En direct du marché

Savim, comme un délicieux air de printemps au salon

Dimanche délicieux comme un prélude à un lundi savoureux… Dans les allées du hall1 au parc Chanot, le 17e Savim de printemps, le public, tout comme les organisateurs, ont le sourire. Le public est aux anges devant cet inventaire à la Prévert : quelque 260 exposants sont venus présenter en direct, du producteur au consommateur, les vins et spécialités du terroir français. De l’aligot aveyronnais, des vins de Provence (Roselyne Gavoty) et d’ailleurs (château de Sully, Chassagne-Montrachet), chocolats (chocolaterie Roux-l’Art chocolatier), pâtisseries (Philippe Segond), charcuteries corses, plats préparés (Bondil à Moustiers), épices et aromates (Devaky Sivadasan venue en famille parler des épices Mama Spice), ils sont venus, ils sont tous là.
“C’est une belle clientèle, reconnaît-on chez les Vinaigres de la Carrière, producteurs de vinaigres de cidre bio. C’est un salon moins grandiose que celui de novembre mais la session de printemps nous laisse toujours augurer de ce que sera l’édition de novembre… Et ce sera un bon millésime aussi” lancent les vinaigriers venus tout exprès de l’Allier. “La fréquentation est stable, comparable aux autres éditions de printemps, reconnaît pour sa part Philippe Colonna. Le ciel nuageux a joué pour nous, certes on ne refera pas le bond de fréquentation de 2018 mais le moral reste au beau fixe”. Dans les allées,une dame s’exclame :- Je n’avais jamais mangé de fourme d’Ambert jusqu’à aujourd’hui !”. Devant le stand de Mathieu Chessel, des cantals, salers, saint-nectaires ainsi que les savoureux bleus d’Auvergne et fourmes d’Ambert de l’ami Mathieu Gouzel. Une des -nombreuses- pépites du Savim de printemps.

Téléchargez la liste des exposants Téléchargez votre invitation gratuite

Savim de printemps, dernier jour lundi 18 mars 2019 de 10h à 18h, hall1 du parc Chanot, Marseille 8e arr. Inscriptions aux cours de dégustation de vin à l’entrée, participation aux frais : 5 €, 25 personnes par session, trois sessions par jour.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

In memoriam.- Claude Criscuolo s’est éteint samedi 23 janvier dernier, à 79 ans, victime de la Covid-19. Cette figure de la nuit marseillaise était le fils de Vincent qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait fondé la pizzéria éponyme dans le quartier des Cinq Avenues à Marseille. Claude avait pris la succession de son père en 1977 transformant ce restaurant de quartier populaire en rendez-vous du Tout-Marseille où comédiens, chanteurs et politiques se pressaient. Les années 70 et 80 marqueront son heure de gloire, les stars de l’OM, Johnny Hallyday et autres chanteurs qui venaient de se produire sur scène, rejoignaient la pizzéria pour y dîner et festoyer jusqu’à très tôt le lendemain matin… Claude avait quitté le restaurant en 2003 pour se consacrer à bien d’autres passions. Linda, sa veuve, ses enfants Isabelle, Marie, Thomas et Stéphane ainsi que tous ses proches pleurent aujourd’hui la dernière “figure” de Marseille.

Terre Blanche annonce la nomination de Christophe Schmitt au poste de chef des cuisines.- Le Resort de Terre Blanche Hotel Spa Golf Resort 5 étoiles, a nommé Christophe Schmitt au poste de chef pour prendre les rênes des différents restaurants, dont Le Faventia, étoilé au guide Michelin (le guide rigolo qui décerne des étoiles aux restaurants fermés). Christophe Schmitt succèdera ainsi au Chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Philippe Jourdin, qui prend sa retraite et dont il était le second, pour perpétuer une cuisine aux saveurs du Sud. Dans la continuité de cette philosophie qui allie tradition et touches innovantes, Christophe Schmitt proposera une cuisiné axée sur les meilleurs produits locaux rendant hommage au terroir. “C’est un honneur pour moi et un très grand défi de succéder à Philippe Jourdin. A Terre Blanche, ce Mof a marqué l’histoire de la gastronomie, et il m’a aussi beaucoup appris. C’est avec beaucoup d’émotion que je lui succède aujourd’hui, plus que jamais conscient des responsabilités qu’il me lègue” a déclaré Christophe Schmitt.