En direct du marché

La Sicile authentique, pèlerinage gourmand sur les routes d’Italie

Sicile authentique

C’est une ambassade, un consulat, une porte ouverte sur la Sicile dans ce qu’elle a de plus gourmand et de plus souriant. Liliane Casteldaccia a imaginé ce lieu hybride, mi-épicerie, mi-restaurant, une adresse connue des Italiens comme des adorateurs de la cuisine transalpine à Marseille et bien au-delà dans toute la région. La Sicile authentique accueille ses clients dans un quartier résidentiel, loin de tout commerce, c’est une adresse d’initiés qui fait désormais la fierté de sa fondatrice.

« On vient ici tout exprès pour la sélection des produits, pour manger aussi, assure Liliane non sans fierté. J’ai fondé ce magasin sans l’aide de personne, en 2012. Ah ça non alors, personne ne croyait en moi, surtout pas les banques, tonne-t-elle. Mais dès les débuts, j’ai senti qu’il se passait quelque chose… Quand on est honnête, il n’y a pas de raison que ça ne marche pas. L’honnêteté c’est la clef de tout, le plus dur est de gagner la confiance des clients ».

Référence incontestable et incontestée
De la même façon que le fit Alessandra Pierini, à Mazargues d’abord, puis à l’épicerie Rap ensuite, à Paris, Liliane Casteldaccia a tout misé sur l’origine des produits car « ils transmettent une culture, ils racontent notre façon de vivre » dit celle qui travaille encore avec sa fille et sa sœur. On vient chez elle pour déguster tous les plats siciliens bien sûr et plus largement italiens. Risotti, arancini, charcuteries défilent à la carte, à dévorer sur place en temps normal et à emporter, en temps de restrictions sanitaires. « En France, vous êtes très attachés à la présentation des plats alors que chez nous, on est très porté sur le produit, manger sain nous a toujours beaucoup préoccupés, dit Liliane. Je sers une cuisine de maison, celle de ma mère, de ma grand-mère, de ma tante… Je fais tout mijoter, l’oignon, le céleri, les carottes, la tomate… Tout est travaillé et cuisiné à l’huile d’olive exclusivement avec un peu de beurre pour les recettes piémontaises » glisse-t-elle avec gourmandise.

Sicile authentique

Pâques, Noël et toutes les fêtes du calendrier religieux revêtent une importance primordiale en Italie et « en ce moment, on prépare la casa tiello, une spécialité du Sud pour Pâques, une pâte à pain farcie des restes de saucisson, jambon et parmesan. On lui donne la forme d’une couronne avec le centre garni d’oeufs en nombre impair. C’est cuit au four et c’est un délice » sourit Liliane Casteldaccia. Autres délices du moment, la colombe, « un panettone en forme de colombe qui préfigure la paix, le bonheur et la sérénité » déclinée aux noisettes du Piémont, pistaches ou chocolat.

C’est presque en pèlerinage qu’aujourd’hui les Italiens et fanas de produits italiens viennent à la Sicile authentique chercher les cannoli, le café du Florian de Venise, le prosecco de Vénétie, les pasta di semola di grano duro siciliano Busiata et la fameuse sauce tomates Gran Cucina, passata di pomodoro can basilico… « C’est moi qui vais en Italie avec le camion toutes les trois semaines, lance la cuisinière à l’accent joyeux. Je fais un aller-retour ou j’y passe trois jours, je vais voir les producteurs »… Sinon un pèlerinage, au moins une grand-messe. Un temple, une cathédrale de la cuisine familiale italienne caché dans un quartier improbable de Marseille. Une rencontre aussi truculente qu’insolite puisque l’adresse nous a été soufflée par Alexis Steinman, journaliste américaine correspondante à Marseille pour plusieurs titres américains… Le monde est vraiment petit.

La Sicile authentique, 36, impasse du Maroc, Marseille 12e arr. ; infos au 06 23 72 66 78. Epicerie et restauration sur place (à emporter en temps de restrictions sanitaires).

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.