Restaurants en Provence

Que vaut le brunch de l'Intercontinental-Hôtel Dieu de Marseille ?

buffet de fromages
Les fromages affinés par Benoît Lemarié

C’est dimanche, sous les voûtes et sur la terrasse de l’Intercontinental-Hôtel Dieu de Marseille, les tables sont dressées. Nappées de blanc, elles réunissent, comme par thème, le meilleur de la gastronomie-brunch. A 13h30, le soleil cogne mais le vent qui souffle et l’ombre des parasols transforment la fournaise en paradis de détente. Trois formules sont proposées à partir de 79 € par tête jusqu’à dépasser les 100 € mais dans ces deux derniers cas le champagne est de la partie.
Un buffet de viennoiseries, un buffet de jus de fruits et smoothies et un chariot de glaces sont en plein soleil : une hérésie, les aliments sont maltraités et s’assèchent (à ce niveau de prestation, le Nutella fait mauvais genre). L’idéal serait de les installer sous les arcades à l’instar des salades et crudités (pissaladière aux anchois, salade de poulpes, anchoïade, petite courgette ronde de Nice à la brousse), des charcuteries (des dizaines de spécialités) et des fromages. Ces derniers ont été sélectionnés par Benoît Lemarié, le célèbre fromager de la rue d’Italie à Aix. La mozzarella, les boules de chèvre, la tête de moine, le brie fourré à la tapenade ou le comté sont affinés à point.

buffet coquillages
Une pince de crabe ?

Derrière leur gros barbecue, quelques jeunes chefs de partie grillent saucisses, rouelles de lapin à la moutarde, hampe de boeuf, tranches d’agneau que l’on peut, ou non, accompagner de frites. Ces dernières sont infectes : dures, sèches et froides. Des chips fraîches cuisinées en amont seraient meilleures et supporteraient mieux l’attente. Quelques gambas en brochettes flambées au pastis accompagnent la sélection gril. A l’intérieur, un banc de coquillages (huîtres, crevettes, moules, bulots) et de sushis (makis, sashimis) complètent l’offre. Juste à côté : les desserts. On hésite devant le large choix de popcakes, l’exceptionnelle tarte fine au citron (trop fragile qui s’abîme lorsqu’on la sert), les multiples tartes aux fraises, la salade de fruits, l’éclair au chocolat, le millefeuille et on en oublie. Les fanas de chocolat doivent absolument opter pour la crème au chocolat noir dense sur laquelle une couverture de noir encore plus corsé vient enfoncer le clou. Un mini Paris-Brest pour accompagner le café ?
En résumé : le service est aimable, très souriant et manque parfois de coordination. A l’exception du gril, il faut absolument protéger tous les buffets du soleil. La qualité des produits et la finesse du concept ont de quoi séduire les plus blasés. A 79 € la formule, et 5-10 € de pourboire (service et voituriers), c’est une sortie qui s’avère onéreuse mais peut remplacer avantageusement des soirées du samedi souvent hasardeuses et exécrables. Et si on sortait moins mais mieux ? Je recommande.

1, place Daviel, 2e arr. Marseille. Réservation hautement recommandée, 04 13 42 42 42

 

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom (présents déjà à Paris, les Emirats, Londres, la Savoie , Rio et New York) signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Ramatuelle

Raclette à Pampelonne. Fondée par la famille Manificat dans les années 70, L’Orangerie compte parmi les historiques de la plage de Pampelonne. Ce restaurant de plage est l’un des seuls de la baie à accueillir ses clients toute l’année, 7 jours sur 7. Pour cet hiver, le chef Daniele Negrini a eu l’idée de proposer une raclette… original face à la mer ! Côté tarif, ça reste raisonnable : 35 € par personne, pour deux convives minimum.
L’Orangerie,
962, chemin des Tamaris, 83350 Ramatuelle ; infos au 04 94 79 84 74.

 

Suis-nous sur les réseaux