Restaurants en Provence

Que vaut le brunch de l'Intercontinental-Hôtel Dieu de Marseille ?

buffet de fromages
Les fromages affinés par Benoît Lemarié

C’est dimanche, sous les voûtes et sur la terrasse de l’Intercontinental-Hôtel Dieu de Marseille, les tables sont dressées. Nappées de blanc, elles réunissent, comme par thème, le meilleur de la gastronomie-brunch. A 13h30, le soleil cogne mais le vent qui souffle et l’ombre des parasols transforment la fournaise en paradis de détente. Trois formules sont proposées à partir de 79 € par tête jusqu’à dépasser les 100 € mais dans ces deux derniers cas le champagne est de la partie.
Un buffet de viennoiseries, un buffet de jus de fruits et smoothies et un chariot de glaces sont en plein soleil : une hérésie, les aliments sont maltraités et s’assèchent (à ce niveau de prestation, le Nutella fait mauvais genre). L’idéal serait de les installer sous les arcades à l’instar des salades et crudités (pissaladière aux anchois, salade de poulpes, anchoïade, petite courgette ronde de Nice à la brousse), des charcuteries (des dizaines de spécialités) et des fromages. Ces derniers ont été sélectionnés par Benoît Lemarié, le célèbre fromager de la rue d’Italie à Aix. La mozzarella, les boules de chèvre, la tête de moine, le brie fourré à la tapenade ou le comté sont affinés à point.

buffet coquillages
Une pince de crabe ?

Derrière leur gros barbecue, quelques jeunes chefs de partie grillent saucisses, rouelles de lapin à la moutarde, hampe de boeuf, tranches d’agneau que l’on peut, ou non, accompagner de frites. Ces dernières sont infectes : dures, sèches et froides. Des chips fraîches cuisinées en amont seraient meilleures et supporteraient mieux l’attente. Quelques gambas en brochettes flambées au pastis accompagnent la sélection gril. A l’intérieur, un banc de coquillages (huîtres, crevettes, moules, bulots) et de sushis (makis, sashimis) complètent l’offre. Juste à côté : les desserts. On hésite devant le large choix de popcakes, l’exceptionnelle tarte fine au citron (trop fragile qui s’abîme lorsqu’on la sert), les multiples tartes aux fraises, la salade de fruits, l’éclair au chocolat, le millefeuille et on en oublie. Les fanas de chocolat doivent absolument opter pour la crème au chocolat noir dense sur laquelle une couverture de noir encore plus corsé vient enfoncer le clou. Un mini Paris-Brest pour accompagner le café ?
En résumé : le service est aimable, très souriant et manque parfois de coordination. A l’exception du gril, il faut absolument protéger tous les buffets du soleil. La qualité des produits et la finesse du concept ont de quoi séduire les plus blasés. A 79 € la formule, et 5-10 € de pourboire (service et voituriers), c’est une sortie qui s’avère onéreuse mais peut remplacer avantageusement des soirées du samedi souvent hasardeuses et exécrables. Et si on sortait moins mais mieux ? Je recommande.

1, place Daviel, 2e arr. Marseille. Réservation hautement recommandée, 04 13 42 42 42

 

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu, vite su

chicoulon Chicoulon descend dans la rue Edouard Mireur et toute l’équipe du Chicoulon font sauter les bouchons le 21 novembre prochain. La rue Grignan sera fermée à la circulation auto de l’angle de la rue Breteuil jusqu’à la place Lulli. De 19 heures à 23 heures, dans un décor de bottes de pailles, guirlande guinguette et petites tables renouant avec l’ambiance place de village, un DJ fera monter le son… Trois beaujolais rouges d’appellation (un fleurie, un chiroubles et un morgon) un un beaujolais blanc contribueront à l’ambiance. “Ce sera la fête du beaujolais, on va faire bouger le centre-ville”, assure Edouard qui, pour la soirée, a demandé à tomy de préparer des planches et cornets de charcuteries et fromages. Comptez 20€ la bouteille, 5 et 10 € les fromages et charcuteries. Pour toute info, cliquer ici.

Pierre Onde Pierre Onde au restaurant du Novotel Avignon centre Depuis le mois de juillet dernier, date de son arrivée, le jeune cuisinier de 37 ans conduit une brigade de 8 personnes avec l’ambition de hisser la table du Patio au meilleur niveau et l’espoir d’entrer dans les guides gastronomiques. Pour y parvenir, Pierre Onde a revu son panel de fournisseurs pour être au plus près des produits locaux et de saison (poissons de Méditerranée, agneaux des Alpilles, porcs du Ventoux et fruits et légumes du Vaucluse). Très influencé par les cuisines provençale et corse, Pierre Onde a repensé la carte en mode cuisine méditerranéenne et bistronomique. La carte des vins, elle aussi, est désormais très marquée par les grandes appellations de la vallée du Rhône. Fleurs de courgette farcies, thon snacké, gibier en automne… le chef, issu de l’école hôtelière d’Avignon a fait ses armes auprès des frères Jacques et Laurent Pourcel avant de rejoindre le Cloître Saint-Louis. L’année qui commence sera décisive. Restaurant le Patio, Novotel Avignon centre, 20, bd Saint Roch ; infos au 04 32 74 70 22.

promo soirée 21 novembre