Restaurants en Provence

Que vaut le brunch de l'Intercontinental-Hôtel Dieu de Marseille ?

buffet de fromages
Les fromages affinés par Benoît Lemarié

C’est dimanche, sous les voûtes et sur la terrasse de l’Intercontinental-Hôtel Dieu de Marseille, les tables sont dressées. Nappées de blanc, elles réunissent, comme par thème, le meilleur de la gastronomie-brunch. A 13h30, le soleil cogne mais le vent qui souffle et l’ombre des parasols transforment la fournaise en paradis de détente. Trois formules sont proposées à partir de 79 € par tête jusqu’à dépasser les 100 € mais dans ces deux derniers cas le champagne est de la partie.
Un buffet de viennoiseries, un buffet de jus de fruits et smoothies et un chariot de glaces sont en plein soleil : une hérésie, les aliments sont maltraités et s’assèchent (à ce niveau de prestation, le Nutella fait mauvais genre). L’idéal serait de les installer sous les arcades à l’instar des salades et crudités (pissaladière aux anchois, salade de poulpes, anchoïade, petite courgette ronde de Nice à la brousse), des charcuteries (des dizaines de spécialités) et des fromages. Ces derniers ont été sélectionnés par Benoît Lemarié, le célèbre fromager de la rue d’Italie à Aix. La mozzarella, les boules de chèvre, la tête de moine, le brie fourré à la tapenade ou le comté sont affinés à point.

buffet coquillages
Une pince de crabe ?

Derrière leur gros barbecue, quelques jeunes chefs de partie grillent saucisses, rouelles de lapin à la moutarde, hampe de boeuf, tranches d’agneau que l’on peut, ou non, accompagner de frites. Ces dernières sont infectes : dures, sèches et froides. Des chips fraîches cuisinées en amont seraient meilleures et supporteraient mieux l’attente. Quelques gambas en brochettes flambées au pastis accompagnent la sélection gril. A l’intérieur, un banc de coquillages (huîtres, crevettes, moules, bulots) et de sushis (makis, sashimis) complètent l’offre. Juste à côté : les desserts. On hésite devant le large choix de popcakes, l’exceptionnelle tarte fine au citron (trop fragile qui s’abîme lorsqu’on la sert), les multiples tartes aux fraises, la salade de fruits, l’éclair au chocolat, le millefeuille et on en oublie. Les fanas de chocolat doivent absolument opter pour la crème au chocolat noir dense sur laquelle une couverture de noir encore plus corsé vient enfoncer le clou. Un mini Paris-Brest pour accompagner le café ?
En résumé : le service est aimable, très souriant et manque parfois de coordination. A l’exception du gril, il faut absolument protéger tous les buffets du soleil. La qualité des produits et la finesse du concept ont de quoi séduire les plus blasés. A 79 € la formule, et 5-10 € de pourboire (service et voituriers), c’est une sortie qui s’avère onéreuse mais peut remplacer avantageusement des soirées du samedi souvent hasardeuses et exécrables. Et si on sortait moins mais mieux ? Je recommande.

1, place Daviel, 2e arr. Marseille. Réservation hautement recommandée, 04 13 42 42 42

 

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.