En direct du marché

Savim de printemps 2019, des petits secrets pour un grand succès

Savim de printemps 2019Le Savim de printemps réunira 260 exposants au parc Chanot du 15 au 18 mars prochain. Le Savim, c’est le premier salon gastronomique de France en termes de fréquentation et de durée. Il se tient en deux sessions, printemps (17 éditions) et automne (la trentième édition s’est déroulée en octobre 2018). « Le Savim de printemps est né en 2003 bien après l’édition automnale car de nombreux exposants, voyant la clientèle fidèle revenir en nombre, nous ont soufflé le besoin de ce deuxième rendez-vous », explique Philippe Colonna.
Les années se suivent et désormais la fréquentation du Savim de printemps s’avère « constante au pire, en croissance au mieux, assure Philippe Colonna. En mars 2018, nous avons totalisé 44 000 entrées avec un sursaut de plus de 7 000 entrées par rapport au printemps 2017. J’espère que cette tendance se confirmera en 2019″, sourit-il.

Entre autres points forts du salon, les cours de dégustation de vin entament leur 10e année. Ce sont des sommeliers régionaux qui animent ces ateliers très majoritairement fréquentés par des jeunes avides de savoir. A noter encore, la présence d’un nouveau venu, Matthieu qui représente la 5e génération de paysans à la tête de la ferme de Saint-Herem sise à Allanche dans le Cantal, au coeur du massif volcanique du Cézallier : « Ce sont des éleveurs-transformateurs qui produisent des salers, cantals et saint-nectaires AOP au lait cru, des produits exceptionnels » s’enflamme Philippe Colonna.

Les « formules magiques » du Savim
L’édition printanière regroupe donc 260 exposants, à 99% les mêmes que ceux qui étaient présents en novembre, un chiffre stable depuis 4 ans : – Nous remplaçons poste pour poste quand un exposant fait défection mais on s’en tient à une règle essentielle, c’est le public qui décide si oui ou non il faut accueillir plus d’exposants », lance Philippe Colonna. Pour comprendre cette affirmation, il faut revenir à la règle qu’ont instituée les organisateurs du salon de la gastronomie de Turin en Italie. Selon ces derniers, « pourqu’un salon de la gastronomie s’installe et se pérennise, il faut 100 exposants pour 20 000 entrées », donc 500 exposants pour 100 000 entrées… C’est ce ratio que le Savim de Marseille applique, avec succès.
« Une personne qui quitte un salon ravie fera venir dans le temps 4 personnes, poursuit Colonna. En revanche, une personne qui quitte votre salon déçue le fera savoir et dissuadera 7 personnes de venir dans ce salon », poursuit le fondateur du Savim qui explique ainsi son pragmatisme et sa longévité.

Téléchargez la liste des exposants Téléchargez votre invitation gratuite

Savim de printemps, du vendredi 15 au lundi 18 mars 2019 de 10h à 20h (18h le lundi), hall1 du parc Chanot, Marseille 8e arr. Inscriptions aux cours de dégustation de vin à l’entrée, participation aux frais : 5 €, 25 personnes par session, trois sessions par jour.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.