En direct du marché

Sannata, l’épicerie fine qui prolonge les vacances en Corse

SannataUn an de recherches et un chapelet de quelque 200 références. La Sannata nous invite à prolonger l’été, à respirer et goûter la Corse comme si on y était encore. Derrière son comptoir, William de la Taste, 33 ans au compteur, raconte sa famille qui, depuis le grand-père, exploite 80 hectares de clémentines, kiwis, pomelos, citrons, orange « et bientôt les avocats » sourit-il. Originaire du village de Tallone sur la plaine orientale de l’île, William a quitté la ferme à 21 ans pour s’exercer au graphisme à Marseille. « Mais j’en ai fait le tour et j’ai eu envie de renouer avec l’artisanat, j’avais envie de me sentir plus proche des gens » confesse ce jeune commerçant aux yeux bleu profond.

Sur les étagères de cette épicerie fine d’Endoume, ouverte en avril dernier, une gamme à prédominance bio, « des produits corses bien sûr et surtout artisanaux. J’ai visité tous les producteurs, j’ai goûté et sélectionné ces produits, lâche-t-il en embrassant du regard le magasin. Que des passionnés comme cette confiture Anatra de framboises avec 15% seulement de sucre »… La clientèle corse est venue dès les premières heures de la Sannata mais, très vite, des fines gueules et amateurs en quête de raretés se sont succédé devant les étals. Sirops Mattei, canistrelli et palais bastiais d’A Cuchjarina (à Lucciana), whiskies, pastis artisanaux, liqueurs de cédrat et de myrte, cet inventaire à la Prévert donne le tournis.

« Je suis très content de la gamme Omà du chef Jean-Michel Querci, qui exerce à Saint-Florent. Sa recette du poulpe en ragoût-jus concentré éclats de myrte, son agneau confit huile d’olive noisettes cervioni torréfiées, son ketchup ou sa sauce barbecue au miel de Patrimonio sont remarquables » assure de la Taste. En Corse, on parle de sannata lorsque le chien des chasseurs s’est fait mordre par le sanglier, jolie métaphore pour inviter au coup de dent, à déguster ces charcuteries de porc noir, de la race nustrale dont certaines jouissent des labels AOC et bio (prisuttu, coppa, lonzu) que l’on accompagne de vins autochtones, les domaines de Granajolo, Leccia, Fiumicicoli ou A Mandria di signadore en tête. Et si, pour prolonger l’été, on repassait à table ?

Sannata, 63, rue d’Endoume, Marseille 7e arr. Infos au 04 91 91 57 76.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Paris

Championnats de France de Pizza. Le ridicule ne tue pas, pour preuve, ce énième concours pompeusement qualifié de « championnat de France de la pizza ». Alors sachez que sa 18e édition sera organisée par l’Association des Pizzerias françaises et se tiendra les 13 et 14 mars sur le salon Parizza. Sur les 400 candidats qui s’étaient portés candidats, 130 d’entre-eux ont été retenus lors des étapes régionales du France Pizza Tour. Les 13 et 14 mars donc, les 130 concurrents se mesureront tout au long de 6 épreuves (pizza classique, «pizza a due», rapidité) dont certaines s’apparentent aux jeux du cirque (pizza la plus large, pizza dessert et pizza acrobatique). Les candidats des Bouches-du-Rhône sont : Kévin Vernet de Gardanne (Pizzeria Il Grano ), Jean-François Cortez des Pennes-Mirabeau (Capo Pizzeria), Guillaume Martinez d’Allauch (Pizza Lea), Lucas Palazzo d’Aix-en-Provence (Chez Ratatouille), Mathieu Boisseau de Plan de Cuques (Pizzeria da Matteo), Laurent Pavia de Marignane (Les 3 M) et Yvan Cotta de Saint-Victoret (Allô Pizza).

Marseille

► Rencontres des Cuisines africaines En 2020, à l’occasion de la Saison Africa2020, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), les Grandes Tables-I.C.I et Chefs In Africa se sont réunis pour organiser des rendez-vous culinaires et artistiques à Calais, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand et Marseille. Les événements des Cuisines africaines ont permis de questionner et explorer les identités culinaires de tout un continent. Au cours des quatre dernières années, de nombreux projets ont été entrepris pour poursuivre cette démarche : la publication d’un numéro de la revue Papilles, intitulé Stirring the Pot, Les Cuisines Africaines, l’organisation de tables rondes, des participations à des festivals (Village international de la gastronomie, Omnivore, …) et des actions développées dans plusieurs territoires d’Afrique. En 2024, les Rencontres des Cuisines africaines rassembleront, pour une première édition, plus de 70 acteurs et actrices culinaires d’Afrique et de ses diasporas afin d’explorer les identités des cuisines africaines, célébrer leur richesse et développer des synergies communes. Au programme : des tables rondes explorant les grands enjeux des cuisines africaines, des ateliers pour découvrir et échanger, des entretiens avec des personnalités et des démonstrations culinaires autour de produits phares.
• Les Rencontres des Cuisines Africaines, les 1 et 2 mars 2024 à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.