Marseille

► Dîner des mécènes. Pour financer la rénovation de sa statue monumentale, la basilique  de Notre-Dame de la Garde annonce la tenue de plusieurs « Dîners des mécènes » afin de soutenir financièrement cette campagne de travaux. Programme de la soirée : visite privée de la basilique de 19h à 20h + dîner bouillabaisse autour d’une seule grande table de 50 personnes de 20h30 à 23h sur la terrasse des ex-voto avec vue sur le ville (dîner au Restaurant en cas de mauvais temps). Tarif : 100 € TTC – hors boisson. Sur le prix du dîner, 35 € sont reversés à la basilique pour la rénovation de la statue, cette sommes est éligible à un reçu fiscal pour déduction d’impôts. Uniquement sur réservation pour 50 personnes. Caution bancaire demandée de 65 € TTC par personne, annulation gratuite 48 heures à l’avance.
• Réservations : www.lerestaurant-ndg.fr
Deux dates disponibles pour le moment : jeudi 6 juin et jeudi 4 juillet
Pour vos dons à la basilique en vue de sa restauration, cliquer ici

 

Cavaillon

Festival Confit ! 2024 en vue.- La 2e édition du festival confit ! de La Garance (scène nationale de Cavaillon) se déroulera du mercredi 22 au dimanche 26 mai 2024. Le temps d’une semaine, Chloé Tournier et toute l’équipe de la Garance, convient tous les publics à un festival de rencontres et de convivialité hors des sentiers habituels du théâtre. Autour de spectacles et d’expériences inédites, ici inspirées de la Provence de Giono ou là du Liban d’Hiba Najem – une artiste à découvrir d’urgence – tous les sens et les arts sont sollicités : le regard, l’ouïe, la poésie, l’odorat, le goût et le toucher. Cette année, ce sont 4 femmes qui s’emparent du vivant sous toutes ses formes et vont au contact du territoire et des publics à l’image de Vivantes la création portée par la compagnie BRUMES, ou de la randonnée-spectacle de Clara Hédouin « Que ma joie demeure », avec le regard complice du chef Emmanuel Perrodin.
Inscriptions ici.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Street food festival #4.- Pour cette année olympique, le Street food festival mettra à l’honneur les cuisines du monde. Durant trois jours, près de 50 restaurateurs, artisans de bouche, glaciers, vignerons et brasseurs exerçant tous dans les Bouches-du-Rhône vous feront voyager sur les 5 continents en profitant d’une vue imprenable sur la Méditerranée. Comme en 2023, une programmation musicale sera proposée durant les trois soirées, avec un point d’orgue le vendredi 14 juin pour une programmation exceptionnelle orchestrée par Radio Star. Le Street food festival entre dans la programmation de Marseille Provence Gastronomie imaginée par Provence Tourisme, sous l’impulsion du Département des Bouches-du-Rhône et de la Métropole Aix-Marseille-Provence. Pour limiter les files d’attente sur les stands, les paiements sur l’ensemble du festival se feront uniquement par l’intermédiaire d’une carte bancaire ou d’une carte cashless.
Esplanade de la Major (Marseille, 2e arr.), les 13, 14 et 15 juin de 17h à 1h.

Restaurants en Provence

Avec Popote, au bureau ou à la maison, c’est toujours très bon

popote

Depuis quelques mois, le livré-emporté remplace nos habituels repas au restaurant mais après beaucoup de déceptions, il faut reconnaître que les bonnes formules, doublées d’un rapport qualité-prix séduisant, sont rares. Lancé en septembre 2019 par le duo Charlet-Giansily, le concept Popote proposait de livrer au bureau, ou à la maison, des plats rassurants, réconfortants et savoureux.

A Aubagne d’abord puis rapidement à Marseille, le concept a fait un véritable carton. La carte s’appuie majoritairement sur des produits locaux, issus essentiellement des potagers du pays d’Aubagne de Ludo Long, de la plateforme paysanne locale et des vergers provençaux, à l’exception de la truite des fjords et quelques autres produits importés. La proximité a ses pépites à l’instar des yaourts le Caillolais, fabriqués à Auriol, et ce bruccio de Gémenos, élaboré par Laurent Ajello, à base de lait de brebis tout droit venues de Corse.

Les plats les plus simples font l’objet d’un soin tout particulier. Les oeufs-mayo s’accompagnent de quelques graines pour une mâche surprenante et la mayo, subtilement assaisonnée, nous réconcilie avec ce classique bistrotier. Les carottes râpées à la fleur d’oranger, miel et citron, s’égayent de quelques feuilles de coriandre et de pickles de baies de  goji. Les amateurs de hareng le redécouvriront sur une base de pommes de terre vapeur-pommes fruit pour l’acidulé et pickles de carottes. Le homos et ses pois chiches excite la bouche avec une purée de citron confit. Tout  est joyeux, énergique et prouve que l’imagination est capable de grandes surprises.

Tout a été pensé jusque dans les moindres détails ; sur chaque boîte de plats à chauffer, les cuisiniers mentionnent les temps de cuisson et la puissance de réglage du micro-ondes pour que la recette soit au meilleur. Ainsi de ces lasagnes de bruccio aux épinards, noix et coulis de tomates et de la truite des fjords posée sur une délicieuse purée de lentilles corail et une tombée de fenouil de Beaudinard. Rien n’est sec ni surcuit, si on les avait présentés à l’assiettes, c’est plats auraient été ceux d’un bistrot. La magie joue à fond.

Vous accompagnerez votre café expresso, qu’il faudra faire vous-même, d’une tarte aux pommes caramel beurre salé à la pâte sablée bien beurrée en harmonie avec quelques cerneaux de noix jetés ici et là. La mousse au chocolat et crumble cacao noir, best-of absolu de Popote, s’accorde à merveille avec le café mais les tenants des graines de chia au lait de coco-cubes d’ananas et coulis de fruits exotiques seront à la fête avec un dessert frais, presque désaltérant.
Alors faut-il commander chez Popote ? Oui car les plats, même les plus traditionnels, sont twistés par des assaisonnements et des touches créatives toujours très surprenantes. Oui car on se régale pour deux tickets restaurants, comme au resto mais à la maison ou au bureau. Oui car l’équipe est motivée, composée de cuisiniers aguerris, à l’instar de Nicolas Muller chef (ex-Table du Fort) et Clément Higgins, l’ami pâtissier des Bricoleurs de Douceurs, qui se démènent jusque dans les moindres détails. Oui, enfin, parce qu’en renouvelant leur carte tous les jours, Popote évite l’écueil de l’ennui. Et ça, on adore !

Popote : 112, avenue du Vent d’Aut, 13400 Aubagne – 34, rue d’isly, Marseille 5e et chez EmkiPop, 80, bd Vauban 6e. Comment ça marche ? On passe sa commande sur le site de Popote, on paie en ligne ou à la livraison (en CB, en espèces ou en tickets resto), on récupère en mode livré ou emporté.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.