En direct du marché

Un Grand Marché tout sucre tout miel aux couleurs de la Roumanie

Grand Marché de la FricheA chaque saison son Grand Marché. Le rendez-vous initié par les Grandes Tables à la Friche Belle-de-Mai est un événement qui rythme l’année et nous rappelle l’ineffable rythme des saisons. Pour célébrer le printemps 2019, le Grand Marché du lundi 8 avril aura pour thème le miel et sera placé sous le signe de la gastronomie roumaine avec deux chefs invités Nicola Lontras et Horia Simon.

Autre événement ce soir-là, Radio Grenouille 88.8 et le Grand Pastis occuperont l’antenne 1h30 durant. Au micro, Jonah et Pierre (qui promettent de bien s’amuser) intervieweront les apiculteurs, cuisiniers et designers en direct sur le parvis du marché afin de partager, avec tous ceux qui ne pourront venir à la Friche, ce moment cool et convivial.
Ce dernier cuisinera en direct, devant le public venu faire son marché, dans une grande carriole imaginée par un couple de designers roumains : Maria Decu et Mihai Dumitrache. Réunis au sein de l’atelier MD/MD, ces deux créateurs ont conçu une carriole, sorte de cuisine itinérante, mêlant l’osier et le bois, matières naturelles typiques de l’artisanat roumain, et le corian, une matière développée par la société française Dupont en 1968, choisie pour ses caractéristiques plastiques, allusion au savoir-faire français.
Pour les habitués du Grand Marché et ceux qui viendront découvrir cette heureuse initiative locavore et bio, Horia Simon a imaginé un menu alléchant : une ciorbă de lobodă (soupe aigre d’arroche), des sendviș cu pastă de jumări și ceapă zacuscă (pentru vegetarieni, un sandwich aux grattons et oignons zacusca), une bulz ciobănesc cu brânză de burduf infuzată cu trufe (polenta à la manière des régions montagneuses de Transylvanie, au fromage de brebis roumain infusé à la truffe) et une placinta de porumb dulce (tarte au miel et au maïs).
La fanfare tzigane Vagabontu, un groupe de musiciens originaire de Moldavie roumaine, accompagné par le trompettiste Ghita Lorga, déambulera dans les allées du marché pour imprégner le marché d’un souffle chaud et cuivré propre aux mélodies venues de l’est. A tout seigneur tout honneur, plus de 30 producteurs de la région proposeront des fruits et légumes, fromages, viandes et fromages, du vin, du pain, des épices et herbes aromatiques, infusions et… du miel bien sûr !
Grand Marché de la Friche Belle-de-Mai, 41, rue Jobin, Marseille 3e arr. A partir de 17h.

Deux autres rendez-vous avec Horia Simon
Mardi 9 avril, un dîner est servi aux Grandes Tables de la Criée ; début du service à 19h30, menu de cuisine traditionnelle roumaine revisitée. Tarif : 30 € sur réservation au 06 03 39 14 75.
mercredi 10 avril, la Grande Carriole sera ancrée dans la cour Jobin, à la Friche Belle-de-Mai, pour un déjeuner aux saveurs roumaines servi de 12h à 14h30, là encore avec les recettes de Horia Simon. La dernière occasion de découvrir ce chef car, dès le lendemain, la carriole partira pour la Roumanie.

2 Comments

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • La société dupont n’est pas française comme son nom pourrait le faire croire. Il s’agit de la grande société chimique américaine Dupont de Nemours dont le siège social est situé dans le Delaware.

    • Bonjour Etienne, vous avez raison. Cela dit, Si DuPont a été fondée en juillet 1802 à Wilmington (Delaware) à Brandywine dans d’anciens moulins à farine, elle le fut par… un Français. Éleuthère Irénée du Pont de Nemours avait fui la France deux ans auparavant, emmenant avec lui toute sa famille, pour échapper à la Révolution. Aux premières heures, DuPont était une usine de fabrication de poudre à canon.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.