En direct du marché

Tout pour réussir un excellent café

De nombreux bars et restaurants proposent à leurs clients des cafés de mauvaise qualité. Les fautes les plus répandues sont des erreurs d’inattention, comme oublier de détartrer sa machine, ne pas vérifier la température, ou ne pas utiliser la bonne pression. Pour éviter de reproduire ces erreurs chez soi, et être capable de faire un bon expresso, voici quelques règles à suivre scrupuleusement.

  1. Utiliser une machine à expresso traditionnelle fonctionnant avec du café moulu arabica.
  2. Allumer la machine assez longtemps à l’avance, pour qu’elle soit bien chaude.
  3. Vérifier que le porte-filtre soit bien propre et aussi chaud que la machine pour que le café ne souffre pas du choc thermique. Pour cela, le placer au dessus de la machine.
  4. Mettre la bonne quantité de café, à savoir 7g de mouture pour un expresso et 13g pour deux. Le café doit être bien tassé.
  5. Essuyer les restes de café sur le porte-filtre, qui risquent d’endommager l’appareil.
  6. Penser à réchauffer la tasse, soit en la laissant au dessus de la machine, soit en la passant sous un jet de vapeur.
  7. Avec une machine à arrêt automatique, vérifier la quantité de café. Sinon, arrêter l’écoulement quand il y a entre 3,5 à 5 cl d’eau, pas plus.

tazzina di caffè fumanteLe saviez-vous ?
Cela peut paraître surprenant, mais une tasse de café filtré est plus riche en caféine qu’un petit expresso ! En fait la teneur en caféine dépend en grande partie du mode de préparation. Sa concentration est proportionnelle au temps de contact entre l’eau et le café moulu. Donc un café filtré, qui passe lentement est plus caféiné !

A chacun sa cafetière…
L’expresso : « Optez pour un mélange à parts égales robusta-arabica » conseille Daniel Lavoie de la Brûlerie des mondes à Marseille. La mouture sera très fine et bien tassée pour générer une belle mousse. Trois expressos comptent moins de caféine qu’un café préparé en cafetière à piston.
• La cafetière à piston (style Bodum) : la mouture ne sera pas être trop fine et vous attendrez 3-4 minutes avant d’appuyer sur le piston.
• Le café filtre : comptez 7g par tasse de café 100 % arabica. Choisissez l’eau la plus pure possible et ne la montez pas en température au-delà de 93ºC.
• La cafetière italienne : optez pour une mouture plus fine que la cafetière à piston.
• Le café turc : relève d’un process de fabrication particulier. Il vous faudra utiliser une mouture super fine, s’apparentant à de la farine. On l’obtient avec du café de Rio, dit Rioté, qui est un robusta torréfié à l’excès par rapport à notre approche gustative. C’est un café particulier dans lequel on peut ajouter de la cannelle ou de la cardamome…

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.