En direct du marché

Sannata, l’épicerie fine qui prolonge les vacances en Corse

SannataUn an de recherches et un chapelet de quelque 200 références. La Sannata nous invite à prolonger l’été, à respirer et goûter la Corse comme si on y était encore. Derrière son comptoir, William de la Taste, 33 ans au compteur, raconte sa famille qui, depuis le grand-père, exploite 80 hectares de clémentines, kiwis, pomelos, citrons, orange « et bientôt les avocats » sourit-il. Originaire du village de Tallone sur la plaine orientale de l’île, William a quitté la ferme à 21 ans pour s’exercer au graphisme à Marseille. « Mais j’en ai fait le tour et j’ai eu envie de renouer avec l’artisanat, j’avais envie de me sentir plus proche des gens » confesse ce jeune commerçant aux yeux bleu profond.

Sur les étagères de cette épicerie fine d’Endoume, ouverte en avril dernier, une gamme à prédominance bio, « des produits corses bien sûr et surtout artisanaux. J’ai visité tous les producteurs, j’ai goûté et sélectionné ces produits, lâche-t-il en embrassant du regard le magasin. Que des passionnés comme cette confiture Anatra de framboises avec 15% seulement de sucre »… La clientèle corse est venue dès les premières heures de la Sannata mais, très vite, des fines gueules et amateurs en quête de raretés se sont succédé devant les étals. Sirops Mattei, canistrelli et palais bastiais d’A Cuchjarina (à Lucciana), whiskies, pastis artisanaux, liqueurs de cédrat et de myrte, cet inventaire à la Prévert donne le tournis.

« Je suis très content de la gamme Omà du chef Jean-Michel Querci, qui exerce à Saint-Florent. Sa recette du poulpe en ragoût-jus concentré éclats de myrte, son agneau confit huile d’olive noisettes cervioni torréfiées, son ketchup ou sa sauce barbecue au miel de Patrimonio sont remarquables » assure de la Taste. En Corse, on parle de sannata lorsque le chien des chasseurs s’est fait mordre par le sanglier, jolie métaphore pour inviter au coup de dent, à déguster ces charcuteries de porc noir, de la race nustrale dont certaines jouissent des labels AOC et bio (prisuttu, coppa, lonzu) que l’on accompagne de vins autochtones, les domaines de Granajolo, Leccia, Fiumicicoli ou A Mandria di signadore en tête. Et si, pour prolonger l’été, on repassait à table ?

Sannata, 63, rue d’Endoume, Marseille 7e arr. Infos au 04 91 91 57 76.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux