Restaurants en Provence

La Serenata, mangia bene, ridi spesso, ama molto *

Pas besoin de traverser la frontière pour se régaler de plats authentiquement italiens. En une dizaine d’années, La Serenata s’est taillée une solide et enviable réputation sans jamais chercher la lumière mais toujours en proposant le meilleur d’une cuisine solaire. Du personnel aux clients, tout le monde ici parle italien, ce qui est plutôt rassurant et un bon indice sur la qualité des assiettes servies. Comme un voyage transalpin, la carte se lit par étapes, avec les antipasti (salade de poulpe, chiffonades de charcuteries-bruschettines et légumes grillés, buratta de buflonne-tomates et huile d’olive), les primi piati (spaghetti polpette de boeuf et veau, calamaretta en sauce-saucisse-aubergine et ricotta, cannelloni di carne) et les risotti. Les secondi di carne (entrecôte crème de fromages italiens) et di pesce (poêlée de calmars ou casserons, gamberoni aux pousses d’épinards) complètent une offre gargantuesque qui demande plusieurs minutes avant d’arbitrer ses choix.

Comme en France, tout en Italie finit en chansons et la carte s’achève ici par les pizze et une vingtaine de suggestions très très très appétissantes à l’instar de la frutti di mare. La jeune serveuse bonde et souriante, est un exemple de gentillesse, répondant avec détails et patience à toutes les questions. Par les temps qui courent, un personnel aussi délicat, c’est rare.  

Serenata

Et est-ce que c’est bon ? Franchement ? Oui, tout est bon, comme cette saltimbocca alla romana. La viande de veau coupée dans le rôti est aromatisée aux feuilles de sauge infusées et nappée de jus de cuisson ; quelques tranches de jambon cru croustillent et apportent une touche saline hyper appétissante. Un gratin crémé et crémeux accompagne la viande, une composition où pommes de terre et courgettes rivalisent de fondant. C’est lourd et opulent, croustillant avec le fromage grillé en surface… La cuisine ne lésine pas sur les ingrédients et enrichit chaque recette pour être toujours plus gourmande.
Côté desserts, les cannoli siciliens garnis de ricotta à peine sucrée et de pépites de chocolat closent un repas authentique. Alors faut-il aller à la Serenata ? Oui si on veut avoir une idée précise des goûts et recettes italiens. On peut venir pour un plat et un dessert ou un menu un peu plus étoffé mais alors gare au porte-monnaie. Le service et la gentillesse sont au rendez-vous depuis plus de 10 ans avec une constance qui force l’admiration.

La Serenata, 37, avenue de la Pointe Rouge, Marseille 8e arr. Infos au 04 91 75 79 05. Plat et dessert, 31 € ; café : 2,30 €.
* Mange bien, ris souvent et aime beaucoup 

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.