En direct du marché

23e Savim d’automne, un avant-goût des festins de fin d’année

Les visiteurs du samedi ont été surpris par la foule qui s’est massée dans les allées du Savim d’automne, salon de la gastronomie, organisé par Philippe et Florent Colonna. Hier dimanche à 12h30, la queue à l’entrée du hall1 dépassait les 100 mètres ce qui laisse augurer pour lundi, dernier jour de Savim d’automne, une affluence sinon record, au moins aussi exceptionnelle que lors des précédentes éditions avec, au moins, 80 000 entrées… Pour les retardataires, il vous reste encore quelques heures pour découvrir ou acheter quelques trésors dont voici un bref aperçu.

 A tout seigneur tout honneur, la nougaterie Jonquier, à Ollioules, dans le Var, raconte l’histoire d’une famille qui travaille encore à l’ancienne dans des chaudrons de cuivre. Si les classiquissimes noir et blanc ont notre préférence, on restera sceptique devant les nouvelles recettes comme le nougat mojito-menthe ou pastis cacahuètes… Miel, amandes, visites ouvertes au public, il serait dommage de méconnaître ces artisans. Stand M12
 Le Comptoir du cacao est une entreprise familiale basée à Bazoches/Betz dans le Loiret. De la sélection des fèves à la torréfaction en passant par le conchage ces chocolatiers au sens strict du terme (qui fabriquent leur chocolat) proposent une gamme amusante de tablettes (noix de pécan, nougat, figue et abricot), des pralinés feuilletés, des palets gourmandes chocolat-palet breton et les fameuses croustines à la crêpe dentelle. Stand D4
Les Corses connaissent certainement les Délices de Juliette qui est venue tout exprès pour le Savim apportant d’exceptionnels beignets tout ronds, juste croustillants en surface, de figatellu ou de brocciu. Une merveille à découvrir sans oublier la tarte à l’oignon, le fiadone, falculelle ou l’ambrucciata… Extraordinaire. Stand, hall2 U4
 Les Alpes de Haute-Provence sont aussi noblement représentées avec la Maison du Saucisson de Saint-André-les-Alpes. A goûter : la noix de jambon, le saucisson aux cèpes et au fromage de chèvre. Les viandes sont garanties originaires de la montagne environnante et les modes d’élevage nous garantissent le bien-être de l’animal. Air pur, alimentation… voilà pourquoi la rosette pur porc vaut aussi le détour. Stand U17
Côté vins, un des nombreux coups de coeur ira au château de la Cormerais de Thierry Besnard. Non loin de Nantes, la propriété compte 40 hectares de vignes et met en scène un étonnant muscadet Sèvre et Maine-sur-Lie, un vin blanc sec issu du cépage melon de Bourgogne. Très aromatique, délicat, il dégage de délicates naunces d’agrumes qui feront merveille sur les coquillages et poissons. A boire dans les 2 à 3 ans pour en conserver la vivacité. Ultime argument, à 5 € la bouteille, difficile de trouver meilleur rapport qualité-prix.
Le même Thierry Besnard donne à découvrir un muscadet vieilli en fûts de chêne dont l’élégance provient du travail des tanins délicats. Une merveille qui tutoie le fois gras, les volailles et, surtout, les fromages comme une tome ou une raclette. Une heureuse surprise affichée à 7,50 €. Stand J9
Il est à l’entrée, inratable immédiatement à gauche avec ses parfums et senteurs, Hugues Lataste propose une gamme de fromages fermier d’exception, puissants, racés. Une des stars du salon, un fidèle aussi au fil des ans… Stand U41

Sans oublier les vins de Roselyne Gavoty, les chocolats de Mathieu Taborcia, les biscuits de Moustiers, les escargots d’Huguette Magne, l’aligot aveyronnais de Brigitte et Didier Mazars… Un autre complément de la sélection ici.

23e Savim d’automne 2017, jusqu’au 20 novembre, parc Chanot Marseille 8e arr. halls 1 et 2. Fermeture à 18h.
Entrée : 8 € avec un verre à dégustation gravé.

En bref

Ban des Vendanges à Visan Pour cette 5e édition, les festivités débuteront à 17h, par un concert de l’orchestre de chambre de Lyon, dirigé par Vincent Balse (concerto pour piano en la majeur KV 488 de W.A. Mozart ; concerto pour 2 violons en ré mineur de J.-S. Bach ; quintette pour piano et cordes de N. Kapustin ; valse sentimentale de I. Tchaïkovski ; Azul Tango de R. Galliano).
A l’issue du concert, le défilé des membres de la confrérie Saint-Vincent de Visan, (une des plus vieilles confréries bachiques de France) intronisera quatre personnalités sur la place du Jeu de Paume. Un buffet sera ensuite dressé dans la cour de l’hôtel de Pellissier où seront servies les cuvées de 10 caves et domaines de l’appellation. A l’origine du ban des vendanges, le seigneur local levait une bannière à ses armes, d’où le nom de ban, ce qui levait l’interdiction de ramasser du raisin et non pas l’autorisation de commencer la vendange. Le raisin était goûté par les autorités compétentes qui déclaraient qu’il était mûr. La récolte et le foulage pouvaient alors commencer. Infos et réservations au 04 90 41 97 25 ; tarif : 30€.

Arles, expo au chardon Du 1er août au 30 septembre, le restaurant accueille l’exposition du photographe Samir Ben Rahma : “les Catalanes”. “Nous sommes honorés d’accueillir sur nos murs et pour le plus grand bonheur de vos pupilles, de votre mémoire, de la mémoire des Marseillais, cette expo qui est un hommage au passé, aux femmes et à leurs années glorieuses !” explique l’équipe du restaurant, réputé pour accueillir tout au long de l’année des chefs en résidence, des vignerons, des artistes et des bons vivants. 37, rue des Arènes à Arles ; infos au 09 72 86 72 04.

Les Musicales dans les Vignes jusqu’au 30 août, vingt-cinq domaines de renom célèbrent la noblesse du vin en musique avec des concerts uniques au fil de l’été… Des instants musicaux suspendus dans des lieux d’exception. Et il y en a pour tous les goûts : jazz, classique, tango argentin, flamenco, musique tzigane, klemer, russe, etc. Un tour du monde. Infos et inscriptions 06 60 30 32 90 et http://lesmusicalesdanslesvignes.blogspot.com/

Abonnez-vous à notre newsletter