Magazine

Restaurant Italie là-bas : du graphisme au bib gourmand

Italia Palladino« En France, vous dégustez des plats italiens confectionnés par des Français, moi Italia Palladino je suis originaire de Naples et la cuisine italienne j’y baigne depuis mon plus jeune âge », raconte  en guise de préambule la chef d’Italie Là-bas. Son goût pour la bonne cuisine, c’est sa famille qui le lui a transmis, « en Italie on cuisine beaucoup chez-soi « , assure Italia Palladino, la chef de ce restaurant Bib gourmand Michelin depuis 4 ans.
Graphiste de formation, Italia s’inscrit à 26 ans dans une école de cuisine et suit les cours privés du chef italien Maurizio Bossotti. L’homme gère seul son entreprise, Italia lui propose son aide et devient son associée. Elle cogère cet établissement à ses côtés, tout en conservant son activité de graphiste.
Au bout de deux ans, avec son mari, David Vozzo, ancien journaliste, ils décident de fonder leur restaurant en Italie. Et rien se passe comme prévu : « On avait tout réalisé, tout acheté et puis au bout de six mois on s’est rendu compte que c’était une arnaque » raconte la chef. Meurtris par la déception, Italia et David font le break à Arles et l’idée de créer un restaurant ne les quitte pas. Toute une semaine durant, ils guettent les locaux en vente à Avignon. « On voulait s’installer au bord de la mer, mais on nous disait qu’Avignon est une ville qui vit davantage en hiver contrairement à Arles » explique-t-elle. Ils visitent alors trois restaurants dont Chez François, devenu depuis Italie Là-bas. Aussitôt rentrés, il a fallu se décider. Le couple rédige deux mails, un  positif et un autre négatif et se donnent le temps de la réflexion avant d’en envoyer un. « Mais David, par inadvertance, a envoyé le mail positif », sourit Italia.

Une nouvelle aventure pour le couple italien
En octobre 2012, ils inaugurent Italie Là-bas, « c’était très compliqué au début, on ne parlait pas français et on ne savait pas comment gérer un restaurant. Tout était nouveau pour mon mari et moi. On avait aussi fait le choix d’être ouvert sept jours sur sept pour connaître les habitudes des Français. Puis grâce au bouche-à-oreille, le restaurant s’est fait connaître et la clientèle était très contente que se soit une Italienne en cuisine ». Petit à petit, ils apprennent le français et Italia cultive son style tout en cherchant, testant et découvrant de nouveaux produits. Aujourd’hui, elle qualifie sa cuisine de « gastronomique-italienne, réfléchie et créative ». Italia explique que son métier de graphiste reste très présent lors de l’élaboration d’une nouvelle recette car « la première approche de celle-ci reste le dessin ».
Italie là-bas AvignonMais le vrai coup de pouce est venu du Bib gourmand : « Un inspecteur est passé durant l’hiver et en février 2014 on était dans le guide Michelin. Depuis, tout est plus facile » confie la chef. Six années que ce couple d’Italiens vit et travaille à Avignon sans regret. Italia aime faire découvrir la cuisine et les produits italiens à ses hôtes : « Lorsqu’un Italien mange au restaurant, il doit le vivre comme une expérience. Il ne doit pas déguster la même chose qu’à la maison. Alors je garde la base et à celle-ci j’ajoute quelque chose de différent. Par exemple, en ce moment je fais des tagliatelles de seiche, ou la pâte est remplacée par le mollusque », explique-t-elle. Jamais en manque de projets, Italia et David adorent transmettre leur savoir-faire. Outre les cours de cuisine, bientôt, une petite épicerie verra le jour. De nouvelles aventures en perspective…

Italie là-bas, 23, rue de la Bancasse à Avignon ; infos au 04 86 81 62 27. Formules 33, 45, 49 et 85 €.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.