En direct du marché

Servir la bière dans les règles de l'art

Servir un verre de bière n’est pas un geste anodin et apprécier la bière “c’est savoir la déguster” rappellent les Brasseurs de France. L’été étant une saison particulièrement propice à la consommation de bière, voici quelques conseils pour servir et déguster correctement la bière.

waiter is drafting a beer from a golden spigot
Bière, binouse, roteuse… chacun son vocabulaire

Ne pas négliger la préparation
Avant de servir de la bière, il faut vérifier que le verre soit d’une propreté irréprochable, sans la moindre trace de gras. Celle-ci empêche en effet la mousse de “tenir” correctement sur les parois du verre. Pour le nettoyer, il est préférable d’utiliser une eau claire et froide. Le choix du verre en lui-même ne se fait pas non plus à la légère, car “c’est lui qui va permettre aux arômes de s’épanouir”. Il faut privilégier la forme cylindrique en 25 cl pour les bières blondes, l’arrondi de type “grand ballon” pour les bières spéciales et la flûte pour les bières fruitées.

L’art de gérer la pression
Pour servir de la bière, que ce soit avec une tireuse de bar ou une “machine à bière” pour les particuliers, il faut d’abord passer les parois du verre sous l’eau. Ensuite, il faut incliner le verre et verser le liquide lentement le long de la paroi sans former de mousse. Une fois le verre rempli à moitié, il convient d’ouvrir franchement le robinet et redresser lentement le verre.
Le but étant de “brasser la bière avec l’air, en éloignant progressivement le verre du bec verseur” précisent les Brasseurs de France. C’est à ce moment là que se forme la mousse. Celle-ci doit d’ailleurs être haute de 2 à 3 cm.

A déguster avec modération
Une fois tous ces gestes réalisés, il ne reste plus qu’à déguster. Mais il faut le faire vite préviennent les professionnels, sous peine “d’émousser les arômes et de faire disparaître les bulles”. Enfin,  pour bien apprécier la bière, avalez une première gorgée en se pinçant le nez” puis faites couler doucement dans sa bouche une gorgée de bière afin qu’elle entre en contact avec la langue mais aussi toute la cavité buccale.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

In memoriam.- Claude Criscuolo s’est éteint samedi 23 janvier dernier, à 79 ans, victime de la Covid-19. Cette figure de la nuit marseillaise était le fils de Vincent qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait fondé la pizzéria éponyme dans le quartier des Cinq Avenues à Marseille. Claude avait pris la succession de son père en 1977 transformant ce restaurant de quartier populaire en rendez-vous du Tout-Marseille où comédiens, chanteurs et politiques se pressaient. Les années 70 et 80 marqueront son heure de gloire, les stars de l’OM, Johnny Hallyday et autres chanteurs qui venaient de se produire sur scène, rejoignaient la pizzéria pour y dîner et festoyer jusqu’à très tôt le lendemain matin… Claude avait quitté le restaurant en 2003 pour se consacrer à bien d’autres passions. Linda, sa veuve, ses enfants Isabelle, Marie, Thomas et Stéphane ainsi que tous ses proches pleurent aujourd’hui la dernière “figure” de Marseille.

Terre Blanche annonce la nomination de Christophe Schmitt au poste de chef des cuisines.- Le Resort de Terre Blanche Hotel Spa Golf Resort 5 étoiles, a nommé Christophe Schmitt au poste de chef pour prendre les rênes des différents restaurants, dont Le Faventia, étoilé au guide Michelin (le guide rigolo qui décerne des étoiles aux restaurants fermés). Christophe Schmitt succèdera ainsi au Chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Philippe Jourdin, qui prend sa retraite et dont il était le second, pour perpétuer une cuisine aux saveurs du Sud. Dans la continuité de cette philosophie qui allie tradition et touches innovantes, Christophe Schmitt proposera une cuisiné axée sur les meilleurs produits locaux rendant hommage au terroir. “C’est un honneur pour moi et un très grand défi de succéder à Philippe Jourdin. A Terre Blanche, ce Mof a marqué l’histoire de la gastronomie, et il m’a aussi beaucoup appris. C’est avec beaucoup d’émotion que je lui succède aujourd’hui, plus que jamais conscient des responsabilités qu’il me lègue” a déclaré Christophe Schmitt.