 g de levure de boulanger fraîche et 125 g d’eau minérale.
Pour la pâte : 550 g de farine T45 ; 100 g d’eau minérale ; 60 g d’eau de fleurs d’oranger ; 170 g de sucre et 140 g d’huile d’olive AOC Provence.

On y va : dans un petit saladier, délayer à la fourchette la levure effritée dans l’eau minérale tiédie. Y ajouter la farine et mélanger jusqu’à l’obtention d’un levain homogène. Couvrir et laisser lever 30 minutes. Lorsque le levain est bien monté, le recouvrir avec la farine tamisée et y faire un puits. Ajouter alors le sucre, l’eau et la fleur d’oranger et enfin l’huile d’olive. Pétrir l’ensemble pendant 15 minutes environ à la main ou au crochet du robot. Laisser reposer une nuit entière au réfrigérateur.
Le lendemain, attendre que la pâte remonte à température ambiante et la diviser en deux. Sur une feuille de papier sulfurisé posée sur la plaque du four, façonner alors les pompes à la main sans oublier les traditionnelles entailles dans la pâte. Terminer le façonnage en étirant la pâte pour en augmenter le diamètre. Recouvrir les pompes d’un torchon et les laisser une nouvelle fois monter pendant 2h30 environ dans une pièce tempérée. Après ce levage, enfourner les pompes dans un four à 160°C pour 25/30 minutes de cuisson. Une fois sorties du four, humecter immédiatement d’eau froide la surface des pompes pour leur donner de la brillance.

Bonus : tout sur l’origine des 13 desserts

Tous nos remerciements à Fred et Marie-Laure qui ont aidé leurs deux garçons à réaliser « comme des grands » ces deux recettes. Joyeux Noël à eux quatre !

2 Comments

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.