Restaurants en Provence

Que vaut le brunch de l'Intercontinental-Hôtel Dieu de Marseille ?

buffet de fromages
Les fromages affinés par Benoît Lemarié

C’est dimanche, sous les voûtes et sur la terrasse de l’Intercontinental-Hôtel Dieu de Marseille, les tables sont dressées. Nappées de blanc, elles réunissent, comme par thème, le meilleur de la gastronomie-brunch. A 13h30, le soleil cogne mais le vent qui souffle et l’ombre des parasols transforment la fournaise en paradis de détente. Trois formules sont proposées à partir de 79 € par tête jusqu’à dépasser les 100 € mais dans ces deux derniers cas le champagne est de la partie.
Un buffet de viennoiseries, un buffet de jus de fruits et smoothies et un chariot de glaces sont en plein soleil : une hérésie, les aliments sont maltraités et s’assèchent (à ce niveau de prestation, le Nutella fait mauvais genre). L’idéal serait de les installer sous les arcades à l’instar des salades et crudités (pissaladière aux anchois, salade de poulpes, anchoïade, petite courgette ronde de Nice à la brousse), des charcuteries (des dizaines de spécialités) et des fromages. Ces derniers ont été sélectionnés par Benoît Lemarié, le célèbre fromager de la rue d’Italie à Aix. La mozzarella, les boules de chèvre, la tête de moine, le brie fourré à la tapenade ou le comté sont affinés à point.

buffet coquillages
Une pince de crabe ?

Derrière leur gros barbecue, quelques jeunes chefs de partie grillent saucisses, rouelles de lapin à la moutarde, hampe de boeuf, tranches d’agneau que l’on peut, ou non, accompagner de frites. Ces dernières sont infectes : dures, sèches et froides. Des chips fraîches cuisinées en amont seraient meilleures et supporteraient mieux l’attente. Quelques gambas en brochettes flambées au pastis accompagnent la sélection gril. A l’intérieur, un banc de coquillages (huîtres, crevettes, moules, bulots) et de sushis (makis, sashimis) complètent l’offre. Juste à côté : les desserts. On hésite devant le large choix de popcakes, l’exceptionnelle tarte fine au citron (trop fragile qui s’abîme lorsqu’on la sert), les multiples tartes aux fraises, la salade de fruits, l’éclair au chocolat, le millefeuille et on en oublie. Les fanas de chocolat doivent absolument opter pour la crème au chocolat noir dense sur laquelle une couverture de noir encore plus corsé vient enfoncer le clou. Un mini Paris-Brest pour accompagner le café ?
En résumé : le service est aimable, très souriant et manque parfois de coordination. A l’exception du gril, il faut absolument protéger tous les buffets du soleil. La qualité des produits et la finesse du concept ont de quoi séduire les plus blasés. A 79 € la formule, et 5-10 € de pourboire (service et voituriers), c’est une sortie qui s’avère onéreuse mais peut remplacer avantageusement des soirées du samedi souvent hasardeuses et exécrables. Et si on sortait moins mais mieux ? Je recommande.

1, place Daviel, 2e arr. Marseille. Réservation hautement recommandée, 04 13 42 42 42

 

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Numa Muller chez Madame Jeanne Longtemps annoncée et attendue, l'arrivée de Numa Muller chez Madame Jeanne, le restaurant de la Maison Buon, rue Grignan (6e arr) est officielle. Le chef a pris possession de la cuisine et propose pêle-mêle une tête de thon de ligne, un loup-concombre compressé et abricot fermenté-lait ribot et chips de riz-seiche, un thon et abricot au sel-herbes et fleurs du littoral et huile de feuilles de figuier eau de concombre. A suivre, 86, rue Grignan, Marseille 1er ; infos au 04 86 26 54 16.

Elie Kalamouka n'est plus Son nom restera indéfectiblement attaché au Mas, restaurant de la rue Lulli (1er) qu'il avait cofondé avec Robert Lenoir. Elie Kalamouka s'est éteint vendredi à 87 ans non sans susciter une vive émotion chez tous ceux qui avaient pris l'habitude de dîner chez lui. Le Mas était l'une des rares tables ouvertes toute la nuit, attirant noctambules et artistes qui, en fin de spectacle, venaient s'y détendre. Il était paar ailleurs administrateur du festival Jazz des Cinq Continents. La crise sanitaire a été fatale au Mas qui a été placé en liquidation judiciaire. Ce décès tourne définitivement la page des années 1980 à Marseille...

Abonnez-vous à notre newsletter