Magazine

L’&fusion succédera au Limone, le nouveau défi de Stéphan Ruvio

Stéphan Ruvio« Je suis passé devant ce restaurant pendant des années et j’ai fini par m’y fixer ». Large sourire et franche poignée de main, Stéphan Ruvio a le sens du contact facile. C’est lui qui a repris le restaurant Limone au départ de ses deux hôtes, Patrizia et Caroline. « Le compromis a été signé en juillet dernier et la vente fin décembre 2017 » poursuit ce natif du Merlan dans le 14e arrondissement. De formation universitaire, « esthétique du cinéma », Stéphan Ruvio est tombé très tôt dans la marmite gastronomique : « A 18 ans, je faisais les saisons pour payer mes études et quand on est issu d’une famille sicilienne, on est très tôt sensibilisé aux choses de la cuisine », raconte-t-il.
De 2000 à 2006, Ruvio occupe un poste de gérant de restaurant sur la Côte bleue « ce qui m’a permis de me former à tous les métiers de la restauration, de la gestion au management, de la cuisine à la salle », suivra l’aventure de Smart cook, un concept de cuisine 100% maison servie dans une petite échoppe de la rue Pavillon où « il s’agissait de servir le plus vite possible une clientèle en mal de cuisine inventive » se souvient Stéphan Ruvio. L’aventure a duré de juin 2013 à décembre dernier.
« Lorsque je suis rentré au Limone, j’ai ressenti de bonnes vibrations, je m’y suis tout de suite très bien senti, confesse le nouveau propriétaire de 45 ans. L’Asie et l’Inde m’inspirent, ce sont des pays qui comptent pour moi. Je n’ai pas de produit fétiche mais je compte faire souffler un vent de liberté à ma carte ». Revendiquée « cuisine fusion », la carte de l’&fusion proposera au déjeuner « 3 plats cuisinés au choix, des propositions végétariennes, sans gluten ainsi qu’une ardoise regroupant diverses spécialités qui changeront très souvent au gré des saisons, du marché » et de l’inspiration du chef.
Stéphan Ruvio qui a choisi le bambou pour totem, « parce qu’il plie sans jamais casser et pousse avec obstination », travaillera seul en cuisine avec une personne pour le service en salle : « Au déjeuner, nous accueillerons en majorité des actifs qui ont leurs bureaux dans le quartier et le soir, l’ambiance sera vouée aux clients qui habitent le quartier ». Très porté sur la cuisine fusion et l’usage des huiles essentielles en cuisine, Stéphan Ruvio promet une carte curieuse, teintée d’un esprit voyageur : « Je travaille à l’intuition » sourit-il. L’&fusion devrait accueillir ses premiers clients aux environs du 8-12 janvier.

L’&fusion, 32, bd Notre-Dame, Marseille 6e arr. Réservations au 04 91 91 47 64.
Déjeuner : assiette &fusion 12 €, suggestions de 13 à 17 €, café gourmand 5 €. Dîner, 40 € environ.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.